UP' Magazine L'innovation pour défi

Payin Tech

Payin Tech ou la fête sans contrainte

La nuit de l'ESSEC qui a regroupé plus de 6000 participants à Cergy ce vendredi 20 janvier avait invité à la fête un partenaire plutôt discret et très efficace : le bracelet lumineux porte-monnaie électronique Payin Tech.

La société Payin Tech, devenu leader du cashless depuis son lancement en 2013, a équipé la soirée ESSEC de sa solution de paiement sans contact Mybee en version totalement portative, grâce à une soixantaine de terminaux mobiles équipés de lecteurs NFC, répartis sur les vingt bars de l'événement.

Pour allier l'utile à l'agréable, un partenariat a été mis en place entre Payinn Tech et la société LedPulse qui propose des objets et supports de communication lumineux. 
A la soirée ESSEC, les participants se sont vu remettre un bracelet lumineux à activation de mouvement, dans lequel une puce RFID était intégrée. Les étudiants pouvaient ainsi profiter de leur soirée en toute sécurité, sans peur de perdre leur portefeuille.
 
 
Les technologies sans contact sont au cœur des solutions de paiement dématérialisé proposées par PayinTech qui équipe des campings, villages vacances, parcs à thèmes, salles de spectacle, festivals ou stades de ses solutions de paiement privatif, proposant ainsi une expérience ludique et pratique aux utilisateurs finaux, et permettant à ses clients d’augmenter leur chiffre d’affaires et de mieux suivre leur activité.

Comment ça marche ?

Basée sur un process de communication par radiofréquence, la carte Payin Tech ne possède pas de batterie, son énergie provenant de l’onde radio émise par le lecteur. L’antenne de l’objet fonctionne comme un récepteur d’énergie RF. Lorsque la puce connectée à l’antenne entre dans le champ du lecteur, elle reçoit l’énergie et communique avec le lecteur.

Grâce à un large choix de protocoles de communication et de fréquence, en courte ou moyenne portée (Haute Fréquence) ou longue portée (Ultra Haute Fréquence), de nombreuses transactions peuvent être effectuées en technologie sans contact pour l’identification de personnes ou d’objets. La distance de communication varie selon le protocole ISO utilisé, la puce sélectionnée mais elle varie aussi selon la taille du lecteur, l’antenne de la carte et l’environnement.

C'est donc un « must » lorsqu’il est nécessaire de gérer un flux de personnes ou d’objets en un temps restreint, lorsque les vitesses de transaction doivent être élevées et qu’un système doit être sécurisé. Le « sans contact » peut être utilisé pour des applications financières, de contrôle d’accès sécurisé, pour sécuriser des documents d’identité, pour la télébillettique dans les transports publics et toutes les applications RFID d’inventaire ou de traçabilité d’objets. Une petite révolution dans le monde des terminaux mobiles.

Révolutionner le pendant de l'événement

Justement, Bertrand Sylvestre et Jean-Rémi Kouchakji, jeunes diplômés d'HEC Paris, ont donc parfaitement compris l'opportunité d'un tel procédé : ils créent une première startup en 2010, "MyBee-EVENTS", pour proposer aux festivals musicaux ou tournois sportifs, le déploiement de ce type de système de paiement privatif. On entre alors dans la dématérialisation totale du ticket d'entrée et de celui du paiement.

Forts de ce premier succès, ils réitèrent en créant Payin Tech en 2013, plus axée B to B, dédiée à un autre marché : celui du tourisme et des parcs de loisirs. 

La technologie NFC est totalement disponible ; ils encryptent donc les informations sur une puce et créent leur propre matériel, les "mybee-box" : désormais, chaque personne munie d'un bracelet à puce passe sans s'arrêter devant les terminaux de caisse, de recharge ou de vente, sans avoir à sortir portefeuille ou menue monnaie. 
Toutes les données sont stockées sur un site web, une plateforme qui traite toutes les statistiques et permet des outils de gestion et de configuration précis : à chaque nouvel article, nouveau prix, nouveau vendeur !

La fluidité est totale : plus d'embouteillage à l'entrée des salles de spectacles,  plus de queue d'attente pour se payer un verre. Quant à la gestion interne : vous pilotez vos ventes, vos stocks, votre personnel, directement à partir de l'interface d'administration : zéro perte, zéro vol !
De plus, vous connaissez les profils et habitudes de consommations de vos clients. Vous adaptez donc vos offres et vos promotions afin de les satisfaire toujours plus...
Le client, lui, n'a plus besoin d'argent liquide et son comportement psychologique change quand il passe à l'acte d'achat, puisque l'argent disparaît des transactions.  Tel un "collier à boule" technologique !

Contact : louis.carabat[at]payintech.com
www.payintech.com

 

Air Bonzaï

Ces bonzaïs flottent en lévitation

Le thème de la lévitation est récurrent dans la littérature de science-fiction. Le réalisateur japonais Hayao Miyazaki avait même imaginé une île flottante dans un de ses films, « le château dans le ciel » tourné en 1986. Aujourd’hui il ne s’agit pas d’île mais d’arbres ; et pour être plus précis de bonzaïs que vous pouvez faire flotter dans l’air, comme par magie, dans votre salon.
 
Cette idée ingénieuse revient à de jeunes entrepreneurs et artisans de l’île de Kyushu, au sud du Japon. Ils ont imaginé un procédé permettant de faire flotter un bonsaï au-dessus de sa base. Ils ont proposé cette idée sur le site de crowdfunding Kickstarter, et le succès fut immédiat, dépassant largement leurs espérances.
 
La startup utilise une technologie très classique de lévitation magnétique : des aimants créent un champ électromagnétique permettant de maintenir en l’air des objets pas trop lourds. L’originalité de l’idée tient surtout dans les objets qu’ils ont choisis pour cette expérience : des bonzaïs. Ils en proposent de nombreuses variétés et le résultat est toujours magique. Le petit arbre flotte littéralement dans l’air, et peut tourner sur lui-même à la moindre impulsion. Effet poétique garanti.
 
 
Pour commercialiser ses produits, la société Air Bonzaï est consciente de la quasi-impossibilité de faire voyager un bonsaï. Ils ne vendent donc que la base magnétique et la sphère de mousse contenant l’aimant. Une mousse qui sert par ailleurs à accueillir n’importe quel bonzaï (ou plante) que vous trouverez chez votre pépiniériste ; à condition toutefois qu’il ne pèse pas plus de 300 grammes.
Ce kit est proposé pour environ 200$ et sera disponible selon les créateurs de la société, d’ici fin août 2016.
 
En attendant, voici quelques images, juste pour rêver...
 
 
 

 

Noël et bougies

Des bougies bio-sourcées pour un Noël durable

Grâce à son partenariat avec le laboratoire Génie des Procédés Environnement et Agroalimentaire, l'entreprise de bougies Denis & Fils a obtenu le prix Trophées Territoire Innovation Pays de la Loire 2015, catégorie Responsabilité Sociétale des Entreprises, le 17 décembre 2015 à l'issue de la Journée Régionale de l'Innovation. Des maîtres ciriers et des maîtres parfumeurs qui depuis de 100 ans ont su allier une belle histoire de famille (la tradition) à l'innovation, inspiration du présent et du futur. 
 
Un Noël sans bougie, c'est un peu comme un sapin sans guirlande. Et il y en a pour tous les goûts : bougies parfumées, décoratives, avec des alliances de senteurs et un parfumage à la carte, créant ainsi l'enivrant mariage de la cire et du parfum. 
 
Denis & Fils, PME de 180 salariés, située à Gétigné en Loire-atlantique, fabrique des bougies commercialisées sous la marque "Le Chat". Depuis 2014, deux doctorantes du GEPEA de l'Université de Nantes accompagnent l'innovation au sein de cette entreprise familiale, en travaillant à de nouveaux procédés de fabrication qui permettent de réduire l'utilisation de la paraffine d'origine pétrolière dans la fabrication des bougies, en y substituant des matières végétales bio-sourcées essentiellement d'origine française.
 
 

Toutes les belles histoires se conjugent... au présent !

L'envie, la passion guident depuis le début les aventures de la maison Denis. Peut-être est-ce une tradition française à laquelle la famille fondatrice est très attachée, celle de l'exigence, du raffinement et de l'exceptionnel.
Avec les parfumeurs de Grasse, ils ont développé tout un langage silencieux qui marie les perceptions du corps et de l'esprit pour développer des produits qui parlent aux sens, à tous les sens.
Alors ils produisent en France. Et ils modernisent sans cesse leur outil de production. Parce qu'ils savent  que c'est ainsi qu'ils continueront à offrir des collections de bougies uniques et originales.
Et si les performances industrielles ont remplacé l'artisanat d'autrefois, elles n'ont fait que renforcer et enrichir leur savoir-faire et leur expertise. 
 
 

Un projet collaboratif récompensé

Aujourd’hui, les bougies industrielles sont majoritairement constituées de paraffine, une matière première d’origine pétrolière et donc non renouvelables. « Certaines alternatives sont possibles : des corps gras d’origine végétale comme le soja en provenance des USA ou la palme d’Indonésie », explique Marie Pouliquen, directrice qualité et innovation de Denis & Fils. Afin de mieux maîtriser son impact environnemental, Denis & Fils a accentué, il y a trois ans, son plan de R&D. L’objectif ? Réduire sa dépendance à la paraffine et intégrer des matières premières végétales d’origine locale dans ses produits.
Depuis 2014, la société de Gétigné intègre dans ses bougies une matière végétale française. Un traitement spécifique a été mis au point, les lignes de productions ont été adaptées. Résultat ? « Suivant les produits et les procédés, nous atteignons aujourd’hui un taux de substitution de 5 à 40 % selon les procédés », indique Marie Pouliquen.
 
Mais la société familiale ne compte pas s’arrêter là. Deux doctorantes du laboratoire GEPEA de l’Université de Nantes viennent renforcer son équipe de R&D afin de travailler sur des formulations bio-sourcées et leurs procédés de fabrication. Et la PME s’est engagée, pour la première fois en 2014, dans un projet collaboratif, labellisé notamment par le pôle de compétitivité Végépolys. 
 

Pour une paraffine végétale

Denis & Fils porte le projet GreenWax qui a reçu le soutien du Fonds Interministériel Unifié et qui a été labellisé par plusieurs pôles de compétitivité, et vise sur trois ans à développer une paraffine végétale pour des applications industrielles, en substitution de la paraffine minérale issue du pétrole. Cette nouvelle matière première devrait pouvoir remplacer 50 à 100 % des produits actuellement utilisés. 
 
Le marché de la paraffine minérale, utilisée comme matière première, représente 4 500 ktonnes à l’échelle du monde dont 1 200 ktonnes en Europe. La demande globale de cire ne cesse de croître, et devant les risques de pénurie et la hausse des prix, des produits tels que les cires synthétiques ou les cires d’origine animale ou végétale, suscitent de plus en plus d’intérêt. Des cires végétales (colza, palme, tournesol ou autres, transformées - hydrogénées, interestérifiées...) sont déjà utilisées aujourd’hui dans des mélanges pour bougies ou papier alimentaire, mais elles ne représentent encore que 2% du marché du fait notamment de leurs performances trop différentes de celles de la paraffine d’origine pétrolière. 
Par ailleurs, le coût des solutions actuelles végétales est trop élevé par rapport aux possibilités des industriels.
Le programme GREENWAX a donc pour ambition d’utiliser une approche de cost-design en s’appuyant sur des co-produits de la biomasse à valoriser et des réactions chimiques dites simples. Il vise plus précisément à substituer les paraffines d’origine pétrochimique par des lipides végétaux, utilisables après modification chimique, dans la fabrication de produits intéressant l’industrie : bougies, cire à greffer et revêtements pour emballages alimentaires.
L’objectif est d’aboutir à une paraffine végétale à coût abordable, en disponibilité suffisante et dont les caractéristiques physico-chimique sont les plus proches possibles de la paraffine minérale.
 
(1) Les trophées Territoires innovation Pays de la Loire mettent en valeur depuis 2009 les innovations de toutes natures des entreprises et acteurs économiques présents dans cette région. Cette manifestation a déjà permis de présenter plus de 900 candidats et de mettre en avant plus de 70 lauréats très divers.
Les lauréats de la 8ème édition des trophées Territoires Innovation Pays de la Loire 2015 pour la Région ont été dévoilés le 17 décembre au cours d'une cérémonie à la Cité, le centre des congrès de Nantes. Les sept lauréats de l’édition 2015 ont été sélectionnés le 15 novembre dernier lors de la tenue du jury régional. Ils ont été choisis par les partenaires parmi les 29 lauréats départementaux qui leur ont été présentés. Le jury a également choisi de remettre un prix spécial à l’une des 70 entreprises, sélectionnée parmi les lauréats des six éditions précédentes. 
Les partenaires des trophées Territoires Innovation sont la région des Pays de la Loire, la Banque Populaire Atlantique, la CCI des Pays de la Loire, La Cité, le centre de congrès de Nantes, Fidal, EDF, KPMG, le Groupe La Poste et L’École de design Nantes Atlantique. 
 

 

cadeaux de Noël

Lima ou l'innovation au pied des sapins de Noël

Noël approche et comme un bon vieux sentiment de magie, de rituel, renforçant le lien entre les gens... Ou au contraire, un rejet complet devant les marques qui l'exploitent à toutes les sauces pour partager avec le consommateur ce moment où il retrouve toute sa naïveté pour esayer de créer une autre forme de lien avec lui : vendre ! Pour réconcilier tout le monde, une startup, Lima, vient de lancer l’opération Noël de la French Tech 2015 : un collectif composé de près de 200 startups françaises qui s’allient pour dévoiler une liste de cadeaux originaux et innovants à mettre sous les sapins. 
 
«  Il y a un an, la première édition du Noël de la French Tech a contribué à mieux faire connaitre du grand public des produits de qualité créés par des jeunes pousses françaises. Pour cette seconde édition, le choix va être encore plus difficile qu’à Noël 2014. Bravo à la startup Lima, qui porte ce beau projet, ainsi qu’aux dizaines de startups qui participent à la promotion de ces produits « made in » French Tech ! » déclarait Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au Numérique, saluant ainsi l'initiative de la startup. 
 
Chaque jour, des milliers de start-ups françaises travaillent d’arrache-pied pour construire le monde de demain. Chaque mois de décembre, des millions de Français s’arrachent les cheveux  pour trouver les cadeaux qui feront mouche au pied du sapin.
Et si ces deux mondes se réunissaient ? L’idée du Noël de la French Tech est née au sein de l’équipe de la startup Lima, qui a su réunir un collectif de près de 200 startups pour proposer aux français les idées de cadeaux les plus innovants pour Noël 2015.
Cette année, le père Noël a un bonnet tricolore. Et il livre ses cadeaux par drone !
 
Le site Internet noeldelafrenchtech.fr propose une large palette de produits innovants qui ont marqué 2015 ou qui vont se faire remarquer en 2016 dans de nombreux domaines : enfance, art & culture, déco, musique, mode & beauté, gastronomie, sport & santé, écologie et même un choix spécial COP21 … Cette initiative vouée à rapprocher start-ups et grand public a de quoi inspirer de nombreux Pères Noël !
Offrir un cadeau du noël de la French Tech, c’est l’occasion de (se) faire plaisir tout en soutenant les jeunes pousses françaises. Cultiver le lien entre les startups et le public est une des forces de nos écosystèmes innovants : plus de 30% d’entre elles ont ainsi eu recours au financement participatif pour soutenir leurs idées et innovations. 
 
Allez, je vous laisse, j'ai des courses à faire...
 
 
 

 

Loading...
Loading...