UP' Magazine L'innovation pour défi

Le prix PEC 2014 à la Fondation Hirondelle

La Fondation Hirondelle a reçu début juin à Genève le prix PEC 2014 pour la Protection des Journalistes, décerné par « Presse Emblème Campagne ».

Chaque année, ce prix distingue un individu ou une organisation qui œuvre dans les zones de conflit pour la défense de la liberté de la presse et des travailleurs des médias.
Cette année, le comité de la PEC a choisi de récompenser le soutien de la Fondation Hirondelle à l’exercice du métier de journaliste en Afrique et ses efforts pour endiguer les discours de propagande et de haine qui attisent les conflits. Il entend également honorer la mémoire de ceux qui, ces derniers mois, ont perdu la vie en Afrique dans l’exercice de leur métier de journaliste. 

Créée il y a 10 ans à Genève par des journalistes, la PEC a proposé d’élaborer un projet de Convention spécifique à la
protection des journalistes à travers le monde. Elle en appelle à la création de mécanismes d’application permettant de
mieux faire respecter le droit existant. Elle préconise aussi la création d’une organisation spécialisée pouvant aider les journalistes sur le terrain dans les zones dangereuses, les suivre dans leur mission, alerter l’opinion le cas échéant. L’an dernier, 129 journalistes ont été tués dans leurs fonctions.

La Fondation Hirondelle

La Fondation Hirondelle est une organisation non gouvernementale suisse de journalistes et de professionnels de l’action humanitaire. Depuis 1995, elle crée ou soutient des médias d’information généralistes, indépendants et citoyens, dans des zones de guerre, des situations de crise endémique ou des situations de post-conflit.

La Fondation Hirondelle développe des médias populaires et recherche une forte audience. Elle donne la plus grande importance à la crédibilité de ses médias, à travers un journalisme rigoureux et factuel. Elle s’interdit tout commentaire à l’antenne. Seuls les collaborateurs ressortissants des pays où se trouvent les médias s’expriment à l’antenne. Les émissions sont, dans toute la mesure du possible, dans les langues nationales. Les radios de la Fondation sont dotées de Chartes éthiques et professionnelles. La ligne éditoriale privilégie la défense concrète, dans le quotidien, des droits humains. Les collaborateurs de la Fondation sont internationaux. Le français et l’anglais sont les langues de travail principales de la Fondation Hirondelle.

La Fondation Hirondelle s’efforce de créer ou de soutenir des médias durables, qui puissent remplir leur rôle social au-delà de la prise en charge ou de l’assistance de la Fondation Hirondelle et de ses bailleurs. A cette fin, elle développe le management de ses médias, des régies publicitaires et toutes les activités génératrices de revenus susceptibles d’assurer à terme l’indépendance financière et institutionnelle de ses médias.

www.hirondelle.org

Quelle responsabilité sociale pour les médias?

UP' vous propose cette analyse de François Borel-Hänni parue sur le site Youphil.com ce 16 mai 2014 sur la "responsabilité sociale" du journaliste. Un sujet que nous tous à la rédaction, depuis le début de notre aventure,  avons disséqué et auquel nous tentons de correspondre à travers nos multiples propos. 

Edwy Plenel, fondateur de Mediapart dit ceci : "...Loin de s'aventurer sur des chemins inexplorés sans boussole ni expérience, ce symbole d'une nouvelle presse numérique se revendique d'une ancienne tradition qu'il entend défendre, refonder et renforcer, en épousant sans préjugés la modernité que symbolise internet".

Mais encore : "La question de l'information, avant de devenir un enjeu professionnel ou une affaire économique, est au coeur de la vitalité démocratique elle-même".
En effet, c'est en utilisant ce nouveau vecteur internet que nous avons choisi de prendre nos responsabilités de paroles, de thèmes et de sujets, dans le respect pur et noble de nos lecteurs : une information de contenus de qualité, libres, indépendants,... Merci à Youphil de recadrer ce droit à l'information riche pour tous les citoyens.

"Les médias doivent réfléchir à leur responsabilité sociale en tant qu'entreprise, mais aussi dans leurs contenus.

"Le droit du public à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste, rappelé dans la Déclaration des Droits de l’Homme et la Constitution française, guide le journaliste dans l’exercice de sa mission. Cette responsabilité vis-à-vis du citoyen prime sur toute autre." Ceci est le préambule à la Charte d’éthique professionnelle du Syndicat national des journalistes (SNJ), principal syndicat de la branche en France.

Mais il y a un problème dans cette louable déclaration d’intention. Un caillou posé en signature: la responsabilité. Toute personne morale ou physique, tout organisme public ou privé, aime aujourd’hui se déclarer responsable. Ce mot démange. Si galvaudé qu’il est comme un vieux pardessus: il s’enfile sans peine et ne protège de rien.

De quoi le journaliste est-il responsable? 

Or, la responsabilité, comme "l’agir responsable", n’est pas un fourre-tout. Un mot désigne toujours quelque chose, il suffit de savoir quoi. "La responsabilité naît en-dehors du sujet responsable. Elle vient sur lui, parce qu’il se trouve engagé dans des circonstances qui l’engendrent." Nous devons ces propos à Paul Fauconnet qui, en 1928, consacra une thèse au concept.

Celui qui se déclare "responsable" s’arroge un trop grand pouvoir : on ne choisit pas d’être responsable, on le devient. Paul Ricoeur complète la définition en précisant d’où naît la responsabilité: "En son sens fort, qui est aussi son sens vrai, la notion de responsabilité est développée par (…) Hans Jonas. L’auteur y montre que la véritable responsabilité n’est autre que celle qu’on exerce à l’endroit de quelqu’un ou quelque chose de fragile, qui nous serait confié."

Il en résulte une définition limpide, élégante : je suis responsable envers une tierce partie de ce qu’elle m’a confié. De quoi les journalistes sont responsables ? Du droit de leur public à être bien informé. Cette responsabilité ne guide pas leur mission, elle est la mission.

Depuis 1935 et la création du statut de journaliste professionnel, n’importe quel journaliste déclaré se voit confier le droit du public à l’information. Dans le même temps, les sujets de l’information confient une partie de leur image au journaliste, sans parfois l’avoir demandé. L’oubli de ce deuxième aspect de la responsabilité est aussi ravageur que celui du droit à l’information. 

Passage de l'information à l'opinion, par manque de recul

Lire la suite 

 

" L'information est l'arme de l'égalité. Celle de l'accès de tous aux connaissances sur notre présent immédiat et aux savoirs sur le passé dont il est tissé. Celle de la collective discussion et de la libre réflexion sur tous les faits d'intérêt public." Edwy Plenel (1)

 

- (1) Livre "Le droit de savoir" d'Edwy Plenel - Editions Don Quichotte - Février 2013
- Livre "La vérité guidait leurs pas" de Pierre Mendès-France - 1976 - Editions Gallimard
- Oeuvres complètes d'Albert Londres - 1992 - Editions Arléa
- Livre "Une foi commune" de John Dewey - 2011 - Edition La Découverte
- Livre "Le droit et la loi" de Victor Hugo - 2002 - Editions 10/18
- Livre "La technique ou l'enjeu du siècle " de Jacques Ellul - 2008 - Edition Economica
- Livre " La Méthode, Ethique" d'Edgar Morin - 2004 - Edition du Seuil

TVA sur la presse en ligne : communiqué du SPIIL

L'ensemble des organisations professionnelles de la presse (SPQN, SPQR, SPIIL, SEPM, FNPS, SPQD, FPPR, GESTE, AIPG) se sont réunies ce 7 janvier, et ont publié le communiqué suivant :

"Représentant toutes les familles de presse, les organisations professionnelles signataires réaffirment leur position unanime en faveur du même taux de TVA applicable à la presse numérique et à la presse papier.
Instaurée de longue date au bénéfice du lecteur, la TVA super-réduite sur la presse n’est en aucun cas un privilège mais, au contraire, l’affirmation par l’Etat du rôle démocratique essentiel d’une information vivante, accessible et pluraliste.

Les organisations signataires demandent donc instamment aux pouvoirs publics de faire respecter les principes de neutralité technologique et d’égalité fiscale pour tous les titres de presse et services de presse en ligne reconnus par la Commission paritaire des publications et agences de presse (CPPAP).
Cette exigence est conforme aux principes constitutionnels qui garantissent le droit à une information libre et pluraliste, au service du droit de savoir des citoyens. A l’heure de la révolution numérique, elle est essentielle, voire vitale, pour la survie, le développement et le renouvellement de la presse, de ses industries, de ses métiers et de ses emplois."

SPIIL : 4ème journée de la presse en ligne

Le 15 novembre dernier, le SPIIL organisait à la Maison des Métallos - Paris, la quatrième édition de la Journée de la presse en ligne. 
Un peu plus de 400 participants étaient au rendez-vous pour cette journée de débats et d'ateliers consacrés à l'avenir de la presse.  Ils ont surtout voulu profiter de l'occasion pour lancer la plateforme de débats 2081. Une plateforme participative ou tous, professionnels ou non, éditeurs ou journalistes, experts et chercheurs, citoyens, sont invités à réinventer la presse.

Premier thème abordé : Plénière - Aides publique et aides privées comment favoriser l'innovation et le pluralisme de la presse

L'État et Google affirment vouloir soutenir l'innovation et le pluralisme de la presse. Cet objectif est-il atteint ? Des alternatives sont-elles possibles ?

Avec Ludovic Blecher (directeur du Fonds Google-AIPG pour l'innovation numérique de la presse), Maurice Botbol (président, Indigo Publications, président, Spiil), Sylvie Clément-Cuzin (sous-directrice de la presse écrite et des métiers de l'information, ministère de la Culture et de la Communication), Corinne Denis (directrice des éditions éléctronique, groupe Express-Roularta, présidente, GESTE).

Télécharger l'enregistrement audio

Second thème : Cybersécurité : la protection des sources

Quelles solutions techniques ? Quels sont les blocages qui empêchent les rédactions de s'y mettre ?

Avec Julien Cadot (rédacteur en chef, Ragemag), Jean-Marc Manach (journaliste d'investigation spécialiste d'Internet), Grégoire Pouget (chef de projets nouveaux médias, Reporters sans frontières).

Télécharger l'enrregistrement audio

Troisième thème : Journaux payants à succès - Témoignages

Comment faire payer le lecteur ? Témoignages de Mediapart (B2C), Hospimedia (B2B), et Piano Media (prestataire) : organisation interne, pricing, marketing, efforts commerciaux, outils techniques.

Avec Jan Cifra (head of business development, Piano Media), Estelle Coulon (directrice marketing, Mediapart), Christian Nicoli (président, Hospimedia).

Télécharger l'enregistrement audio

Quatrième thème : Quels modèles économiques pour les pure players locaux ?

Publicité, abonnements, sponsoring, version papier, services complémentaires : panel des modèles économiquespour les pure players locaux.

Avec Joël Aubert (directeur de la publication, Aqui.fr), Pierre Boucaud (directeur de la publication, Marsactu), Christine Turk (directrice commerciale,Slate), Marie-Laure Vie (consultante open data)

Télécharger l'enregistrement audio 

Cinquième thème : Nouvelles expériences européennes - InfoLibre et De Correspondent

Coup de projecteur sur deux pure players indépendants lancés en 2013 en Espagne et aux Pays-Bas. Quel modèle économique pour quelles ambitions éditoriales ? (atelier en anglais)

Avec Jesús Maraña (fondateur et directeur, InfoLibre), Ernst-Jan Pfauth (directeur de la publication, De Correspondent), Rob Wijnberg (rédacteur en chef, De Correspondent)

Télécharger l'enregistrement audio    (Source : SPIIL déc 2013)

http://www.spiil.org

Lancement par Canal+ de l'application Piwi+ 100% 3D

Lancement de l'application Piwi+ : la première application numérique 100% 3D, développée par des ingénieurs rennais pour Canal+

Canal + a choisi iD.apps, filiale du groupe Alten, pour réaliser l'application numérique de leur chaine TV Piwi+.
Disponible sur tablettes (iPad et Android), l'équipe d’iD.apps a réalisé une application 100% 3D afin d’optimiser l’interactivité entre les utilisateurs et les programmes TV Piwi+.
Mise en ligne depuis le 23 octobre, l'application est en téléchargement gratuit sur Google Play et App Store.

La qualité d'image de l'audiovisuel et le savoir faire des développeurs de jeux vidéo : 100% interactif pour les utilisateurs

iD.apps a développé l’application Piwi+ dans son centre de développement et d'innovation multimédia à Rennes en s’appuyant sur une équipe composée d’experts dans les technologies digitales, l’univers des jeux vidéos et la réalisation audiovisuelle.
L’équipe iD.apps s’est avant tout attachée à préserver l’environnement TV de Piwi+ en intégrant un moteur physique (jeu video), des effets spéciaux (arc en ciel, jets d’eau, feux d’artifice…) ainsi que des univers sonores pour la 3D.
Avec un contenu dynamique, l’application 3D de PIWI+ plonge l’enfant dans un univers interactif et immersif dans lequel il va de découverte en découverte en faisant intervenir plusieurs de ses sens (vue, toucher, ouie).

« L’univers doux et interactif de Piwi+ se prête magiquement à l’environnement digital d’une application sur tablettes : une nouvelle occasion de mettre en éveil les sens des plus petits ! Cette première application 100% 3D pour notre chaîne Piwi+ est une réalisation inédite. iD.apps nous a proposé un ensemble de technologies représentatif d'une tendance : de la même façon que les jeux vidéos se rapprochent de la qualité cinématographique, les applications numériques évoluent pour rendre le monde virtuel toujours plus proche du réel. C’est précisément ce qu’attendent nos utilisateurs sur tablettes» raconte Laurence BLAEVOET, directrice du pôle jeunesse de CANAL+

Un univers 3D à la fois ludique, pédagogique et créatif

L'application Piwi+ met en scène les huit héros préférés de la chaîne TV (Barbapapa, Ariol, Rastasouris, Kioka, Stella et Sacha, Robocarpoli, Willa, Zac & Zig) et les décors de leurs émissions dans le cadre de trois activités :

Jeux :
• Éveil musical : un jeu du Simon, une berceuse et un mode de jeu libre
• Jeux des Bulles et des Flocons : jouer et interagir avec des bulles ou des flocons de neige
• Jeu des 4 saisons : replacer des objets avec la bonne saison de l'année
• Alpha-Pas-Bête : Trouver les lettres manquantes dans des noms d'animaux (20 animaux différents)
• T-où T-où : Trouver dans quel(s) milieu(x) habitent des animaux (20 animaux)
• Bon En Dessin : Apprendre à dessiner des animaux (20 animaux)
• Puzzle : + de 100
• Différences : 16 jeux
• Memory : 16 jeux
• + des surprises cachées dans le décor (feux d'artifices, arc-en-ciel, etc.) déclenchés au clic
Dessins :
• 3 modèles libres
• + de 100 modèles de coloriage
• Plusieurs outils :
o Crayons
o Pinceaux
o Feutres
o Pots de peinture
o Gommettes (objets, chiffres et lettres)
o Gommes
Vidéos :
• Épisodes des différents héros
• Chansons
• Quizzine : quizz sur les fruits et légumes
• Alpha-Pas-Bête : vidéos sur l'alphabet
• Apprendre à dessiner
• Vidéos surprises 

A propos de Piwi +
Piwi+, c’est tous les jours la récré ! Depuis bientôt 10 ans, Piwi+ accompagne les plus jeunes enfants et les aide à grandir, s’éveiller au monde qui les entoure, découvrir de nouvelles histoires douces et tendres ou de grandes aventures. Ses héros (Barbapapa, Franklin, Sam Le Pompier Robocarpoli…) tous complices, font partie du quotidien des jeunes abonnés. La chaîne a su tisser un lien affectif avec son public, notamment grâce à un habillage magique et à ses incarnations très identitaires, Zac (Kévin Métayer) et le chien Zig.

A propos d'iD.apps
ID.apps, société détenue à 100% par Alten SA, conçoit et développe des applications sur smartphone, tablette et TV connectée. ID.apps propose une offre multi plateformes (iOS, Android, BlackBerry, Windows Phone, HTML 5...) dans le cadre d'applications B to B, B to C et d'applications métiers pour les collaborateurs des entreprises. ID.apps compte des clients dans tous les secteurs d'activité : TF1, Orange, Bouygues Telecom, EDF, Veolia, Nestlé, Pernod...
www.id-apps.fr

A propos d’ALTEN
Leader Européen de l’Ingénierie et du Conseil en Technologies (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d’études pour les Directions Techniques et les Directions des Systèmes d’Information des grands comptes industriels, télécoms et tertiaires. Créé en 1988, présent dans 16 pays, le Groupe ALTEN a réalisé un chiffre d’affaires de 1.2 milliard d’euros en 2012 et compte 16 000 collaborateurs, dont 88% sont des ingénieurs de haut niveau.
www.alten.fr

Loading...
Loading...