UP' Magazine L'innovation pour défi

François Hollande annonce trois mesures en faveur de l'investissement

La reprise s'annonce pour début 2015, selon l'Insee. Vendredi 3 avril, François Hollande s'est à son tour montré optimiste quant à l'avenir économique de la France. "Notre économie redémarre, mais redémarre encore lentement : on parle de plus de 1% de croissance en 2015, mais enfin, nous devrions avoir des objectifs encore plus élevés. Pour créer de l'emploi, il faut avoir plus de 1% de croissance."

A l'occasion d'un discours devant les salariés et dirigeants de l'entreprise La Forge de Trie-Château (Oise), le président a surtout annoncé trois mesures en faveur de l'investissement.

Lire la suite : Par Francetv info avec AFP (GUILLAUME HORCAJUELO / AFP) 3 avril 2015

Les 50 qui font l'innovation en France

Qu'ils soient stratèges, agitateurs d'idées, start-upers, catalyseurs d'innovations, scientifiques ou inventeurs, il faut compter avec ces cinquante-là. Au quotidien, ils œuvrent pour inventer, transformer, adapter ou diffuser les technologies de demain, ou faciliter leur émergence. La rédaction d'Industrie & Technologies a tiré le portrait de ces personnalités incontournables, qui portent haut les couleurs de l'innovation à la française.

Lire la suite IT Industrie & Technologies - 18 Février 2015

et plus particulièrement : papier sur Anne-Marie Sargueil, Institut français du design

La sélection alternative de la semaine #23

Entre Saint-Valentin, vacances et journée mondiale de désinvestissement, le choix fut difficile dans la sélection... De quoi vous électriser durablement ;) Bonne pioche !
L'action de la semaine :
A la retraite les combustibles fossiles !” Tel est le mot d'ordre de la Journée d'action mondiale du désinvestissement des 13 et 14 février. Objectif : inciter les universités, les villes, les caisses de retraite, les banques ou même les églises à désinvestir leur argent des combustibles fossiles.

En France, c'est le Fonds de réserve pour les retraites (FRR) qui est ciblé. D'après un rapport de l'observatoire des multinationales commandé par le mouvement 350.org, ce fonds détient des investissements directs dans 60 des 100 premières entreprises mondiales du secteur pétrolier et gazier, et dans 21 des 100 premières entreprises mondiales de charbon en termes de réserves de CO2. Au 31 décembre 2013, il détenait plus de 920 millions d'euros en actions et obligations des 200 plus gros pollueurs du secteur fossile (pour un total de plus de 2 milliards d'investissement dans des entreprises du secteur). “Les entreprises dans lesquelles le Fonds de réserve des retraites est le plus investi sont Total, ENI, Glencore, GDF Suez, ExxonMobil, BHP Billiton, Rio Tinto, BASF, Repsol et Shell”, affirme le rapport.

Lire la suite : Blog d'Anne-Sophie Novel - Même pas mal ! (Le Monde) 13 février 2015

"Appeler à un Patriot Act en France, c'est de l'inconséquence totale"

"Appeler à un Patriot Act en France, c'est de l'inconséquence totale", affirme Gilles Babinet © D.R.
Gilles Babinet, ancien président du Conseil national du numérique et digital champion pour la France auprès de l'Europe, rejette l'idée d'un "Patriot Act" à la française, l'exemple américain ayant donné lieu à de nombreuses dérives. Il indique que la dernière loi de programmation militaire votée en France pose déjà des problèmes et que les prochains textes devront se concentrer sur la mise en place de "processus modernes, respectueux de la démocratie et efficaces". 

L'Usine Digitale : Comment réagissez-vous à la proposition de Valérie Pécresse de mettre en place un Patriot Act à la française ?

Gilles Babinet : Je pense qu'il y a une profonde méconnaissance du dossier de la part de Valérie Pécresse, parce que le Patriot Act aux Etats-Unis a été démantelé. Quand l'administration Obama est arrivée au pouvoir, une cour indépendante appelée FISC (pour "Foreign Intelligence Surveillance Court", ndlr) et composée de magistrats a été mise en place pour compléter la FISA ("Foreign Intelligence Surveillance Act", la loi encadrant les écoutes électroniques, ndlr). Les processus de fonctionnement du Patriot Act ont donc été en grande partie modifiés et ce n'est pas du tout le même esprit, extra-judiciaire, que lorsque l'administration Bush avait fait voter ce texte après le 11 septembre. Toutefois, le Patriot Act reste sans doute une des lois d'exception les plus importantes dans l'ère moderne des démocraties et appeler à de telles mesures en France, c'est de l'inconséquence totale.
Il y a depuis septembre 2014 aux Etats-Unis un débat très intéressant sur les processus d'engagement des drones militaires. On s'est rendu compte que comme il n'y avait pas de régulation, un opérateur pressé devant aller chercher sa fille à l'école pouvait très bien se dire : "je n'ai pas le temps de continuer à espionner ma cible, je l'élimine". Et ce cas de figure qui semble aberrant est une réalité. Dans le cadre du Patriot Act, plusieurs milliers de personnes ont également été détenus de façon arbitraire, et je ne parle pas de Guantanamo, puis relâchés sans explication au bout de cinq jours. C'est pour l'ensemble de ces raisons que les propos de Valérie Pécresse sont scandaleux et sont assimilables à ceux de mouvements extrémistes comme le FN.

UD : Les lois existantes en France sont donc selon vous suffisantes pour lutter contre le terrorisme ?

GB : Je pense que les lois existantes sont dangereuses et montrent la méconnaissance du législateur. L'article 20 de la dernière loi de programmation militaire (LPM) votée en décembre 2013 donne par exemple la possibilité aux services de police de fermer des sites internet de manière arbitraire. Or un site peut être considéré comme djihadiste alors qu'il ne s'agit que d'un billet de blog en particulier et que le reste des publications ne posent pas de problème.
La CNCIS (Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité), instance qui vérifie la légalité les interceptions judiciaires, est rattachée aux services du Premier ministre, ce qui représente également une distorsion des principes démocratiques. Il serait pertinent de mettre en place des analyses contradictoires réalisées immédiatement. On revient aussi à cette idée de modernisation par le numérique, on remplacerait les allers et retours entre services judiciaires et de police par des plates-formes permettant d'agir en temps réel ce qui apporterait beaucoup plus de réactivité pour fermer un site internet par exemple.

UD : Vous vous montrerez donc vigilant concernant les propositions que fera Bernard Cazeneuve à Manuel Valls sur la surveillance d'internet...

GB : Le monde de l'internet n'est pas contre ces mesures, mais il souhaiterait qu'on mette en place des processus modernes, respectueux de la démocratie et efficaces. Il faut comprendre que les mesures telles qu'elles ont été prises, l'article 20 de la LPM ou les lois de sécurité militaire faites par la droite avant, sont complètement à côté de la plaque.
A ce titre, il faut une garantie qu'on ne rentre pas dans des processus arbitraires. Beaucoup de gens, notamment dans la haute-administration, pensent que, comme nous vivons dans une grande démocratie, il n'y a pas de risque d'altérer les principes démocratiques. Or c'est arrivé plusieurs fois dans l'histoire récente et je ne parle pas de Pétain mais de l'affaire Stavisky dans les années 30 ou du Rainbow Warrior en 1985. Des exemples qui ont montré que le pouvoir pouvait représenter un danger pour nos principes républicains.

Propos recueillis par Julien Bonnet - L'Usine Digitale

Ce n'est que le début

Des millions de personnes ont dit non à la terreur et oui à la démocratie. Des millions de personnes ont montré avec dignité et calme une image de ‘vivre-ensemble’, une façon de former une nation avec toutes ses différences d’opinions, ses différences ethniques, religieuses, politiques, sociales. Mais tout cela n’est que le début d’un mouvement historique qui, s’il s’enracine, renforcera la France. Ou, s’il s’ensable, l’affaiblira encore.

Ce n’est que le début d’un vaste débat sur ce qui doit changer pour ne pas recréer chez nous ces enfants de la terreur. Car ces trois semeurs de haine sont issus de la République. Ils sont Français, ont suivi leur scolarité en France, ils n’ont pas trouvé leur place et ont basculé dans la délinquance puis dans le radicalisme islamiste. Ces semeurs de haine ont aussi puisé leurs idées obscurantistes à l’étranger, mais ne nous trompons pas, les ferments de cette haine se développent chez nous. Et pas seulement en prison, où les mauvaises fréquentations sont sûrement plus intenses qu’ailleurs. En France, des jeunes gens ne se sentent pas aidés, pas intégrés et quelques-uns prennent ce chemin funeste de négation de l’humain en instrumentalisant la religion.

Lire la suite : Mediapart - Florent Pommier - 13 Janvier 2015

réalité augmentée

Cette start-up française qui veut devenir le Shazam des objets

Smartsy qui est spécialisée dans la technologie de reconnaissance visuelle vient de lancer un partenariat avec les Galeries Lafayette et plusieurs magazines de presse.
On la compare volontiers au service de reconnaissance musicale Shazam. La start-up française Smartsy, créée en 2012 par les entrepreneurs Gérard Ayache (ancien de France Télévisions) et Arnaud Saint-Paul (fondateur d’une plateforme de logistique et d’un site d’optique) a développé une technologie qui permet de reconnaître un nombre considérable d’images avec son smartphone et de pouvoir accéder à des contenus liés à ces images.

Lire la suite : Challenges.fr - Antoine Izambard - 13 Janvier 2014

Loading...
Loading...