UP' Magazine L'innovation pour défi

Rencontre avec Maximilien Rouer

Maximilien Rouer se présente volontiers comme un « réparateur de planète ». Ingénieur agronome et biologiste de formation, Maximilien Rouer est avant tout un entrepreneur alternatif. Il est le Directeur général délégué de Greenflex, société dont la mission est de conseiller les entreprises dans l’approche de solutions alternatives, écologiques et sociales.


Cet homme de terrain et de convictions a initié l’idée d’économie positive (voir son livre : « Réparer la planète : la révolution de l’économie positive »). Pour lui, l’activité économique doit restaurer l’environnement et le capital humain ; les seules notions de profit ne sont plus soutenables aujourd’hui, dans cette période de transition écologique, énergétique, numérique sociétale, qui peut paraître à la fois angoissante et exaltante. Les incertitudes qui en découlent imposent, selon lui, la question du sens et de l’intention du « vivre ensemble » ainsi que du contrat social qui en découle.

Invité de la dernière conférence de la saison de l'Université Populaire de la Mairie du 2ème arrondissement de Paris nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec lui pour qu’il explique aux lecteurs de UP’ Magazine l'économie positive et sa portée :

 

 

Rencontre avec Cécile Renouard

Cécile Renouard était l'invitée de la dernière conférence de la saison de l'Université Populaire de la Mairie du 2ème arrondissement de Paris. L'occasion de rencontrer une femme passionnée, à l'enthousiasme singulièrement contagieux.

Cécile Renouard est Professeur de philosophie sociale et politique au Centre Sèvres, elle est enseignante à l’Essec et à l’Ecole des Mines de Paris. Elle dirige le programme de recherche CODEV « Entreprises et développement » de l’ESSEC. Elle est aussi religieuse de l’Assomption. Une vraie missionnaire qui parcourt la planète, portant la bonne parole des transformations nécessaires de nos pratiques sociales pour changer le monde.

Avec Gaël Giraud et d’autres, dans la foulée du Prix Nobel Amartya Sen,  elle a construit au sein de son programme de recherches l’ « indicateur de capacité relationnelle ». Celui-ci est destiné à mesurer la qualité du lien social et à mettre l’accent sur une anthropologie relationnelle. Ses travaux soulignent l’importance de la contribution des entreprises au lien social et écologique ; à ce titre, elle conseille de grands groupes comme Danone ou Total.

L’idée maîtresse qui l’anime est de faire de la cohésion sociale la finalité de l’activité et non pas seulement un capital social au service de la croissance.

 

 

conversation

Guillaume Villemot ou la gourmandise de la conversation

Quel lien entre innovation et conversation ? Curieux de parler d'un art vieux comme l'Antiquité dans un magazine sur les innovations... Eh bien justement, pour ne pas devenir totalement virtuels, comme l'explique très bien l'écrivain Emmanuel Godo, auteur d"'Histoire de la conversation" et de "Conversation". Le Festival des Conversations démarre ce lundi 13 avril en Ile de France pour cinq jours d'échanges tournés vers l'avenir. Rencontre avec son fondateur, Guillaume Villemot.

La conversation est plus qu'un dialogue ou une discussion, elle est pensée, depuis l'Antiquité, comme un art au carrefour de plusieurs activités humaines : art de vivre, politique et sociabilité, littérature et philosophie...

Nos sociétés sont en mal d’utopies. La conversation est la dernière qui nous reste. Suspendue entre le rien et le presque rien, nous la croyons insignifiante. Pourtant, en conversant, nous tâchons de maintenir, entre nous et nos semblables – parfois si dissemblables ! –, un lien humain de qualité. Contre les sirènes désenchantées qui nous disent que le monde court à la catastrophe, nos conversations attestent de notre foi indéfectible en un projet collectif : une société d’hommes libres, authentiquement individuels et ouverts.

Dans un petit recueil de présentation de l"édition précédente, Guillaume Villemot aime préciser, en partant de la phrase d'Hemingway "Il faut deux ans pour apprendre à parler et cinquante pour apprendre à se taire" : "c'est vrai, mais n'oublions jamais que sans conversation il n'y a plus la curiosité de l'autre, la générosité de l'autre, sans conversation, on est isolé, on est seul, on se renferme sur nous et notre monde disparaîtra. Notre conversation est notre bien commun, un bien précieux à protéger et à encourager. "

Lire article sur le Festival des Conversations

innovation

Jean-Michel Cornu : Imagination for people

Jean-Michel Cornu est directeur scientifique de la FING (1). Tout le monde le connaît ! Il a fondé en 2010 avec Franck Escoubès une plateforme collaborative "Innovation for people" dont le principe est de fédérer un réseau de communauté internationale de citoyens souhaitant s'impliquer dans le lancement de projets marchands ou bénévoles innovants. UP' Magazine a eu le plaisir de découvrir un homme passionné, à l'occasion de la dernière Université populaire de la Mairie du 2ème arrondissement de Paris.

Concrètement, avec le réseau Imagination for people, "chaque porteur de projet - particulier, fondation, association, entreprise privée - peut bénéficier d'un accompagnement pour monter son projet, grâce aux compétences des autres membres : recherche de locaux, appuis technologiques, conseils juridiques" assure Jean-Michel. Surtout, il peut gagner en visibilité, sans puiser dans son budget communication, grâce au buzz de la communauté. Pour faire simple, tirer partie des atouts du Net pour valoriser les entreprises sociales.

www.imaginationforpeople.org

Dernier ouvrage de JM Cornu : "Tirer bénéfice du don " 2013 - FYP Edition - 96 Pages

(1) La FING repère et valorise l'innovation dans les services et usages du numérique. Elle compte plus de 160 membres dont 4 grands partenaires : Orange, la caisse des dépôts et consignations, le Groupe Laser et la Région PACA, ainsi que de grandes entreprises, stratups, ,laboratoires de recherche, universités, collectivités territoriale, administrations et associations. 

innovations sociales

Rencontre avec Valérie Peugeot

Valérie Peugeot est présidente de l'association VECAM qui travaille sur les enjeux sociétaux des technologies de l'information, en étudiant les impacts du numérique. Depuis janvier 2013, elle participe aux travaux du Conseil National du Numérique, en tant que vice-présidente en charge des questions de transition numérique et de société de la connaissance. Elle travaille par ailleurs à Orange Labs où, en tant que chercheuse, elle porte des projets de prospective au sein du laboratoire de sciences humaines et sociales.

Réintroduire les notions de citoyenneté et de bien commun dans une industrie obnubilée par la technologie, c'est la marque de fabrique de Valérie Peugeot ! Elle milite depuis vingt cinq ans pour que les technologies digitales soient créatrices de liens plutôt que facteur d'exclusion. UP' Magazine l'a rencontrée lors de la conférence "Tu peux changer ta vie" du mardi 17 mars de l'université populaire de la mairie du 2ème arrondissement de Paris. Entretien.

Loading...
Loading...