UP' Magazine L'innovation pour défi

le festival vivant

Le Festival vivant - Vita Nova : l'exploration du Vivant

VITA NOVA, expédition dans l’archipel du vivant, est une rencontre innovante entre artistes, scientifiques et publics qui se tiendra les vendredi 18 et samedi 19 septembre 2015, à la galerie Le Daume - Paris, avec pour objectif de sensibiliser le grand public à la biologie de synthèse. Ce beau projet propose donc à des publics variés à la fois d'appréhender ce que peuvent être et représenter les projets techniques sur les organismes vivants, les corps, les cerveaux mais aussi d'éprouver par l'expérience artistique ce à quoi ils tiennent.
Illustrations : Golnaz Behrouznia
 
Qu’on les mange, qu’on les caresse ou qu’on les manipule, les organismes vivants nous intriguent, nous inspirent, nous alimentent. Ils nous parlent de ce que nous sommes. Nous disent notre appartenance au monde, notre condition…
Pourtant, tout bascule… Nos corps, nos existences, nos écosystèmes sont remaniés, questionnés par la domestication et l’industrialisation du vivant. Quelle « vie nouvelle » s’élabore dans nos laboratoires, nos  fermes, nos champs, nos imaginaires ? Entre lego et organisme, produit fini ou toujours inachevé, fabrique hors-sol ou en relation, projet de perfection ou d’intégration, quel écosystème se trame pour nous, demain ? 
 
Au travers d’une série d’explorations, VITA NOVA vous invite à découvrir Le Festival vivant, les 18 et 19 septembre 2015. Pour appréhender les battements de la vie, étrange et familière, naturelle et synthétique, participer aux dialogues entre scientifiques et artistes, et dire votre avis.
L'emprise de la technique sur les organismes vivants pour les doper, les modifier, les faire muter, pose question. Elle plaque dans l'univers du spontané, de l'imprévisible et de l'inachevé qu'est la vie, une culture d'ingénieur avec ses logiques propres : cahier des charges, programmation, standards, et obligation de résultats. Que reste-t-il dès lors du vulnérable, de l'inattendu et des joies qu'elles nous procurent ?
 
Cette modalité d’intervention est fondée sur l’idée que l’information n’est pas préexistante et forgée uniquement par les acteurs scientifiques de la biologie de synthèse. Elle permet l’amorce de débats contradictoires et pluralistes. Enfin, elle met en scène une projection fictive dans l’avenir afin de saisir les appréhensions et perceptions d’un public non averti.
Cette exposition d'échanges et de découvertes se situe dans le cadre du projet européen Synenergene, consacré à la biologie de synthèse, et porté en France par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
 
Les artistes exposants
David Guez, ORLAN, Catherine Nyeki, Carole Collet, Claude Cehes, Mael Le Mée, Sarah Garzoni, Maud LC, Louis Rigaud, Catherine Voison, Golnaz Behrouznia, Marion Orfila, Matthias Schmitt,  Isabelle Pamies et Dominique Champion. Et la participation de Virginie Thibaud, comédienne.
 
Programme
 
Vendredi 18 septembre (16h – 22h)
 
16h  – Accueil
Visites de l’Archipel du vivant entre interdépendances et artefacts
18h – Vernissage et pitches artistes et scientifiques 
20h – 21h30 – Table  ronde : L’expérience  interdite : conversation sur les frontières techniques, scientifiques, symboliques.
Introduction avec le film Fabrication d’un poulet, réalisé par Mael Le Mée
 
Débat avec :
- ORLAN, artiste plasticienne, 
- Jean-Michel Besnier, professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Sorbonne, auteur de L’homme simplifié, le syndrome de la touche étoile, Fayard, 2012 
- Philippe Marlière, biologiste, iSSB, cofonfateur des sociétés Isthmus et Global Bioenergies,
- Carole Collet, professeur de design et futurs soutenables, Central Saint Martins University of the Arts, Londres
 
Samedi 19 septembre (9h30 – 18h)
 
9h30  – Accueil
Exploration de l’Archipel du vivant Échanges avec les artistes, designers et scientifiques présents
 
Interventions et discussions
10h  –  Catherine  Voison, artiste plasticienne, technonaturaliste. 
Mémorabilia ou ce qu’il restera après les transgénèses artificielles
10h45 – Atelier  JeMONDE : partagez vos visions et vos engagements
11h30 – Rémi Sussan, spécialisé dans les nouvelles technologies, auteur de Les utopies post-humaines, Simplicité et complexité, que peut-on prédire ?, Ed. Omniscience 2005
12h15 – Atelier speed dating introduit par une performance de Virginie Thibaud, comédienne ("Mises en pièces")
13 h – 14 h : Buffet
14h – Atelier : Améliorez vos habitats par la bioinspiration (Wiithaa)
15h – Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, coauteur de Fabriquer le vivant ?, Ed.La Découverte 2012.
Les failles comme chances du devenir
16h30  – Atelier  JeMONDE : partagez vos visions et vos engagements
17h30 – Clôture : « Disruptting innovation ? So what ? » avec Marie-Gabrielle Jouan, co-fondatrice de BGEne, et Jacques Ninio, biologiste, directeur de recherche émérite du CNRS, auteur de L'empreinte des sens, Ed. Odile Jacob 2011.
 
 
 
 
Lieu : Galerie Le Daume, 69 avenue Daumesnil - 75012 - Paris
 
 
Première Vision

Première Vision Paris lance "Season Opener"

Première Vision lance "Season Opener" : un avant-goût des inspirations et des points forts saisonniers à découvrir en amont des salons Première Vision Paris. Etre à l’écoute des marchés mondiaux, rester attentif aux rythmes de la mode et de ses évolutions, vivre au plus près des professionnels du secteur… c’est le rôle et la volonté de ce salon référence depuis sa création. Pionnier de l’information mode, l’organisateur leader des salons professionnels de la filière donne le tempo.
 
Pour l’automne hiver 2016-17, Première Vision lance son tout premier SEASON OPENER ! Cette ouverture de la saison en avant-première, et en amont des salons physiques, marque une nouvelle approche de l’information mode, partagée avec les acteurs de l’industrie de la mode et de l’habillement à quelques semaines de l'ouverture du salon, les 15, 16 et 17 septembre 2015.
 
 
Les objectifs ?
 
- Anticiper les attentes des acheteurs, stylistes et créateurs en les orientant dans leur réflexion et dans la construction de leurs collections, bien avant le rendez-vous «physique » des salons ;
- Guider ces professionnels dans la préparation de leur visite en offrant les premières saveurs saisonnières et des pistes mode complémentaires à celles proposées in situ ;
- S’adapter à l’évolution des rythmes et des marchés internationaux ;
- Offrir une lecture claire des premières impulsions mode de la saison via le digital.
 
Inégalée dans le domaine des salons professionnels par sa richesse et sa pertinence, l’information mode délivrée chaque saison par Première Vision était jusqu’alors uniquement dévoilée aux visiteurs lors des salons à travers des forums pédagogiques, des espaces d’informations et des séminaires de mode.
 
Unique organisateur des six salons qui composent Première Vision Paris depuis février 2014,l'événement valorise les particularités et les complémentarités des six métiers représentés, tout en continuant à travailler les synergies ; et aujourd’hui, cette ambition de transversalité à l’information mode s’attèle désormais à rendre visibles les inspirations saisonnières génériques et communes aux six métiers de Première Vision Paris, tout en conservant une mise en relief de leurs savoir-faire mode et de leurs spécificités inspirationnelles.
 
 
Selon l'Union des Industries Textiles (UIT), l'industrie textile française représentait en 2014 plus de 530 entreprises, soit près de 60 000 emplois, pour un chiffre d'affaires d'environ 13 milliards d'euros (Source : Opcalia). Et selon les chiffres officiels du gouvernement, la mode et le luxe sont des domaines d'excellence et de réussite internationale pour la France, avec 1/4 des entreprises françaises dans le chiffre d'affaires mondiale de l'industrie du luxe (Etude Bain & Company 2013), 1150 entreprises en France en 2013 dans le secteur de l'habillement (Observatoires des métiers de la Mode, des Textiles et du Cuir), et 7 291 969 000 euros correspond au montant des exportations françaises d'habillement sur la période janvier-novembre 2014 (IFM, janvier 2015). Un secteur en pleine forme !
 
Le SEASON OPENER automne hiver 2016-17
 
Concrètement, c’est à travers une série de six vidéos que Première Vision donne forme au premier SEASON OPENER. Une formule qui est amenée à évoluer au fur et à mesure des particularités des saisons.
Ces vidéos créatives, inspirationnelles et didactiques ont été réalisées par les équipes mode de Première Vision qui, en complément d’un travail sur l’image et sur la communication visuelle des inspirations saisonnières, prennent la parole et confient les premières saveurs et les points forts de la saison automne hiver 2016-17.
Intégralement mises en ligne et consultables sur le site www.premierevision.com (rubrique Fashion Live/ AW 1617) depuis la mi-juin, ces vidéos viennent soutenir les actionsde promotion et d’information auprès des visiteurs des salons. 
 
Une vidéo générique et transversale à tous les métiers décrypte et synthétise la saison. Les cinq autres vidéos traitent des informations mode de chacun des métiers des salons, en évoquant les premiers points forts couleurs et matières en termes de fils et fibres, de tissus, de cuirs, de dessins ou encore d’accessoires.
 
 
Première Vision : initiateur d’une information mode inédite et exclusive chaque saison
 
Au-delà de l’offre produit et matière, et des services proposés sur ses salons, ce rendez-vous a pour objectif de fournir à l’ensemble de ses visiteurs une information mode exclusive et inédite, mise en place dès le début de son histoire, il y a plus de 40 ans.
Une information et des inspirations saisonnières uniques en leur genre, plébiscitées par l’ensemble des acteurs de la filière.
Afin de proposer des orientations mode adaptées à la multiplicité des marchés internationaux et cohérentes avec la réalité du secteur, Première Vision s’est doté d’une équipe mode interne experte qui travaille chaque saison à l’élaboration de pistes et d’inspirations mode efficaces dans leur diversité et dans leurs différences comme dans leurs complémentarités.
Cette équipe, en relation constante avec les exposants des salons qui comptent parmi les entreprises les plus influentes de la filière mode, est un pôle important d’observation de ce qui se fait de plus créatif et innovant dans l’industrie.
En effet, par exemple pour Première Vision Fabrics, ce sont chaque saison plus de 20 000 tissus qui passent entre ses mains. C’est en cela et sans conteste une véritable équipe d’experts.
 
Mais au-delà des observations qu’elle peut faire, des analyses et des enquêtes internationales réalisées auprès des acheteurs, ou encore de ses propres intuitions et de sa sensibilité mode, l’équipe travaille avec un réseau de professionnels influents du secteur (marques, industriels, personnalités..) qui proviennent des différentes régions du monde qui comptent en matière de mode.
 
Lors de concertations internationales, l’équipe mode de Première Vision échange avec ces experts sur leurs points de vue et les visions qu’ils ont de la saison à venir en termes de couleurs et de matières. Recueillie puis synthétisée, cette information est traduite en inspirations et en orientations retranscrites chaque saison à travers divers documents (gammes couleurs, films, textes, images, outils digitaux…) et espaces d’informations – en février 2015, 14 forums étaient ainsi répartis sur plus de 5 500 m² entre les six salons.
 
www.premierevision.com -  rubrique Fashion Live
Salon Première Vision Paris : Parc des Expositions de Paris Nord-Villepinte
 
 
 
Première Vision Awards

7ème édition des PV AWARDS

Nouveaux prix, nouveaux savoir-faire et nouvelle date : sous la présidence du duo couture ON AURA TOUT VU, la 7ème édition des PV AWARDS
s’annonce riche de créativité et d’innovation exclusives. Histoire de casser les codes...
 
Du 15 au 17 septembre, la prochaine édition de Première Vision Paris ancrera dans la réalité les évolutions stratégiques mises en place par Première Vision, désormais unique organisateur de cet ensemble de six salons totalement intégré.
A travers divers développements, actions ou réorganisations qui découlent directement de la nouvelle politique de marque lancée en février dernier, il s’agit à la fois de mettre en valeur les synergies entre salons et les spécificités de chacun de leurs savoir-faire.
Suivant cette dynamique, Première Vision fait évoluer certains de ses événements phares, notamment les PV Awards.
Ce rendez-vous annuel stimulant, et aujourd’hui très attendu par les professionnels de la filière, récompensait jusqu’alors uniquement les créations les plus inventives et innovantes en matière de textile de mode sélectionnées parmi les tissus de Première Vision Fabrics. Pour leur 7ème édition, les PV Awards ouvrent la compétition aux cuirs des tanneurs du salon Première Vision Leather.
Cette mise en avant de la créativité contemporaine – textile et cuir –désormais transversale, passe par une réorganisation de l’événement même. En remplacement des quatre prix habituels, six awards différents seront ainsi remis en septembre prochain : 3 pour les tissus et 3 pour les cuirs.
 
Pour mener à bien cette mission, un jury prestigieux composé de personnalités influentes de la scène mode internationale a été mis en place.
A sa tête, Première Vision est fier d’accueillir comme Présidents du Jury, le duo de designers Livia Stoianova et Yassen Samouilov, fondateurs de la marque de Haute Couture ON AURA TOUT VU.
Plébiscitée par les personnalités internationales – de Lady Gaga à Madonna ou Conchita Wurst – mais aussi reconnue par ses pairs et par les milieux artistiques et créatifs, ON AURA TOUT VU casse les codes de la Haute Couture, investit des domaines variés, de la mode - Prêt-à-Porter, accessoires -, au design – objets, décoration -, en passant par les cosmétiques - maquillage, parfums -, ou encore le monde du spectacle – costumes et scénographies pour ballets par exemple.
 
Leur goût de l’imagination et de la fantaisie, l’attention toute particulière qu’ils portent à l’innovation, aux savoir-faire d’exception, mais aussi aux matières nobles, luxueuses et précieuses, souvent détournées avec humour, ne pouvaient que rapprocher Livia et Yassen de Première Vision qui, à travers ses salons, s’attachent à mettre en valeur l’excellence créative, les techniques de pointe, et les matières les plus innovantes et qualitatives.
 
Pour rappel, les PV Awards ont vu se succéder à leur présidence : Véronique Nichanian (Hermès) en 2009, Ennio Capasa (Costume National) en 2010, Roland Mouret (Roland Mouret) en 2011, Felipe Oliveira Baptista (Lacoste) en 2012, Alessandro Sartori (Berluti) en 2013 et Yiqing Yin (Yiqing Yin) en 2014.
 
 
Les six prix du Jury
 
 
Trois prix pour Première Vision Fabrics :
• Le PV Fabrics Grand Jury Prize 2015, pour le tissu le plus exceptionnel, le plus symbolique et le plus pertinent de la saison ;
• Le PV Fabrics Handle Prize 2015, pour le tissu alliant les qualités tactiles et comportementales les plus étonnantes, celui qui touchent aux émotions ;
• Le PV Fabrics Imagination Prize 2015, pour le tissu le plus audacieux, le plus original, le plus étonnant en matière de décor, de technique, de finissage ou encore d’innovation et de technologie.
 
Trois nouveaux prix pour Première Vision Leather :
• Le PV Leather Grand Jury Prize 2015, pour le cuir le plus exceptionnel, le plus symbolique et le plus pertinent de la saison ;
• Le PV Leather Handle Prize 2015, pour le cuir alliant les qualités tactiles et comportementales les plus étonnantes, celui qui touchent aux émotions ;
• Le PV Leather Imagination Prize 2015, pour le cuir le plus audacieux, le plus original, le plus étonnant en matière de décor, de technique, de finissage ou encore d’innovation et de technologie.
Après un premier rendez-vous début septembre le jury aura pour mission de sélectionner sur les salons les créations les plus remarquables des exposants de Première Vision Fabrics et de Première Vision Leather, parmi les produits retenus pour l’automne hiver 2016-17 sur les forums. Ces produits seront repérables par des étiquettes spéciales.
La remise des prix habituellement présentée le dernier jour des salons se tiendra cette année le premier jour des salons : mardi 15 septembre à 17h, au coeur du Forum, dans le hall 6.  
 
Deux nouveaux prix du public en marge des PV Awards :
Aux six prix remis par le Jury des 7ème PV Awards s’ajoutent deux prix du public :
• Le PV Fabrics Public Prize 2015
• Le PV Leather Public Prize 2015
 
Pour la première fois, les visiteurs des salons, mais aussi l’ensemble de la communauté qui suit les actualités de Première Vision via les réseaux sociaux, pourront participer aux PV Awards et sélectionner les tissus ou les cuirs de leur choix.
Concrètement, entre le 15 et 22 septembre prochains, chacun pourra voter via la page Facebook de Première Vision. Le principe est simple : pour chaque catégorie (Cuir et Tissu), il suffit au votant de « liker » la ou les photos de produit qu’il préfère.
Le tissu et le cuir qui auront reçu le plus de « like » se verront remporter les PV Awards du public.
 
 
 
événements innovation

Futur Camp 2015: le futur à 360°

La Société Française de prospective organise son université d’été bisannuelle du 27 au 30 aôut 2015. Quatre jours pour renouveler la pensée prospective française, une expérience humaine et participative autour de Barcamp et de Learning Expeditions. Découverte...

Dans le monde volatile, incertain, ambigu et complexe qui caractérise la Grande Transition du 21ème siècle où l'accélération et la nature radicale des changements sont manifestes, il est temps de regarder le futur autrement. Non seulement comme un monde très différent d'aujourd'hui qu'il faut anticiper. Mais surtout comme un espace de construction de nos lendemains : valeurs, visions du monde, réalités multiples et complexes… Comment passer du futur (exploration) à l'avenir (construction) ?
Pendant 18 mois, les différentes commissions de la SFdP ont réfléchi à l'évolution de la prospective dans les territoires, les organisations, le monde et l'univers scientifique et technique. Jeudi 27 août 2015, elles livreront leurs réflexions sous forme de posters, tandis que les autres participants challengeront leurs visions du futur. C'est le début d'une formidable expédition aux frontières des devenirs (travaux collaboratifs) et sur le terrain avec :
- des thèmes choisis par les participants (unconference/programme non défini à l'avance) ;
- un exercice de prospective sur un cas réel ;
- des exposés d'acteurs locaux sur leurs problématiques prospectives ;
- une visite privée du Clos Lucé en hommage à un penseur du futur de génie — Léonard de VINCI ;
- une activité ludique et collaborative …
- une dégustation des produits du terroir (vins et fromages).

Quels objectifs pour la Société Française de Prospective ?

« La prospective sert à réorganiser le présent pour préparer l’avenir » Simon Nora

Une ambition assumée :permettre le renouvellement de la pensée prospective française - tant dans ses concepts et méthodes que dans ses champs d’application et pratiques - afin de renforcer l’identification des enjeux émergents auxquels seront de plus en plus confrontés pouvoirs publics et privés, et de favoriser la mise en œuvre de solutions nouvelles.
Mettre en réseau les différents acteurs et métiers de la prospective, dans une perspective pluraliste, interdisciplinaire et internationale, afin de favoriser l’échange de savoirs et le partage des ressources.
Constituer une société savante en charge de faire avancer le domaine de la prospective de manière scientifique et reconnue, à l’intersection des savoirs pratiques et académiques.
Agir pour le développement de la qualité des travaux de prospective et la reconnaissance des prospectivistes en tant que professionnels.

Programme : convivialité et ancrage territorial

Jeudi 27 août 2015 :
12.00 : Accueil des participants, déjeuner et installation
14.00 : Présentation des outils mis en place pour le FuturCamp et synchronisation des appareils numériques des participants
14.30 : Ouverture du Congrès – introduction du Président (objectifs, organisation et attendus)
15.00 : Poster session des 4 commissions : Territoires, Organisations, Global et S&T (communication des résultats des travaux)
18.30 : Quartier libre – ouverture du "Mur" (matrice jour/horaire)
20.00 : Diner et get together

Vendredi 28 et Samedi 29 août 2015 :

9.00-22.00 : Sessions d'1h30 avec pauses et repas
Une demi-journée de travail dédiée aux sponsors

Dimanche 30 août 2015 :

9.00 : Synthèse des travaux : les principales conclusions de chaque session seront communiquées par un rapporteur
11.00 : Chaque coordinateur de commission vient exposer les éléments retenus pouvant constituer un axe de travail de sa commission
12.00 : Fin du FuturCamp

Inscription

Lieu : Centre de formation Major Jean-Philippe Bourdet du SDIS 41, 55 rue des Laudières - 41350 - VINEUIL

www.societefrancaisedeprospective.fr

UP' Magazine est partenaire de l'événement

nucléaire

Le nucléaire dans tous ses états 2ème partie

Un programme de deux séminaires exceptionnels est organisé par l'association Passages-ADAPes d'ici la fin de cette année sur le thème "Le nucléaire dans tous ses états : Alors que la filière nucléaire française est en pleine restructuration..."

Parmi toutes les sources d’énergie, le nucléaire présente une particularité originale ; alors que l’homme n’a maitrisé la plupart d’entre elles que très progressivement, dans une longue approche essentiellement empirique, il s'est approprié l'énergie nucléaire par une démarche intellectuelle et scientifique, de la découverte de la radioactivité par H. Becquerel, en 1896, à celle de la réaction en chaine, par F. Joliot-Curie en 1939. 
Passages, qui a déjà organisé de nombreux colloques et séminaires autour des problèmes énergétiques, veut restituer au débat sociétal sur l’usage de cette énergie toutes ses dimensions, éthiques, économiques, écologiques ou psychologiques. Dans ce but, il va organiser sur la période 2015-2016 toute une série de séminaires thématiques qui permettront d’aborder les différentes facettes de l’énergie nucléaire et restituer ainsi la complexité du débat. Ces séminaires seront clôts par un colloque qui en retira les éléments essentiels.
 
Les séminaires suivants sont modérés par Messieurs Alain Vallée et Emile H. Malet avec pour discutants : Ann Mac Lachlan, Philippe Vesseron et Jean-Pierre Hauet.
 
- Mardi 22 septembre 2015 de 8h à 10h : Nucléaire et Innovation 
L’industrie nucléaire est une industrie à cycle très long : entre le début de la conception d’un nouveau réacteur et le démarrage de la première réalisation, il s’écoule en général entre 15 et 20 ans, pour une installation qui va être exploitée une soixantaine d’années. Si on considère de plus l’importance des capitaux engagés et la crainte d’un accident nucléaire, on voit qu’il y a de nombreux freins à l’innovation et donc à la prise de risque dans ce secteur.
Cependant, on voit régulièrement apparaitre des propositions originales de nouveaux types de réacteurs, en rupture avec les concepts actuels, apportant potentiellement des bénéfices en termes de sûreté, d’environnement, ou d’adaptation aux besoins présents et futurs. Mais les temps de développement et les besoins en financement empêchent souvent l’aboutissement des recherches et freinent l’arrivée de nouvelles technologies.
 
Intervenants confirmés :
- Jean-Pierre Hauet, ancien Senior Vice-President et Chief Technology Officer d'Alstom
- Sylvestre Pivet, Directeur de l’innovation et du soutien nucléaire, CEA
- Philippe Pradel, Vice-président, ENGIE
 
- Mardi 13 octobre 2015de 8h à 10h : Nucléaire et Société 
Le cinquième séminaire, Nucléaire et Société, s’interrogera sur les conditions sociétales du développement de l’énergie nucléaire et sur sa capacité à s’intégrer dans différents types de cultures et de gouvernances politiques. 
Un programme nucléaire, pour un pays, est un choix dont les bénéfices se jouent dans la durée. Son acceptation par la société est donc fondamentale, et le rôle des dirigeants politiques est essentiel, eux qui doivent à la fois maintenir le cap du choix énergétique et garantir la sécurité des populations. 
Tchernobyl et Fukushima, des accidents qui se sont produits dans des pays technologiquement avancés, sont des exemples du lien étroit entre culture et sûreté. Aujourd’hui, de nombreux pays envisagent une première réalisation nucléaire, alors qu’ils présentent une grande diversité de gouvernances et de cultures. L’AIEA a un rôle essentiel pour accompagner ces nouveaux entrants, fournissant conseils, formations et documents. Il mène aussi des évaluations indépendantes, mais qui restent sans valeur contraignante.
 
Intervenants confirmés :
- Anne Guichard, Direction de l’Energie Nucléaire, CEA
- André-Claude Lacoste, ancien Président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire
- Sébastien Mabile, Avocat, Lysias Partners
- Christian Pierret, ancien Ministre, avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles, August & Debouzy Avocats
 
Lieu : Restaurant Universitaire Mabillon, 12 rue Clément – 758006 Paris (Métro Mabillon)
 
i-NOVO Awards

i-NOVO Awards 2015: l'industrie à l'honneur

DirectIndustry lance pour la première fois les i-NOVO Awards à l’occasion du salon EMO qui se tiendra à Milan du 5 au 10 Octobre 2015, avec pour objectif de sélectionner et de récompenser les produits qui constituent une avancée dans le monde industriel, et de faire de ce salon international un label d'innovation et un outil concret pour les professionnels.
 
DirectIndustry, le salon online de l’industrie, est l’un des quatre portails du groupe VirtualExpo, l’expert mondial des salons online, plate-forme de rencontre pour les décideurs mais aussi outil de veille des marchés, complémentaires des salons professionnels traditionnels.
Un concept d’origine simple : offrir un panorama de l’offre produits dans un secteur économique donné et mettre en contact les fabricants et les acheteurs du monde entier en un seul endroit. Concept étendu à plusieurs secteurs économiques : le nautisme et les équipements maritimes (NauticExpo en 2003), le design, la construction et l’architecture (ArchiExpo (1) en 2007) et l’équipement médical (MedicalExpo en 2012).

Le concours lancé cette année souhaite mettre en avant les produits les plus exceptionnels d'EMO avec trois catégories :
 
• La catégorie i-NOVO Design : les produits les plus originaux. Les produits de cette catégorie devront intégrer les tendances de design, être visuellement uniques, porter une attention toute particulière à l'ergonomie ou proposer une solution innovatrice en réponse à un nouveau type de besoin.
 
• La catégorie i-NOVO : les produits ayant peu (ou pas du tout) d'impact sur l'environnement. Ces produits devront être fabriqués de manière durable avec une énergie grise faible ou améliorée et avec des matériaux écologiques biodégradables ou recyclables. Les produits de cette catégorie devront également fournir une garantie écologique à long terme comme une faible consommation d'énergie ou une énergie renouvelable intégrée au produit ou encore une durée de vie durable.
 
• Enfin, la catégorie i-NOVO Tech : les produits qui intègrent une technologie jamais utilisée auparavant ou de nouvelles technologies lors du processus de fabrication, automatique ou manuelle, ainsi qu'aux produits dont le design a été optimisé à l'aide de nouveaux matériaux ou de technologies de pointe. Sont aussi concernés par cette catégorie les produits qui exploitent une technologie déjà existante tout en l'appliquant à un nouveau domaine et les produits dont le concept est tout à fait novateur.


 
Lancé officiellement aujourd’hui, ce concours est ouvert aux fabricants des secteurs de l'industrie : machines-outils, informatique industrielle (FAO, CFAO...), métrologie, robotique.
 
Les candidatures sont ouvertes du 7 juillet au 13 septembre 2015 à minuit. Pour poser sa candidature et connaître tous les détails de l’opération, il suffit de se rendre sur le site.
L'éligibilité à l’une des trois catégories est entièrement soumise à la discrétion de la commission interne d’experts composée d’ingénieurs, responsables des contenus web.
 
Le vote pour désigner les lauréats de chaque i-NOVO Awards est ouvert au public.
Les visiteurs peuvent découvrir tous les nommés des Awards i-NOVO lors du salon EMO, grâce aux labels i-NOVO présents sur les stands des sociétés sélectionnées. Chaque produit nommé est identifiable grâce à un macaron i-NOVO correspondant à l'une des catégories du concours.
 
Il est possible de voter entre le 5 et le 10 Octobre 2015 sur EMO et également sur Internet.
Les noms des lauréats seront dévoilés le 13 Octobre 2015 sur le site, ainsi que via les différents médias de DirectIndustry. Le lauréat de chaque catégorie sera récompensé par un trophée.
 
Suivez toutes les mises à jour sur le site d'i-NOVO.

(1) Voir les lauréats des i-Novo Awards d'ArchiExpo 2015 - UP' Magazine

Les Napoléons

Les Napoleons: quand tous les arts créatifs se retrouvent

Les Napoleons seront à Arles du 22 au 24 juillet pour le 2e Innovative Communications Summit

Les Napoleons, réseau physique et numérique mettant en relation les acteurs de l’Industrie des Communications (technos, telco, média, marketing, publicité…) avec tous les acteurs de l’innovation – issus de l’art, de la culture, de l’entrepreneuriat, de la finance –, organise à Arles, du 22 au 24 juillet 2015, la deuxième édition de ses Innovative Communications Summits.

Cette deuxième édition mettra l’accent sur l’impact des technologies sur la culture et les nouvelles relations liées à l’émergence du digital.
Ces deux grands thèmes seront développés en journée, suivis de sessions plénières/keynotes en soirée :
Le sommet démarre le mercredi 22 juillet au soir avec le dîner d'inauguration ; les jeudi 23 et vendredi 24 juillet sont réservés aux keynotes et workshops, avec un grand thème par jour.

Les industries créatives se sont considérablement enrichies avec les technologies. Comment ces industries peuvent tirer parti des nouveaux outils marketing (Instagram, Facebook…), des nouveaux modèles économiques (crowdsourcing, funding, etc.), et des technologies nouvelles (réalité virtuelle/augmentée, 3D, mapping…).
- Comment s’adapter et profiter de ces nouveaux usages/nouvelles technologies/nouveaux modèles économiques, boostés par le digital ?
- Quels sont les nouveaux modèles et méthodes innovantes et immersives, qui contribuent à tisser de nouvelles relations entre la technologie, les créateurs, et leur audience ?

Parmi les intervenants, sont attendus durant ces trois jours de débats, conférences, déjeuners et dîners d’exception :
• Jörgen Nordin, Head of International Partner & Product Development, Jawbone
• Sébastien Kopp, Co-founder, Veja
• David Gram, Marketing Director, The Lego Group
• Marie-Laure Sauty de Chalon, CEO, aufeminin.com
• Sam Stourdzé, Directeur, Les Rencontres Photographiques d’Arles

Les Napoleons sont une structure inédite en France qui met pour la première fois en relation les acteurs de l’Industrie des Communications, au sens large, et tous ceux qui participent à l’innovation, quel que soit leur univers – art, culture, design, architecture, entrepreneuriat, institutions culturelles, économie, finance, politique…
Ce réseau regroupe plus de 1000 membres au sein de l’Innovative Communications Academy et touche déjà plus 10 000 personnes du monde de l’innovation.

Les Napoleons sont parrainés par le ministère de la Culture et de la Communication. Ils sont membres de la French Tech®. Ils sont accompagnés par des partenaires de renom : SNCF, La Poste, La Caisse des Dépôts, Uber, Transdev, American Express, Jawbone, Orange, Richard Mille, les villes d’Arles et de Val d’Isère…

Une manifestation qui propose la mise en relation continue et facilitée de tous ces acteurs à travers des espaces et des moments à la fois physiques et numériques :
• Deux grands sommets annuels : les Innovative Communications Summits (Val d’Isère & Arles)
• Un réseau social en ligne : l’Innovative Communications Academy.
Ils créent les conditions privilégiées pour entrer en contact, échanger, partager, collaborer, créer du business, mettre en valeur les innovateurs, pour accélérer le rythme de l’innovation en France, créer de la croissance et faire émerger et rayonner sur la scène internationale un modèle d’innovation « à la française ».

Les Napoleons se définissent comme un « facilitateur» : faire se rencontrer des acteurs de différents univers qui auraient eu des difficultés à entrer en contact ; un « accélérateur » : faire avancer plus vite les projets en mettant en relation les bonnes personnes ; et une « Fabrique » pour faire naître des idées par la mise en réseau des acteurs de l’innovation.



Arles 2015 : l’impact des technologies sur la culture et les nouvelles relations liées à l’émergence du digital

L’édition d’été à Arles est l’occasion d’interroger l’impact des technologies sur la culture, mais aussi, plus généralement, sur les rapports qu’entretient l’Industrie des Communications avec ses publics.

Jour 1 : « Les nouvelles écritures »
L’Industrie des Communications a profondément changé et s’est considérablement enrichie grâce aux technologies :
• Comment ces industries peuvent tirer parti des nouveaux outils marketing (Instagram, Facebook…), des nouveaux modèles économiques (crowdsourcing, funding, etc.), et des technologies nouvelles (réalité virtuelle/augmentée, 3D, mapping…) ?
• Comment s’adapter et profiter de ces nouveaux usages/nouvelles technologies/nouveaux modèles économiques, boostés par le digital ?
• Quelles sont les nouveaux modèles et méthodes innovantes et immersives qui contribuent à tisser de nouvelles relations entre la technologie, les créateurs et leurs audiences ?

Parmi les intervenants :
• David Gram, Marketing Director, The Lego Group
• Marie-Laure Sauty de Chalon, CEO, aufeminin.com
• Anne Méaux, Présidente et fondatrice, Image 7
• Sam Stourdzé, Directeur, Les Rencontres Photographiques d’Arles
• Claude de Loupy, PDG et Co-Fondateur, Syllabs
• Julien Deparis, Directeur, MOPA (L’école du film d’animation et de l’image de synthèse)
• Grégory Nicolaidis, PDG de Welovewords

Jour 2 : « Les nouvelles relations »
Les connexions rendues possibles par le numérique ont donné naissance à de nouvelles relations entre l’Industrie des Communications et les publics auxquels elle s’adresse :
• Quelles sont les nouvelles possibilités liées à l’émergence du digital dans nos villes (« smarter cities »), et dans nos vies (« e-health », « e-learning »…) ?
• Quelles limites en termes de liberté, de vie privée, de sécurité ?
• Comment la machine intègre-t-elle l’humain et initie un mouvement vers le « transhumanisme » et « l’homme augmenté » ? Quels impacts ? Quelles questions éthiques et philosophiques sont soulevées ?
• La machine dépassera-t-elle l’Homme ? La technologie serait-elle plus forte que la mort ?

Parmi les intervenants :
• Jörgen Nordin, Head of International Partner & Product Development, Jawbone
• Sébastien Kopp, Co-founder, Veja
• Romain Lacombe, PDG et Fondateur, PlumeLabs
• Yves Bergquist, Entrepreneur et Datascientist, Ranker, NewCoin, Singularity University

Programme complet

Inscription

www.lesnapoleons.com

UP' Magazine est partenaire média des Napoléons

événements innovation

C2 Montréal: l'autre planète business

Un lieu d’effervescence hors du commun sur le site de l’Arsenal de Montréal, totalement connecté aux échanges planétaires. Si cette ville multiculturelle sait « capoter au maudit ! » (faire la fête), elle sait porter hautes les couleurs technologiques pour créer un réseau d’affaires s’inspirant du succès et des idées novatrices de conférenciers de renom, échanger, tisser des liens de dialogue d’affaires universel,… C2 Montréal est au cœur du groove local qui rayonne partout dans le monde : un état d’esprit hors norme.

Entrée pas exclusivement réservée aux geeks ou aux hommes d’affaires ! Ici pas de costumes-cravates gris… mais de la bonne humeur et l’œil aux aguets. Trois jours du 26 au 28 mai derniers mêlant créativité, conférences, ateliers, workshow et conférences d'experts pour créer des relations et faire des "deals". L'ambiance est assurément surprenante : musique techno, balayages lumineux de spots bleus et jaunes dignes des night club les plus en vue,... Bref, on est en Amérique et côté organisation et production, ion sait y faire ! 

Cette nouvelle façon d'aborder et d'expérimenter la conférence d'affaire par un concept avant-gardiste d'animations et d'interventions revient à la collaboration de l'agence Sid Lee et du Cirque du Soleil, figure de proue qui a bouleversé l'approche traditionnelle du cirque aux quatre coins du monde. Pour le C2, la Compagnie a imaginé des rendez-vous surprenants : dans un filet suspendu à dix mètres du sol dans l’espace d’accueil, des chaises en équilibre incertain suspendues à des fils invitent des conférenciers qui ne se connaissent pas à venir dialoguer dans un environnement brouillant tous les repères habituels de la conversation d'affaire. Ou encore ce "nid" où deux personnes inconnues se rencontrent et échangent assis en tailleur... 

Si Montréal s'est hissée parmi les "21 villes les plus intelligentes de la planète", grâce notamment au secteur du jeu vidéo depuis 1986, cette édition du C2 s'est voulue inspirée et inspirante réunissant un véritable creuset pour les entrepreneurs émergeants, les avant-gardistes du numérique, les créateurs de touts bords : une atmosphère branchée, décalée, métissée et hors cadre. 

Comme l'explique son Président, Richard Saint-Pierre : "Nous voulons casser les codes de la conférence d'affaires pour un commerce décomplexé" :


www.c2mtl.com

Fabienne Marion, envoyée spéciale à Montréal

 

événements innovation

Hellow Tomorrow et le Campus Paris-Saclay embrasent les Tech

Dans le cadre de la programmation Futur en Seine du PROTO204, Hello Tomorrow fait escale au cœur de Paris-Saclay pour explorer à travers des retours d’expérience, des démonstrations de projets et une compétition participative comment un campus mobilise une chaîne d’innovateurs unique pour propulser les initiatives de la paillasse à l'international. Showroom, conférences, compétitions de pitch, levée de fonds... l'écosystème d'un campus se met en scène le 17 juin 2015 de 12h à 20h.

Hello Tomorrow fait escale au cœur d’un des 8 clusters mondiaux (source : MIT Tech Review) pour explorer à travers des retours d’expérience, des démonstrations de projets et une compétition participative comment un campus mobilise une chaîne d’innovateurs unique pour propulser les initiatives de la palliasse à l'international.

Programme

12h / 14h Démonstration - Showroom
Qu'elles soient encore sur les bancs du labo ou déjà réappropriées par des startups, des technologies qui font rêver et des équipes inspirées sont là pour vous rencontrer !

► Vous avez une techno à montrer ? ◄

14h30 / 15h30 QUAND LES STARTUPS S’INVENTENT DANS LE LABO : RETOUR D’EXPÉRIENCE
• Présentation d’étudiants-entrepreneurs Paris-Saclay : des labos aux startups
• Présentation de Hello Tomorrow : de la startup aux marchés
• Présentation Systematic : des labos à l’industrie

15h30 / 16h30 COMMENT LES LABORATOIRES AIDENT DES ENTREPRENEURS À IMPACTER LEURS MARCHÉS
• Intervention Société d’Accélération de Transfert de Technologie Paris-Saclay
• Intervention SystemX

17h / 19h PITCH COMPETITION LETITSEED

Participez au premier concours de pitch où le public élit le lauréat ! Venez soutenir les startups présélectionnées et déterminer qui remportera une levée de fond en crowdfunding grâce à LETITSEED.

► INSCRIVEZ VOTRE STARTUP

LETITSEED est la plateforme de financement participatif qui propose au grand public la souscription par internet de titres financiers afin de financer les projets de PME non cotées à différents stades de leur développement et sélectionnées au regard de leurs perspectives de croissance. Elle est gérée par EOS Venture, qui est le premier opérateur du secteur du crowdfunding à avoir reçu en France l’agrément de PSI (prestataire de service d’investissement) de la part de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) et de l’AMF (Autorité des marchés financiers). Cet agrément permet aux entrepreneurs à procéder à des levées de fonds supérieures à un million d’euros et de communiquer directement auprès du public sur les projets présentés sur LETITSEED.

19h / 20h COCKTAIL & NETWORKING

VENIR AU PROTO 204 :

RER B : Orsay-Ville
Adresse : 204 rue André Ampère, Bures-sur-Yvette
Nomade : "PROTO204" dans Plan (iPhone) & Google Maps

Inscription

agrostratégies

Lancement de la 1ère coopération agricole du 6 au 14 juin

Du 6 au 14 juin, une grande semaine pour découvrir des entreprises pas comme les autres, engagées au coeur de leur territoire et impliquées depuis les champs agricoles jusqu'à l'assiette du consommateur : pour multiplier les innovations en faveur d'un modèle alimentaire de qualité, durable et économiquement équitable. Durant dix jours, 130 manifestations festives, culturelles, rencontres thématiques sont organisées dans toute la France.

La coopération agricole est un mouvement qui regroupe aujourd’hui 2 750 entreprises, dans toute la France, dans toutes les filières, du grand groupe à la PME. A l’heure où les Français se préoccupent toujours davantage de la qualité et de l’origine des produits qu’ils consomment, les coopératives agricoles ont décidé d’organiser de nombreux événements dans toute la France, pour faire découvrir leur modèle et leurs entreprises aux Français.

Près de 130 événements partout en France : les coopératives agricoles veulent aujourd’hui mettre en avant les progrès qu’elles apportent à la société. Elles ont donc décidé d’organiser, du 6 au 14 juin, la 1ère Semaine de la coopération agricole. Dégustations, portes ouvertes, forums étudiants, visites d’entreprise, conférences, etc. : près de 130 événements partout en France permettront aux Français, aux grands comme aux plus petits, de découvrir ou de redécouvrir la richesse des hommes, des entreprises et des valeurs qui font de ce mouvement un acteur économique et social majeur au cœur des territoires.

La réalité de l’univers coopératif agricole c’est aujourd’hui 3 000 entreprises, 150 000 salariés et près de 450 000 agriculteurs-adhérents. Un secteur qui regroupe trois agriculteurs sur quatre, qui pèse 83 milliards d’euros de chiffre d’affaires, présent dans toutes les filières d’activité, du grand groupe à la PME, aussi bien dans l’agriculture que dans l’agroalimentaire, avec près d’un tiers des marques alimentaires.

C'est aussi un modèle efficace et solidaire. A la différence d’une entreprise classique, une coopérative est détenue par ses agriculteurs. Non opéable, non délocalisable et non tributaire des aléas d’une économie financiarisée, elle est aujourd’hui l’acteur essentiel d’un développement agricole durable, au cœur de l’économie réelle. Certaines coopératives existent depuis 150 ans, d’autres occupent une position de leader sur leur marché en France et parfois même à l’international, toutes investissent dans l’économie locale au cœur des territoires… Les chiffres de la coopération parlent d’eux-mêmes : 2 750 entreprises, 600 000 hommes et femmes, 84 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014. La coopération agricole, c’est aujourd’hui 40% de l’agroalimentaire français. 

Au-delà des chiffres, la coopération agricole c’est un aussi un modèle d’entreprise spécifique : un modèle performant, ancré dans les régions françaises, bâti sur des valeurs de solidarité entre des producteurs-adhérents qui sont propriétaires de leur entreprise coopérative et qui bâtissent ensemble des stratégies durables pour répondre aux attentes des consommateurs et des citoyens.

Pour Philippe Mangin, Président de Coop de France, le message de cette semaine est qu'"Il faut arrêter d'opposer tradition et modernité à propos de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Cette vision binaire est clivante autant que déroutante pour nos concitoyens. La semaine de la coopération agricole et ses 130 manifestations démontrent, au contraire, combien le savoir-faire ancestral des agriculteurs français sait se conjuguer, se diversifier, se déployer partout dans le monde grâce à l'innovation, aux sciences, aux technologies, notamment numériques, les plus pointues.
Notre secteur foisonne de réalisations audacieuses et de projets d'avenir dont plusieurs ont été révélé par les "1er trophées de la coopération agricole". Ce concours "intercoop" a rassemblé 130 initiatives (qu'il a fallu départager) rivalisant de dynamisme économique, de responsabilité sociale, d'inginierie innovante et d'investissements productifs pour le long terme.
Cette effervescence entrepreneuriale est réjouissante pour notre pays et c'est pour cela que nous souhaitons tant la partager avec les français..." (Lire l'interview intégrale de Philippe Mangin dans coopdefrance.com).

Carte des événements

Le 11 juin participez à la cérémonie de remise des 1ers Trophées de la coopération agricole ! Sélectionnés parmi près de 150 dossiers, par un jury d’experts, ce sont 19 projets menés par des coopératives, au cœur des territoires, qui seront révélés et récompensés. Economie, développement territorial, action sociale et sociétale, protection de l’environnement, communication et animation de réseaux, filières et innovation : les lauréats des six catégories vous feront découvrir toute la richesse de l’engagement coopératif, au cœur des régions françaises.  

www.lacooperationagricole.coop

 

Echappée belle à Chambord pour la communauté TEDx France

Les 6 et 7 juin, les lustres de Chambord vont accueillir la « Renaissance digitale ». Un millier de visiteurs sont attendus pour soutenir une alliance inédite entre intellectuels et porteurs d’initiatives concrètes. Dans ce terreau volontairement éclectique, l’énergie d’entreprendre peut se faire un écosystème, estime son organisateur Michel Lévy-Provençal. Pas à la manière anglosaxonne, insiste-t-il, mais selon la culture française attachée au vivant et à la réflexion philosophique.

« Le tsunami technologique, soit on le subit, soit on le prépare ». Michel Lévy-Provençal prévient d’emblée : nous devons inventer un usage modéré et intelligent des technologies.

Vigie de notre époque, Michel Lévy-Provençal est un connecteur passionné. Il a introduit en France les conférences TEDx, où des créatifs en tout genre - scientifiques ou artistes toujours pionniers - exposent en douze minutes chrono le projet la chose qui leur tient à cœur. Résolument éclectique puisqu’on y voit défiler Pierre Rabhi, tenant de la frugalité heureuse comme Laurent Alexandre, joyeux luron de la fascination technique. Contrastes, tensions invitent à articuler un avenir… « Nous sommes condamnés à l’hybridation » lâche le quadra curieux de tout ce qui surfe sur la nouveauté. Mais pas pour se muer en oiseau de mauvais augure ou en devin illuminé ! « Nous devons témoigner du réel, d’une époque où les possibles sont inédits : pensez que le taux d’alphabétisation est passé de 25% à 80% dans le monde en un siècle ! Miser sur la culture et l’égalité des chances, reprendre le temps de l’humain, voilà comment nous résisterons au pire».


Michel Lévy-Provençal a fondé l’Echappée volée, sorte de do-tank initié par la communauté TEDxParis en 2014, désireuse de prolonger les conférences par des débats et de l’action. Après une première expérience en 2014 au château de Méry (Val d’Oise), l’ambition se déploie cette année au château de Chambord avec l’événement Renaissance digitale, des 6 et 7 juin prochains.

Accélérateur d’initiatives de valeur

Les acteurs dynamiseurs sont bien sûr les conférenciers TEDx qui, tous, portent une passion. Ce sont aussi les six porteurs de projets en accélération (au service de la santé, l’éducation, le lien social, le développement durable…) sélectionnés parmi 130 candidatures. Un jury de onze personnalités a retenu ainsi "Roger Voice", une application qui permet aux malentendants de téléphoner grâce à un outil qui sous-titre les conversations en temps réel ; "What if Community", une plateforme de financement en ligne des études supérieures alliant financement participatif, ouverture à un réseau professionnel et partage d'expériences ; "Glowee", un système de bio-éclairage sans consommation d'électricité ni émission de pollution que UP' Magazine a déjà signalé ; "Bionico Hand", une prothèse du membre supérieur, imprimé en 3D, à bas coût, open source, facilement réparable et donc accessible aux personnes à faibles ressources financières ; "Leka", un robot abordable techniquement et financièrement, pour les parents et les éducateurs spécialisés dans l'accompagnement d'enfants atteints d'autisme ; et enfin "Fluicity", une plateforme digitale destinée aux élus locaux permettant de renforcer les liens avec leurs électeurs et d'améliorer leur prise de décision, grâce à l'utilisation du big data.
Que peut-on attendre de ces rencontres dynamisées par un public de près de 800 personnes ? Faire du lien c’est important pour inspirer, expérimenter mais surtout passer à l’action et à l’engagement, témoigne Michel Lévy-Provençal. L’enthousiasme pour une idée peut ainsi se traduire par des soutiens en conseils, en compétences stratégiques, en carnet d’adresses mis à disposition…

Au menu, des contrastes, de l’énergie, du réconfort

Le rendez-vous promet des douches écossaises. Non pas que les giboulées s’attardent en juin sur le Val de Loire mais du fait de la diversité des intervenants. On rêve ainsi d’un duo fécond entre Jacques Attali, créateur du Positive Economy Forum (Deauville) et Miguel Benasayag, enclin à parler de vulnérabilité comme source de créativité et de solidarité. On trouvera de l’énergie en écoutant Salim Ismail, ancien vice-président de Yahoo et directeur exécutif et ambassadeur à la Singularity University qui envisage l’évolution technique comme une perte de maîtrise humaine au profit de l’intelligence computationnelle. Un bouquet varié de compétences se manifestera avec Jérôme Pernet, violoncelliste qui veut créer un centre de musique de chambre à Paris, Stanislas Ostoja et ses nanosatellites, ou le magicien Moulla qui propose de casser les codes par les nouvelles technologies avec son « Augmented Magic ».
Aucun secteur ne sera laissé de côté : Le vivant sera abordé par Xavier Duportet, docteur en biologie synthétique, élu Innovateur de l'Année par la revue MIT Technology Review, président fondateur de l'association Hello Tomorrow, et qui crée des startup à tour de bras ; les big data par Paul Duan qui a fondé Bayes Impact, une ONG qui a pour ambition de conseiller et de fournir des logiciels aux gouvernements afin de résoudre des problèmes critiques de société grâce aux Big data et aux algorithmes. Les neurotechniques avec Hugo Mercier et Quentin Soulet, polytechniciens fondateurs de Dreem, qui propose un bandeau frontal pour induire du sommeil profond à partir d'un procédé de stimulations.


Ces experts situés à la convergence nano-bio-info-cognisciences (NBIC) incarnent le potentiel de rupture qui va forger le monde demain. Avec ou sans les humains ? Voitures autonomes, réalités virtuelles, télémédecine, internet des objets, information pilotant les imprimantes 3D…
« La France a une contribution originale à apporter pour questionner le monde qui vient », insiste Michel Lévy-Provençal. Il souligne sur son blog le risque de caricature qu’entretient le monde médiatique, en renvoyant dos à dos, les fascinés par la technique, taxés de transhumains et les « bioconservateurs », sentinelles bien plus progressistes qu’on ne veut le reconnaitre. « Cette vision caricaturale du monde a toujours été la marque de fabrique des vendeurs de supports publicitaires. Aujourd'hui, on met en scène Ray Kurzweil, la Singularity University, ou l'indécrottable provocateur et pourtant sympathique Laurent Alexandre dans les rôles respectifs de l'empereur Palatine, l'Etoile noire et Dark Vador ».

Il s’agit bien de sortir des clichés. Seront alors bienvenues les rares femmes invitées comme Aude Bernheim et Flora Vincent, doctorantes en biologie à l’Ecole Normale Supérieure et à l’Institut Pasteur, co-présidentes de l’association Wax Science, dont l’objectif est de promouvoir une science sans stéréotypes auprès des jeunes. Le témoignage de Guy Birenbaum, docteur en science politique et journaliste radio, éclairera aussi les consciences sur nos modes de vie et leur tyrannie. L’homme vient de publier aux Arènes, Vous m’avez manqué, histoire d’une dépression française, récit de son expérience de « burn-out » soumis à l’addiction du web.

Réconcilier les acteurs par le dialogue et envisager le thème des TEDx Paris 2016 sur les (R )évolutions françaises, place cette initiative sur le champ politique. Une contribution à la fabrique du monde commun. Comme le sont les projets promus l’an dernier, notamment Seintinelles, réseau de volontaires pour faire avancer la recherche sur le cancer, Simplon.co, école gratuite à Montreuil favorisant l’insertion par l’enseignement d’une nouvelle langue vivante : le code (Montreuil) ou les Bergers urbains de l’association Clinamen. Ces initiatives manifestent des usages justes des outils techniques. « Il nous faut sortir du piège de nos deux fascinations : la puissance technique et celle de la nature, conclut Michel Lévy-Provençal. L’avenir est à leur ingénieuse hybridation, au service de l’humain ».

Informations pratiques et inscription : http://www.lechappeevolee.com/

3 juin : Innovation frugale et bioinspiration

Les processus vivants constituent de plus en plus des modèles pour innover. Formes, interactions, calculs, stratégies, organisations des plantes, animaux ou micro-organismes … tout est inspirant pour les nouveaux inventeurs… ingénieux. Certains envisagent d’imprimer de la peau, voire des organes. D’autres donnent à voir, et à sentir aux robots. 

Ces démarches de biodesign, de biomorphisme, de bioorganisation, peuvent-elles contribuer à des économies d’échelle, de matière, d’énergie ?
Venez écouter, apporter vos idées, et prendre de l’inspiration ….

Avec
Thierry Ladreyt, fondateur de Z3DLab, Biomorphisme et impression 3D
Guillaume Druart, ingénieur chercheur en instrumentation optique, ONERA, Vision mimétique, caméras innovantes et drones.
Ally Aukauloo, Institut de chimie moléculaire et des matériaux d’Orsay (ICMMO), Photosynthèse, source d’inspiration pour notre avenir énergétique

Discutante :
Monique Bolotin-Fukuhara, biologiste, ancienne directrice du Laboratoire IGMORS, Paris Saclay

Animation :
Dorothée Browaeys, coordination programme européen Synenergene France, Rédactrice en chef adjointe de UP' Magazine

 

Mercredi 3 juin 2015 de 18h à 20h
Au Proto204, Orsay
200 Rue André Ampère, 91440 Bures-sur-Yvette
Entrée gratuite avec inscription
  

En partenariat avec UP’Magazine

Dans le cadre du programme européen SYNENERGENE

 

 

 

événements innovation

C2 Montréal : réinventer le concept de conférence internationale

L'édition 2015 du C2 Montréal promet d'être un bon cru : plus d’une vingtaine de conférenciers de calibre international, des ateliers, des Master class et d'importants moyens pour réseauter... UP' Magazine y est présent et vous informera de ses découvertes.

Du 26 au 28 mai 2015, C2 Montréal propose aux leaders d’affaires du monde entier de s’inspirer, d’échanger, d’expérimenter et de célébrer au cœur d’un environnement entièrement imaginé et dessiné pour les participants.

Une plateforme d’inspiration

Rappelons la venue à Montréal de plus d’une trentaine de leaders en commerce et en créativité qui inspirent et changent le monde, comme la vice-présidente de solutions marketing monde de Facebook Carolyn Emerson, le joueur de tennis et philanthrope André Agassi, le vice-président, directeur du développement des cadres dirigeants et de la formation de GE Raghu Krishnamoorthy, ainsi que Bertrand Piccard, président, initiateur et pilote, ou encore André Borschberg, PDG, co-fondateur et pilote de Solar Impulse, qui a effectué en mars dernier un tour du monde historique.

Trois nouvelles sources d’inspiration se joignent à la conversation dans le Forum Solotech : Leilani Münter, la seule pilote de course professionnelle et militante pour l’environnement, en visite pour la première fois à Montréal; David Shing, évangéliste en chef chez AOL; et Jonathan Martin, chef du marketing chez EMC.

Une expérience unique dans un environnement sur mesure

Chaque année, le Village d’Innovation de C2 Montréal se réinvente et le territoire est reconfiguré afin d’offrir aux participants un environnement stimulant. Un nouvel espace de conférences se dressera ainsi sur la Plaza cette année. Offrant une alternative plus intimiste à la scène principale du Forum, le Chapiteau BDC accueillera une vingtaine de conférenciers. Avec une emphase sur les thèmes de l’innovation et entrepreneuriat social, on y retrouvera ainsi le Grameen Creative Lab, de même que plusieurs conférences sur les thèmes de l’investissement, de l’énergie renouvelable, de la croissance ou « Growth Hacking » et des mouvements en développement durable pour n’en nommer que quelques-uns. Le chapiteau hébergera également les séances « Pitch ta vie », en collaboration avec Capital Innovation et la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman, qui visent à mettre de l’avant les entreprises québécoises émergentes.

Réfléchir, discuter et expérimenter

Le Garage sera l’hôte de 12 Master class durant lesquelles les participants auront l’occasion de se familiariser avec la pratique ou la démarche créative de professionnels reconnus exerçant au sein d’organisations variées : L’Institut d’Idée, David Rose du MIT Media Lab, Shy Barmeli invité par Contenu QMI ou encore Henrik Wenders de BMW. Les sujets des Master class sont tout aussi éclectiques que les industries dont ils sont issus : Les objets enchantés, La réussite à l’ère de l’idéecentrisme, Phénomène viral : un pivot pour propulser votre entreprise, De la page blanche au format TV en quelques étapes ne sont que quelques exemples. Le C2 Lab présenté par Ingenio se réinvente lui aussi cette année. Les participants seront invités à perdre leurs repères à travers 3 expériences hors du commun, notamment une activité Oculus présentée par Ubisoft. Dans le Hangar EMC, 24 ateliers comprenant une série conversation et une série création permettront aux participants de prendre part à un think tank sur une problématique spécifique ou de mettre la main à la pâte pour tester un prototype ou un processus.

Des occasions de rencontres et de connexions

Pour la première fois, un espacé privé est dédié à tous ceux qui souhaitent s’entretenir en «Brain Date», un rendez-vous pris grâce à l’application web Hub, conçue par E-180. Cette plateforme de réseautage permet à chacun d’identifier les participants présents qu’il souhaite rencontrer lors de l’évènement. Autre nouveauté, les rencontres matinales offrent aux participants l’occasion de découvrir toutes les possibilités leur étant offertes durant la journée. Les concierges extraordinaires sont quant à eux de retour cette année, afin de promettre la meilleure expérience possible à chacun des participants.

Forfait Village 50 billets à prix réduit disponibles

À la suite de la grande popularité du forfait Expérience Village, les organisateurs rendent disponible un nombre limité de 50 billets au tarif promotionnel de 1 850$, le tarif régulier étant de 2 350$.

En mai prochain, quelque 4 000 participants issus d’une multitude d’industries se réuniront à l’Arsenal dans le quartier Griffintown afin de s’inspirer au contact de conférenciers de renommée mondiale, de participer à des ateliers collaboratifs pratiques et à des labs créatifs, et de se divertir à l’occasion de nombreuses activités de réseautage, de performances artistiques et d’évènements musicaux conçus exclusivement pour l’occasion.

Renseignements : www.c2mtl.com

À propos de C2 Montréal – Édition 2015 du 26 au 28 mai
C2 Montréal vise à réinventer le concept de conférence annuelle internationale pour mieux explorer la dynamique « commerce-créativité » ainsi que son potentiel à redéfinir le monde des affaires. Chaque année, cet événement immersif de trois jours rassemble des innovateurs reconnus provenant de nombreux secteurs. Les participants sont plongés dans un environnement intellectuel et expérientiel qui exploite les côtés gauche et droit du cerveau dans le but de développer les compétences de leadership créatif. Une grande variété d’expériences non traditionnelles comprenant des allocutions de conférenciers de renom, des expositions interactives, des présentations multimédias et des ateliers collaboratifs ont lieu dans un village d’innovation non conventionnel conçu exclusivement par et pour C2 Montréal.
C2 Montréal a été fondé et imaginé par l’agence créative Sid Lee, en collaboration avec le Cirque du Soleil – partenaire fondateur et compte sur l’appui de ses partenaires majeurs Microsoft – partenaire leadership, Fast Company – partenaire de contenu et média et EMC – partenaire technologie. C2 Montréal est extrêmement reconnaissant du soutien que lui apportent le gouvernement du Canada, le gouvernement du Québec et la Ville de Montréal, des partenaires d'importance depuis le tout début. C2 Montréal remercie également ses partenaires : l'Arsenal, la Banque de développement du Canada, BMW, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Deloitte, Fasken Martineau, Fatboy, Hydro-Québec, Investissement Québec, Keurig, Loto-Québec (par l'intermédiaire de sa filiale Ingenio), M0851, VenueParking.com, Montréal International, Solotech, Tourisme Montréal, Uber, Ubisoft, Vidéotron Service Affaires, ses partenaires média Bell Média, Corus, Droit inc., Fusion.net, le Globe and Mail, La Presse, Les Affaires, Newad, UB Media ainsi que ses généreux mécènes, Power Corporation et la Fondation de la famille Claudine et Stephen Bronfman.
(Source :  Cabinet Gabrielle Pauzé - Avril 2015)

événements innovation

8ème Rencontre Nationale des Directeurs de l'Innovation

Dans le contexte tendu actuel du commerce mondial, marqué par le retour des nationalismes, de nouvelles stratégies d’innovation se développent, visant à une coopération internationale dès la phase de conception des nouveaux produits et services.
Ces formats coopératifs, de co-conception et de co-développement internationaux se font dans le double objectif d’une combinaison des meilleurs talents et d’une optimisation des innovations aux besoins de la planète.
La 8ème Rencontre Nationale des Directeurs de l’Innovation explore le retour des valeurs universelles dans la dynamique d’innovation.
La Rencontre Nationale se tient cette année les 16 et 17 juin à la Maison des Océans, cadre prestigieux au cœur du quartier latin, entre le Panthéon et le jardin de Luxembourg.

Un format adapté aux Directeurs de l’innovation

La Rencontre Nationale des Directeurs de l’Innovation fournit aux responsables de l’innovation l’opportunité d’une mise à niveau de leurs connaissances et d’un maillage avec leurs pairs, comprenant :
– Le point sur l’état de l’art : concepts clefs, problèmes rencontrés et solutions génériques sur la thématique retenue,
– Les témoignages de responsables d’entreprises leaders ou précurseurs
– Le maillage d’expériences entre différents secteurs,
– Le networking entre les responsables de l’innovation.

Cet événement annuel, qui en est à sa 8ème édition, est comme son nom l’indique, le lieu de rencontre des « Directeurs de l’Innovation ». Cette fonction, quasi inexistante il y a dix ans, n’a cessé de se développer dans les grandes entreprises dans les ETI, ainsi que dans les organisations publics.
C’est aujourd’hui une fonction stratégique, dédiée à la mission clef de renouveau de l’offre de l’entreprise, dans un contexte d’évolution très rapide de l’environnement technologique, sociétal et concurrentiel, et les budgets qui y sont consacrés sont en forte augmentation dans pratiquement toutes les entreprises.

La Rencontre Nationale est l’événement professionnel annuel de cette communauté qui n’a cessé de s’élargir au cours de ces dernières années. Des Directions Générales, Innovation, R&D, RSE et Marketing de plus de 250 entreprises ont participé à la Rencontre Nationale de 2014. C’est l’occasion pour elles, d’un large networking entre elles, et l’opportunité d’écouter des entreprises et organisations parmi les plus innovantes au monde.

Le retour des valeurs universelles dans la dynamique d’innovation

La grande vague d’innovations de la Belle Epoque (1873-1913) avait été marquée par la recherche systématique de l’universalité des nouveaux produits issus de la révolution industrielle, avec par exemple la création de l’Union Postale Universelle, de l’IUT et de multiples autres organisations visant à faciliter cette universalité. Les entreprises qui naissent alors du progrès des technologies (AEG, Air Liquide, Michelin, General Electric, Ford, Nestlé… et des centaines d’autres), ont connu une expansion mondiale ultra-rapides, à visée universelle. Les Expositions Universelles ont contribué à cette vision idéalisée du progrès universel. La tragédie des deux guerres mondiales et l’exacerbation des nationalismes ont mis à mal cette vison universelle du progrès humain.

Globalisation de la fonction d’innovation

Dans les entreprises leaders, la fonction d’innovation est en phase d’internationalisation rapide. Elle concerne aussi bien la R&D, dans une logique d’excellence internationale, que la conception/design dans une logique d’adaptation fine des nouveaux produits et services aux besoins spécifiques des différents continents, à partir d’une plateforme technologique commune. La répartition internationale de la conception entraîne généralement celle de la production, ce qui désamorce les tensions commerciales.

Multiplication des formats coopératifs internationaux sur des enjeux communs

L’universalité de la nature humaine et de ses besoins poussent les entreprises et organisations exerçant la même activité à travers le monde (alimentation, santé, éducation, transports, sécurité, vie en collectivité, urbanisme, services publics…) à des échanges d’expériences et des projets communs.
Ils sont favorisés par les puissants outils de communication internationale actuels, issus de la révolution digitale et de l’effondrement des coûts de transport

Les Thématiques 2015

Ouverture : Universalité des besoins, universalité des solutions, Made in...Made with, Santé, Internet, Espace et Océans, Urbanisme, services publics, éducation
Ouverture : Innovations universelles dans un monde globalisé
=> EICSI European Institute for Creative Strategies & Innovation
Regards croisés internationaux sur le renouveau de l’approche universelle de l’innovation
=> Visions du Royaume Uni, de Chine, du Brésil, des Etats-Unis
=>Visions d’organisations internationales d’innovation

Les Hermès de l’Innovation le 16 Juin 2015 à 12 H 

La Rencontre Nationale des Directeurs de l’Innovation est depuis 2009 l’occasion de la remise des Hermès de l’innovation, prix d’excellence qui honorent les entreprises et organisations ayant réussi à intégrer le meilleur état des connaissances dans des produits et services améliorant la vie des individus et de la société. Ils sont inspirés de l’esprit humaniste de la Renaissance, qui fait de l’homme la mesure de toute chose, et l’amélioration de la
condition humaine l’objectif de toute innovation dans une dynamique de progrès et de développement.

Prix d’excellence, les Hermès de l’innovation résultent de l’évaluation multicritère d’innovations marquant une avancée dans un des quatre grands domaines de la synthèse créative humaniste :
- Amélioration de la condition humaine - santé, éducation
- Amélioration de la relation entre les hommes - au travail, dans la société
- Amélioration de la vie dans la cité
- Amélioration de la relation à la nature

Pourquoi Hermès ? Dans la mythologie grecque, Hermès, dieu de l’intelligence industrieuse et réalisatrice, soutient les entreprises des Hommes dont il est le médiateur auprès des autres dieux.
Le prix Hermès de l’innovation est une reproduction réalisée par le Musée du Louvre de la statuette de l’Hermès bicéphale de Fréjus. Elle le représente avec le visage serein et souriant de la maturité, avec au dos le visage du jeune Dionysos, dieu du délire mystique et de l’inspiration. C’est cette double capacité créatrice et réalisatrice qui est honorée par le prix Hermès de l’innovation.

Présentation

L’innovation dans un monde globalisé c'est faire appel à l’intelligence de l’autre dès la phase de recherche et de conception pour réaliser des innovations globales et universelles. 
La Rencontre Nationale des Directeurs de l’Innovation 2015 est la plus importante rencontre de managers de l’innovation en Europe ; une grande conférence organisée par l’Institut Européen de Stratégies Créatives et d’Innovation et le Club de Paris des Directeurs de l’Innovation avec les témoignages de 50 acteurs de l’innovation globale en provenance de 10 pays .
La Rencontre Nationale des Directeurs de l’Innovation vise à fournir chaque année aux responsables de l’Innovation l’opportunité d’une mise à niveau de leurs connaissances et d’un maillage avec leurs pairs, comprenant :

• Le point sur l’état de l’art : les concepts clefs, les problèmes rencontrés et les solutions génériques sur la thématique retenue,
• Les témoignages de responsables d’entreprises leaders ou précurseurs particulièrement performantes,
• Les retours d’expériences des meilleures pratiques,
• Le maillage d’expériences entre différents secteurs,
• Le net-working entre les responsables de l’Innovation de nombreuses entreprises.

Les innovations universelles marquent une ère nouvelle liée à des performances se situant très au-delà de ce qui se faisait précédemment. Elles interviennent à la fin d’une grande vague d’innovations, après la phase purement scientifique et technique. Quand les nombreuses technologies nouvelles sont parfaitement maîtrisées, il est alors possible de les combiner dans des produits, systèmes et services améliorant considérablement la vie des individus dans leurs domaines d’application aux performances révolutionnaires.
Nombreuses sont actuellement les innovations universelles en phase de développement et de test qui arrivent, ou vont arriver, sur le marché.
La 8ème Rencontre Nationale des Directeurs de l’Innovation explore le Monde des innovations qui améliorent la vie de façon extraordinaire. 

Programme complet

Inscription

Lieu : Maison des 0céans, 195 rue saint-Jacques - 75005 - Paris

A propos des Mardis de l'innovation de Marc Giget
Créés en 2000 et diffusés via Internet depuis 2010, Les Mardis de l’Innovation sont un cycle de cours/conférences ouverts à tous les professionnels de l’innovation ainsi qu’aux universités, grandes écoles, écoles de métiers.
Les Mardis de l’innovation comptent plus de 3000 élèves inscrits à Paris et des auditeurs dans une centaine de pays. Ils se tiennent dans de grands établissements parisiens (CNRS, Sorbonne, Campus Paris Saclay, INSEEC…).Des Mardis de l’Innovation sont également organisés dans d’autres villes en région et dans d’autres pays (Europe, Brésil, Chine….)

événements innovation

Technologies émergentes : créatrices de (no) futur ?

L'Académie des technologies, dans le cadre de Futur en Seine, organise "Les disputes de l'Académie des technlogies : Technologies émergentes : créatrices de (no) futur ?" le 13 juin 2015 à 15h

Clonage, pesticides, intelligence artificielle ... l'émergence des technologies divise, plus encore en temps de crise. Certains attendent d'elles une nouvelle ère de prospérité, d'autres y voient une menace. Rarement les parties échangent leurs points de vue, chacune préférant se nourrir d'idées dont elle est déjà convaincue.

Cette incompréhension peut conduire à un blocage : une affirmation sans nuance des bienfaits des technologies émergentes alimentant les inquiétudes sur l'importance de leurs effets nuisibles. L'Académie des technologies est, au contraire, persuadée qu'une dialectique entre ces deux visions, si elle est organisée, peut être fructueuse.

Les périodes de crise sont l'occasion de créer des confrontations, d'ouvrir au public l'éventail des positions sur un sujet faisant débat, de montrer la pluralité des visions du progrès à parti desquels il faudra préparer le futur.
A l'occasion de la sortie de son rapport sur l'Appropriation des technologies par la société, l'Académie met en scène une Dispute, en invitant trois académiciens aux opinions contrastées à présenter et à défendre leur vision du progrès, sous la conduite d'un modérateur.

Le 13 juin 2015 à 15h, lors du festival de Futur en Seine, l'Académie des technologies débattra donc devant et avec le public sur le thème : « technologies émergentes : créatrices de (no) futur ».

L'auteur du Rapport Appropriation des technologies par la société : Bernard Chevassus-au-Louis

Lorsque Bernard Chevassus-au-Louis débute sa carrière de chercheur en génétique animale, la biologie connait des avancées spectaculaires. La découverte du code génétique et la compréhension du fonctionnement des gènes et des cellules nourrissent la foi dans le progrès scientifique. Mais à la fin du 20ème siècle, les applications pratiques de la biologie cellulaire et moléculaire changent la donne. La mise au point des OGM, du clonage animal font débat et remettent en cause la confiance dans les bienfaits de la science. Bernard Chevassus-au-Louis a vécu ce basculement.

Tour à tour directeur général de l'Institut national de recherche agronomique (Inra), président du conseil d'administration du Centre national d'études vétérinaires et agroalimentaires (Cneva) puis de l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, il a été directement confronté aux crises de la vache folle ou celle des OGM. Fort de ces expériences, il questionne dans de nombreux travaux les relations complexes qu'entretiennent les sciences, les technologies et la société.
Bernard Chevassus-au-Louis est diplômé de l'Ecole normale supérieure. Il est agrégé de sciences naturelles, docteur en sciences et inspecteur général honoraire de l'agriculture. Il a également été président du Muséum national d'histoire naturelle de 2002 à 2006.



Les académiciens « disputants » 

Gérald Bronner est professeur de sociologie à l'Université Marc-Bloch de Strasbourg. Nommé maître de conférences en 1998 à l'Université de Nancy II, il y dirige le département de sociologie de 2000 à 2002 avant d'être nommé à la Sorbonne (Paris IV) où il codirige le CESS (Centre d'études sociologiques de la Sorbonne). Il a publié de nombreux ouvrages et articles scientifiques portant sur la formation et la disparition des croyances collectives (rumeur, idéologie, religion, magie etc.) et sur la cognition humaine : il a reçu, en 2004, pour "L'empire des croyances" (PUF, 2003) le prix Adrien Duvand de l'Académie de Sciences Morales et Politiques.

Diane d'Arras est directeur délégué Water Europe chez Suez-Environnement. Après une expérience de management de terrain en France et à l'international, en particulier comme directeur des opérations à Buenos Aires (7 millions d'habitant, 4000 collaborateurs), elle a été Senior V.P. Technologie, Métiers et Recherche de 2003 à 2010, au sein du COMEX de Suez Environnement. Elle y a acquis une très forte compétence en matière sanitaire et environnementale.

Etienne Klein suit ses études au Lycée Louis-le Grand puis à l'Ecole Centrale de Paris. Il obtient ensuite un DEA de physique théorique (1982), puis un doctorat en philosophie des Sciences (1999), enfin une habilitation à diriger des recherches dans cette discipline. Toute sa carrière s'est déroulée au Commissariat à l'Energie Atomique, où il dirige le Laboratoire de Recherche sur les Sciences de la Matière. Son sujet de prédilection est la question du temps en physique.

Lieu : CNAM - Salle Robert Faure - 292 rue Saint Martin - 75003 - Paris

événements innovation

Imaginez le monde de demain et faites la fête !

Vous développez des projets ? Vous avez envie de les faire connaître ? Alors faisons ensemble l'Imagine Fiesta les 29, 30 et 31 mai prochains avec les porteurs de projet du monde entier.

Le monde de demain s'imagine de partout !

L’imagine fiesta est une grande fête que chacun peut organiser lui-même sur son territoire, ouverte au public et qui montre des projets d’innovation sociale : des lieux d'innovation ouvrent leurs portes (fab labs, espaces de coworking...), des groupes recensent ensemble des projets créatifs sur leur territoire ou initient ceux qui le souhaitent à la cartographie, un projet innovant se présente aux habitants du quartier, deux territoires échangent leurs expériences par visio… le tout dans une ambiance festive.

Pour participer, il vous suffit de proposer un événement sur le site. Et vous pouvez inscrire vos événements même non encore finalisés dès aujourd’hui ; vous pourrez ainsi échanger avec les organisateurs des autres événements dans le monde. Vous pourrez compléter ou modifier la présentation de votre événement jusqu’à la dernière minute.

C'est l'occasion de découvrir un peu partout dans le monde les bonnes idées pour vivre ensemble.
Le principe : dans votre ville ou village avec vos amis, vous présentez votre projet ou un projet qui vous plait, vous montrez vos savoir-faire, vous ouvrez votre lieu de création au public…
Les thèmes sont d'ores et déjà très variés : énergie, cartographie, fabrication (Fab Labs…), santé, robots, économie, ville, monnaies, récupération… Et déjà 11 pays ont d'ores et déjà prévu de faire la fête : Algérie, Burkina Faso, Canada, Cote d'Ivoire, France, Gabon, Inde, Mali, Sénégal, Tunisie…

Devenons plus visible ensemble : pendant ces trois jours, fiestoon la mascotte de l’Imagine Fiesta (et l’équipe d’animation qui est derrière), contactera les organisateurs partout dans le monde pour réaliser le “livre de voyage de Fiestoon” et rendre visible vos événements.

Partenaires : Imagination for People, L’atelier des médias de Radio France International, UP’ Magazine, Amazing, les tiers lieux open sources, École Centrale Paris, Get Up Start Up, Outils Réseaux.

Que la fête commence !

http://imaginefiesta.org/

Voir l'interview de Jean-Michel Cornu, Fondateur de l'Imagine Fiesta

événements innovation

Sortir des sentiers battus du 25 au 29 Mai au Québec

Le 83ème colloque du Congrès de l'Acfas (Association francophone pour le savoir) aura pour thème "Sortir des sentiers battus" du 25 au 29 mai 2015 à l'Université du Québec à Rimouski.

Cette thématique fait référence au travail des chercheurs qui font preuve d’audace pour faire avancer les connaissances, mais aussi au lieu de la 83e édition de cet important congrès scientifique qui se tiendra en région. « Cela fait quelques années que le congrès est présenté dans un environnement urbain. Le thème Sortir des sentiers battus invite les congressistes à rompre avec une certaine routine, à se laisser guider par la créativité et à prendre le risque de chercher et de trouver autrement », explique Françoise Daigle, présidente du comité des communications du congrès.

Professeur en sciences de l’éducation à l’UQAR depuis 2007, Jean Bernatchez a accepté de présider le comité organisateur du 83e Congrès de l’Acfas. Titulaire d’un doctorat en administration et politique scolaires, il possède plus d’une trentaine d’années d’expérience en gestion de l’enseignement supérieur. « L’organisation de ce congrès scientifique est un défi stimulant. Je suis persuadé que l’UQAR sera à la hauteur des attentes grâce à la mobilisation de notre communauté universitaire et de celle des gens du Bas-St-Laurent », souligne M. Bernatchez.

À titre de président du 83e Congrès de l’Acfas, M. Bernatchez dirige le comité organisateur qui est composé des professeurs Céline Audet et Claude La Charité (coprésidents scientifiques), de Bernard Ouellet (président du comité logistique), de Françoise Daigle (présidente du comité des communications), du professeur Joël Bêty (coprésident du comité des activités grand public) et de Julien Lambrey de Souza (adjoint délégué à l’organisation du congrès) ainsi que des membres de l’équipe de l’Acfas.

Des milliers de communications et une centaine de colloques seront présentés du 25 au 29 mai 2015 lors du 83e Congrès de l’Acfas. L’événement se déroulera à l’UQAR et au Cégep de Rimouski. « L’organisation du 83e Congrès de l’Acfas est entre bonnes mains. Je suis persuadé que cet événement scientifique prestigieux permettra de faire rayonner l’UQAR et les régions desservies par notre université dans l’ensemble de la Francophonie », observe le recteur de l’UQAR, Jean-Pierre Ouellet. Rappelons que l’UQAR a accueilli ce prestigieux congrès en 1993 et en 2003.

L’Université du Québec à Rimouski et l’Acfas présentent donc le programme de cette 83e édition du congrès, placée pour la seconde année consécutive sous le patronage de la Commission canadienne pour l’UNESCO. Ce sera une occasion de sortir des sentiers battus avec plus de 2 000 communications orales et par affiches et 70 panels de discussion organisées dans 135 colloques scientifiques et Enjeux de la recherche ; plus d’une centaine d’activités gratuites réparties dans les activités grand public et les sessions de communications libres ; et près d'une dizaine d'exposants.

Cet événement est une invitation à « sortir des sentiers battus », à rompre une certaine routine, et donc de se laisser guider par la créativité, mais également prendre le risque de chercher et de trouver autrement. Il s’agit aussi d’une occasion de découvrir un autre milieu – un autre paysage — de se plonger déjà en situation d’innovation en se déstabilisant un peu, si tant est que le voyage soit également, lui aussi, porteur de surprise et d’inattendu.

C’est le défi du renouvellement de la pensée, une tension vers l’originalité d’où surgit l’excellence. L’excellence de l’UQAR a récemment été soulignée par la désignation, pour une deuxième fois en trois ans, de l’Université de l’année en recherche au Canada par la firme indépendante RE$EARCH Infosource Inc. et ce, parmi toutes les universités qui offrent majoritairement des programmes de premier cycle.

Programme complet

A noter Colloque 632 - La vie et le vivant : de nouveaux défis à relever en éducation, avec Dorothée Browaeys, Rédactrice en chef adjointe UP' Magazine
Programme détaillé

Inscription

(Source : UQAR et Acfas)

sciences

Biovision : Des sciences de la vie aux sciences pour la vie

Pour cette 10ème édition de BIOVISION 2015, le thème de la santé globale à travers le prisme de la médecine personnalisée est privilégié. Forum international dédié à la prospective dans le domaine des sciences de la vie, il réunit actuellement - du 15 au 16 avril 2015 - à Lyon des personnalités de premier plan issues du monde académique, du secteur privé, des autorités publiques et de la société civile. Ces décideurs d’horizon divers réfléchissent ensemble aux avancées futures dans le domaine des sciences de la vie, s’interrogeant sur la façon de transformer les découvertes scientifiques en solutions concrètes et innovantes au bénéfice de la santé publique.

Catalyseur d’échanges, BIOVISION se veut le point de rendez-vous et de découverte des sociétés innovantes, de la start-up à la multinationale. Alain Mérieux, Président de la Fondation pour l'Université de Lyon, organisatrice de l'événement, déclare :
"Dans un monde totalement ouvert, les défis de la santé sont aujourd’hui considérables et infiniment complexes : l’émergence et l’expansion rapide de nouveaux pathogènes, des virus et bactéries qui ne connaissent ni frontières géographiques ni barrières d’espèce, de nouveaux risques infectieux liés à l’alimentation, l’eau et l’environnement, des relations mieux connues entre maladies infectieuses, cancers et nutrition…
Face à cette réalité, la nécessité d’une approche globale et multidisciplinaire de la santé s’impose, rapprochant médecines humaine et vétérinaire, et prenant en compte l’ensemble des paramètres impactant la santé.
Les formidables avancées de la science et de la médecine, l’irruption de nouvelles technologies nous apportent des éléments de réponse. En particulier il est clair que la médecine de demain passe par une approche personnalisée de la prévention et du traitement des maladies en fonction du profil spécifique de chaque patient.
Ces progrès doivent cependant être connus, compris et rendus accessibles au plus grand nombre.
La question de l’accès aux soins pour les pays en développement reste essentielle, car là aussi la santé ne peut être que globale.

C’est pourquoi BIOVISION a organisé son programme 2015 autour de l’accès pour tous à la santé globale et la médecine personnalisée.
Ces deux jours seront l’occasion d’un partage de connaissances scientifiques de haut niveau, grâce aux grandes conférences prospectives et à la conférence publique sur le thème de la santé globale, mais aussi au « Village des Programmes d’Investissements d’Avenir » qui présentera l’excellence de la recherche et de la formation du territoire.
Fidèle à sa volonté d’agir concrètement, cet événement sera aussi un espace pour favoriser les partenariats et accélérer le passage de l’innovation scientifique jusqu’aux patients, en créant de la valeur médicale et de la valeur économique. Nous avons donc mis en place deux rencontres au sein de BIOVISION : « Catalyzer » pour promouvoir et soutenir des projets ou start-ups early stage innovants, et « Investor Conference » pour détecter, accompagner et financer les start-ups prometteuses.
BIOVISION permettra ainsi aux acteurs scientifiques, économiques, politiques et à la société civile de se rencontrer lors de conférences de haut niveau et d’échanger sur les dernières innovations et leurs conséquences pour les citoyens et tout l’écosystème de la santé.

Je souhaite un plein succès à cette nouvelle édition de BIOVISION, un forum dédié aux Sciences de la vie, que nous avons voulu au service des citoyens et ancré dans un écosystème mondial."

Les temps forts de cette 10ème édition

1) Une conférence publique

BIOVISION propose une conférence publique ouverte à tous (sur inscription gratuite) : Santé globale et médecine personnalisée - jeudi 16 avril à 11h
Objectif : débattre de sujets majeurs avec le grand public et lui offrir le point de vue des experts BIOVISION, parmi lesquels le Pr. Jean-Marie Lehn (Université de Strasbourg), le Dr. Philippe Douste-Blazy (UNITAID), le Dr. Robert Sebbag (Sanofi), Martin Hirsch (AP- HP), et le Dr Najeeb Al Shorbaji (WHO).

2) L’Investor Conference : financer les entreprises innovantes

BIOVISION organise pour la 3e fois l’Investor Conference, dédiée au financement des entreprises innovantes : cette conférence investisseurs de haut niveau, co-organisée avec Lyonbiopôle et France Biotech, réunit start-ups, sociétés en croissance et de taille intermédiaire autour de partenaires financiers et industriels pour une série de débats et de rencontres.

Au programme :
- Deux workshops « Le Corporate venture dans le financement de l’innovation » et
« Entrée en bourse : Europe ou US ? » permettront aux investisseurs (capitaux- risqueurs, fonds corporate, banques d’investissement…) et aux participants de BIOVISION intéressés par le sujet de se retrouver et de débattre autour des stratégies de financement de l’innovation et des retours d’expérience et facteurs clefs de réussite.
- Des sessions de présentation de sociétés en recherche de fonds permettront aux sociétés biotech, medtech et e-health sélectionnées par un comité co-présidé par Florent Gros, directeur général de Novartis Venture Funds et Anne Horgan, associée chez Sofinnova Partners de présenter leur projet lors de deux sessions dédiées.

Voir Les 25 sociétés sélectionnées
Les sociétés les plus prometteuses seront récompensées par un prix biotech et un prix medtech qui seront remis lors de la cérémonie de clôture.

Trois questions à… Florent Gros, Managing Director chez Novartis Venture Funds (plus gros fond de capital-risque suisse dans les sciences de la vie et le plus grand fond corporate dans le monde de la santé) pour qu'il nous donne sa vision du financement des sciences de la vie en Europe, et de l’intérêt de l’Investor Conference organisée par BIOVISION, pour les sociétés en recherche de fonds.

1) Vous êtes co-président du comité de sélection de BIOVISION Investor Conference. Quel est selon vous l’intérêt d’un tel événement dans l’environnement actuel, pour les investisseurs et pour les sociétés ?

Cet événement sert à connecter les investisseurs et les entreprises, et aussi à confronter les sociétés entre elles. En effet, les entrepreneurs peuvent être parfois isolés, pas par choix, mais par la nature du poste, car c’est très prenant. A BIOVISION, ils peuvent rencontrer des partenaires qui ont les mêmes challenges et les mêmes besoins qu’eux. De plus, Lyon est un endroit idéal qui fait partie des places européennes reconnues. L’événement est bien dimensionné, pas une grand-messe, mais une taille adéquate.

2) Quels conseils donneriez-vous à une société biotech/medtech en recherche de fonds ?

Si je devais choisir trois points, j’insisterais sur :
- un business model très clair : il faut pouvoir décrire la science aux investisseurs. Il faut aussi donner les étapes de développement en détail sur les 3 prochaines années.
- bien connaître son marché et bien en comprendre les défis : les entrepreneurs doivent être capables de montrer que leur produit en vaut la chandelle. C’est un vrai travail de fond qu’il ne faut pas bâcler.
- Avoir un bon timing : il ne faut pas se présenter trop tôt devant les investisseurs. On n’a qu’une, au maximum deux opportunités de séduire un fonds. Il faut que le produit ou le projet soit assez mûr techniquement.

Je recommande d’avoir un ami ou une relation proche dans un fonds, auquel on peut demander conseil. Nous sommes submergés, bombardés de projets, nous en recevons plus de 1 000 par an.

3) Quelle est la place des fonds corporate dans l'investissement en sciences de la vie ?

Les fonds privés sont sur le déclin en Europe. Tout le domaine est en souffrance. Aux Etats-Unis, il y a eu un certain nombre de sorties publiques, donc le secteur est moins touché.
En Europe, les fonds corporate ont pris le relais. Ils représentent 20 à 40% des investissements. Sans eux, il n’y aurait plus de start-up biotech en Europe.

En France, c’est un peu différent, car il y a une base de capital-risque plus élaborée, ainsi que de nombreux fonds d’amorçage. "

3) BIOVISION Catalyzer : 25 projets à la une

BIOVISION propose cette année la 3e édition de BIOVISION Catalyzer, co-organisé avec Lyonbiopôle, pôle de compétitivité mondial dans le domaine des vaccins et du diagnostic. Présentation de projets collaboratifs innovants, cette rencontre permettra aux porteurs de projets dans les domaines de la médecine personnalisée de bénéficier d’une visibilité internationale et de rencontrer des partenaires potentiels, qu’ils soient publics ou privés.

Voir Les 25 candidats 

Le comité de sélection de Catalyzer, co-dirigé par Michel Goldman, ex-Directeur Exécutif de l’IMI (Innovative Medicines Initiative), et Alexander von Gabain, Vice- Chancelier adjoint pour l’innovation et les partenariats industriels au Karolinska Institute, a choisi 25 projets sur les 56 inscrits.

Trois questions au…Professeur Michel Goldman, Université Libre de Bruxelles. Michel Goldman était jusqu’en décembre 2014 directeur général de l’IMI (Innovative Medicine Initiative), une entitée conjointe entre l'Union européenne et l'association de l'industrie pharmaceutique EFPIA visant à accélérer le développement de médicaments innovants plus sûrs pour les patients. Co-président du comité de sélection de Catalyzer Pitches, il montre l’intérêt de cette session organisée par BIOVISION pour les start- ups et porteurs de projets qui souhaitent développer leur réseau et visibilité à l’international.

1) Vous êtes co-président du comité de sélection de Catalyzer Pitches. A qui sont ouverts les appels à candidature ?

Je voudrais encourager les porteurs de projets qui sont à la recherche de partenaires économiques, financiers et scientifiques à candidater.
Pour tous ceux qui ont besoin de ce type de support, BIOVISION est une opportunité
unique d’obtenir de la visibilité au niveau mondial.
Cela permet aux projets les plus porteurs de franchir le fameux cap de la « vallée de la mort ».

2) Selon vous, quels sont les champs d’innovation dans la santé et comment aider à leur essor ?

En santé, on vit un changement de paradigme. Nous faisons face à de grands défis, comme Alzheimer, le cancer ou la résistance aux antibiotiques, mais aussi dans le
domaine des maladies inflammatoires. Les grandes découvertes de ces dernières années, comme l’immunothérapie contre le cancer, les facteurs génétiques derrière l’autisme ou l’Alzheimer, permettent d’ouvrir de nouvelles perspectives.
Très tôt dans le développement du médicament, il faut anticiper les obstacles et notamment l’accès au marché et au patient. Tous les acteurs doivent prendre ces aspects en considération et mettre en place plus de dialogue, plus de collaboration. Avec BIOVISION, nous rassemblons les différents acteurs de la santé et nous pouvons attirer leur attention sur ces aspects.
La clé, c’est l’alliance de la science et du dialogue avec les futurs partenaires industriels.

3) Quels seront les critères les plus importants pour le comité de sélection de Catalyzer Pitches ?

- Le niveau d’innovation: nous recherchons des données scientifiques nouvelles, prometteuses et innovantes
- L’impact sociétal pour les citoyens en général et pour la société porteuse du projet
- La qualité de l’équipe de direction
- Les collaborations existantes et en développement : et notamment ce que le porteur attend de BIOVISION

4) Village des PIA : Lyon-St Etienne, un territoire fertile pour les sciences de la vie

Deux jours pour faire valoir le potentiel scientifique en santé de l’Université de Lyon, pendant BIOVISION, le Forum Mondial des Sciences de la Vie, les 15 et 16 avril à la Cité Internationale de Lyon.

En  réponse  aux  différents  appels  à  projets  du  PIA,  Programme  d’Investissements d’Avenir   lancé   en   2010,   l'Université   de   Lyon, qui réunit  les établissements d’enseignement  supérieur et de recherche de Lyon et Saint Etienne, a été retenue pour 14 projets labellisés qui relèvent de la santé. Ces projets couvrent tout le champ de la connaissance   et  de  l’innovation :  recherche amont, recherche clinique, formation, innovation et transfert vers l’industrie, etc.
Ce potentiel  considérable,  reconnu  par des jurys internationaux,  mérite  d’être mis en valeur  plus  largement  car  il  contribue  au  rayonnement  et  à  l’attractivité  de notre territoire, à la compétitivité de nos entreprises, et à l’amélioration de la santé de tous. C’est pourquoi la Fondation pour l’Université de Lyon organise le village des PIA pendant le forum BIOVISION, dans le cadre de la mission qui lui a été confiée par l’Université de Lyon pour la valorisation de son potentiel scientifique et de ses succès au PIA.

Le village des PIA rassemble pendant les 2 jours du forum BIOVISION, ces 14 projets PIA Santé de l’axe Lyon – Saint Etienne, au sein d’un espace permanent dédié et central : ils présenteront  leurs  actions,  partageront  leur  savoir  et  rencontreront  des  partenaires potentiels de tous horizons et origines.
Accueillant  près  de 2000  décideurs  venant  de 65 pays  différents,  spécialisés  dans  le domaine des sciences de la vie, le forum BIOVISION, forum mondial des sciences de la vie,  constitue   une  occasion   unique   de  promouvoir   auprès   d’un   public   d’experts internationaux le savoir-faire concentré ici.

En avant-première  pendant le forum, deux vidéos   seront diffusées pour présenter  les PIA et le dynamisme  scientifique  en santé du territoire  selon le fil conducteur  « De la recherche au soin » :
•   un film court  sur la démarche « Santé globale / médecine personnalisée » menée sur le territoire,
•   un film  d’une  vingtaine  de  minutes  pour  présenter  chaque  PIA  selon  les thématiques transversales « Trouver, Développer, Valoriser, Soigner ».

Au-delà   du  territoire   Lyon-Saint   Etienne,   ce  projet  vise  à  rappeler   à  un  public international la volonté de la France de promouvoir l’excellence de sa recherche et de son enseignement supérieur.
Plus d’information sur les PIA en Rhône-Alpes 

Les projets PIA présents sur le territoire de l’Université de Lyon et représentés au sein du village des PIA pendant BIOVISION sont :

Des équipements d'excellence

•  IVTV (Ingénierie et vieillissement des tissus vivants) « Santé - Vieillissement – Criblage »
•  LILI : Lyon Integrated Life Imaging
•  PhenoCan : Phenotypoage pour le cancer
•  SENS : RMN de surface Exaltée par polarisation dynamique nucléaire

Des laboratoires d'excellence

• DEVweCAN (oncologie)
• CORTEX : Construction, Cognitive Fundation, Remediation and Repair of the Cortex
• ECOFECT : Infectiology and Eco-revolutionary epidemiology
• PRIMES : Physique, Radiologie, Imagerie Médicale et Simulation

Des formations innovantes (IDEFI)

• SAMSEI : Stratégies d’Apprentissage des Métiers de Santé en Environnement Immersif

L'Institut hospitalo-universitaire 

• OPeRa : Organ Protection and Replacement
• CESAME : Cerveau et Santé Mentale

L'Institut de recherche technologique 

• BIOASTER

L'Institut Carnot

• CALYM (lymphome)

Cohorte 

• OFSEP : Observatoire Français de la Sclérose en Plaque

www.fondation-pour-universite-lyon.org

Renseignements pratiques

Ouverture du Forum le 15 avril à 14h et le 16 avril dès 9h

Lieu : BIOVISION– Lyon Cité Internationale, 50 Quai Charles de Gaulle - 69006 Lyon

Accès par transports en commun :
Ligne C1 : un trolleybus relie la Cité internationale à la Gare de la Part-Dieu en 12 minutes.
Ligne 4 : en correspondance avec les lignes de métro A (Foch) et D (Saxe - Gambetta).
Ligne 58 : liaison directe avec la Presqu’île et la Place Bellecour.

Accès par la route :
La Cité internationale est située à proximité du périphérique nord, sortie : Porte de
St Clair, direction Cité internationale.
Autoroutes : A7, Marseille. A6, Paris. A42, Genève. A43, Chambéry – Grenoble

énergie nucléaire

Le nucléaire dans tous ses états

Parmi toutes les sources d’énergie, le nucléaire présente une particularité originale ; alors que l’homme n’a maîtrisé la plupart d’entre elles que très progressivement, dans une longue approche essentiellement empirique, il s'est approprié l'énergie nucléaire par une démarche intellectuelle et scientifique, de la découverte de la radioactivité par H. Becquerel, en 1896, à celle de la réaction en chaine, par F. Joliot-Curie en 1939.
Passages, qui a déjà organisé de nombreux colloques et séminaires autour des problèmes énergétiques, veut restituer au débat sociétal sur l’usage de cette énergie toutes ses dimensions, éthiques, économiques, écologiques ou psychologiques. Dans ce but, il organise sur la période 2015-2016 toute une série de séminaires thématiques qui permettront d’aborder les différentes facettes de l’énergie nucléaire et restituer ainsi la complexité du débat. Ces séminaires seront clôts par un colloque qui en retira les éléments essentiels.

Les séminaires suivants seront modérés par Messieurs Alain Vallée et Emile H. Malet avec pour discutants : Ann Mac Lachlan, Philippe Vesseron et Jean-Pierre Hauet

Programme

Mardi 5 mai 2015 : Nucléaire et Risque
Nucléaire et Risque, se focalisera sur l’éventualité d’un accident majeur dans les installations nucléaires. Celles-ci sont encadrées par tout un formalisme réglementaire complexe, sur lequel il est nécessaire de s’interroger. Les dispositifs mis en place sont-ils suffisants pour rendre le risque nucléaire acceptable ?
Intervenants :
- Régis Baudrillart, Directeur adjoint de l’énergie nucléaire, CEA
- Jean-Christophe Niel, Directeur Général de l’Autorité de Sûreté Nucléaire

Mardi 16 juin 2015 : Nucléaire et Prolifération
Nucléaire et Prolifération, se concentrera sur les risques associés à la dissémination de certaines technologies du cycle combustible, comme l’enrichissement isotopique de l’uranium et de la séparation du plutonium. Jusqu’où peut-on interdire à un pays l’accès à une technologie qui peut-être un maillon de son indépendance énergétique nationale, alors que de nombreux autres pays en sont dotés ?
Intervenants :
- Christophe Béhar, directeur de l'énergie nucléaire au CEA
- Bruno Tertrais, maître de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique (FRS)

22 septembre 2015 : nucléaire et innovation
L’industrie nucléaire est une industrie à cycle très long : entre le début de la conception d’un nouveau réacteur et le démarrage de la première réalisation, il s’écoule en général entre 15 et 20 ans, pour une installation qui va être exploitée une soixantaine d’années. Si on considère de plus l’importance des capitaux engagés et la crainte d’un accident nucléaire, on voit qu’il y a de nombreux freins à l’innovation et donc à la prise de risque dans ce secteur.

Cependant, on voit régulièrement apparaitre des propositions originales de nouveaux types de réacteurs, en rupture avec les concepts actuels, apportant potentiellement des bénéfices en termes de sûreté, d’environnement, ou d’adaptation aux besoins présents et futurs. Mais les temps de développement et les besoins en financement empêchent souvent l’aboutissement des recherches et freinent l’arrivée de nouvelles technologies.

13 octobre 2015 : nucléaire et société
Le cinquième séminaire, Nucléaire et Société, s’interrogera sur les conditions sociétales du développement de l’énergie nucléaire et sur sa capacité à s’intégrer dans différents types de cultures et de gouvernances politiques.

Un programme nucléaire, pour un pays, est un choix dont les bénéfices se jouent dans la durée. Son acceptation par la société est donc fondamentale, et le rôle des dirigeants politiques est essentiel, eux qui doivent à la fois maintenir le cap du choix énergétique et garantir la sécurité des populations.

Tchernobyl et Fukushima, des accidents qui se sont produits dans des pays technologiquement avancés, sont des exemples du lien étroit entre culture et sûreté. Aujourd’hui, de nombreux pays envisagent une première réalisation nucléaire, alors qu’ils présentent une grande diversité de gouvernances et de cultures. L’AIEA a un rôle essentiel pour accompagner ces nouveaux entrants, fournissant conseils, formations et documents. Il mène aussi des évaluations indépendantes, mais qui restent sans valeur contraignante.

17 novembre 2015 : nucléaire, environnement et déchets
Le sixième portera sur Nucléaire, Environnement et Déchets. Toutes les sources d’énergie utilisées à ce jour posent, d’une manière ou d’une autre, de sérieux problèmes environnementaux : utilisation intensive de matières premières minérales, nuisances diverses, émissions de gaz carbonique ou de polluants. L’énergie nucléaire ne fait pas exception ; elle a ses avantages, notamment son impact climatique réduit et sa faible empreinte environnementale, hors conditions accidentelles exceptionnelles, ainsi que pour sa capacité à renforcer l’indépendance énergétique d’un pays. Mais elle présente plusieurs faiblesses. La première est liée à l’exploitation de l’uranium, présent en quantité limitée sur la terre et dont l’extraction a un fort impact environnemental. La seconde porte sur le risque d’un accident majeur dont les conséquences peuvent conduire à des conséquences sanitaires sérieuses, à une contamination durable de territoire dont il faut délocaliser la population.

Enfin, la gestion finale des déchets reste un des éléments centraux du débat autour de l’énergie nucléaire.
Toutes les installations nucléaires sont abondamment équipées en instruments de mesure permettant de suivre et de gérer les matières radioactives qui y sont présentes. Par contre, leur sortie non maîtrisée de cet environnement contrôlé peut devenir une source de danger pour la population.
Certains déchets ultimes, issus du combustible, peuvent rester dangereux sur des échelles de temps extrêmement longues, nécessitant la mise en place de solutions sûres et pérennes.

19 janvier 2016 : nucléaire et développement économique
Le septième traitera du Nucléaire et Développement Economique ; en France, en Europe, la production d’électricité nucléaire peut être considérée comme une ressource locale, malgré l’importation de l’uranium. En effet, la majorité des coûts associés à la réalisation et à l’exploitation des centrales peut être nationale ; elle est source d’emplois nombreux et diversifiés, dont une grande partie à haute valeur ajoutée. Par contre, le niveau élevé des investissements nécessaires, le temps « lent » qu’elle requiert sont un frein à son développement.

8 mars 2016 : nucléaire et opinion publique
Enfin, le dernier séminaire traitera du Nucléaire et Opinion Publique : les choix énergétiques sont des choix de longue durée pouvant influencer de manière importante l’évolution d’un pays. Dans un secteur comme le nucléaire, les changements brutaux de cap peuvent s’avérer catastrophiques ; on le voit aujourd’hui avec l’arrêt du nucléaire allemand dont les conséquences ont traversé les frontières du pays. La stabilité de la politique énergétique d’un pays est donc nécessaire, et toute évolution ne peut être que progressive, particulièrement avec cette énergie où les investissements sont considérables et où les compétences sont extrêmement sensibles. Cette adhésion de l’opinion publique, nécessaire à sa durabilité, dépend de l’histoire et de la sensibilité des peuples. Elle peut fluctuer, mais, sur la durée, elle reposera essentiellement sur la confiance dans les organismes en charge de sa gestion.

Lieu : Restaurant Universitaire Mabillon, 12 rue Clément – 758006 Paris (Métro Mabillon)

Inscription

sciences

Biovision : 10ème édition du forum les 15 et 16 avril 2015

La 10ème édition du forum BIOVISION, forum annuel des sciences de la vie, se penche sur les apports de la médecine personnalisée à la santé globale les 15 et 16 avril prochains à la Cité Internationale de Lyon : deux jours pour transformer des idées novatrices en solutions concrètes au bénéfice des citoyens...

D’envergure mondiale, le forum Biovision réunit chaque année à Lyon de nombreuses personnalités de premier plan parmi lesquelles des chercheurs, des politiques, des investisseurs et des entrepreneurs, de la startup à la multinationale.
Ces décideurs pluridisciplinaires réfléchissent ensemble aux avancées futures en sciences de la vie. Ils s’interrogent sur la façon de transformer les découvertes des chercheurs en solutions concrètes et innovantes au bénéfice de la santé publique, abordant ainsi directement les business models et les solutions de financement. Il s'agit aussi de rendre les savoirs en la matière accessible au grand public.

Cette 10e édition abordera les apports de la médecine personnalisée à la santé globale. Elle s'articulera autour de trois temps forts :
- Prospective : une mise en débat des experts et des décideurs sur les impacts sociétaux des dernières avancées scientifiques et vision prospective.
- Catalyser : des rencontres pour favoriser l'émergence de projets innovants.
- Investor conférence : une conférence investisseurs de haut niveau réunissant des start-ups santé, des partenaires industriels et des investisseurs financiers.

Dans le domaine de la santé, nous faisons face à des menaces globales en matière de maladies contagieuses (grippe, sida, hépatite, plus récemment Ebola…) et non contagieuses, telles que le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires qui sont désormais considérées comme de nouvelles pandémies.
Avec les récents progrès de la science, de la médecine et de la technologie, il est clair qu’une approche plus personnalisée de la prévention et du traitement des maladies ouvrirait des perspectives intéressantes pour les patients et les collectivités. Cette approche a démontré sa pertinence dans le domaine de l’oncologie, notamment.

L’approche de la santé personnalisée pourrait faire partie d’un processus de santé général centré sur le patient, avec une compréhension totale des bénéfices et des risques, ainsi que des problèmes éthiques, socio-économiques et organisationnels induits. D’après Didier Hoch, président de BIOVISION : « Une telle approche devrait aller de pair avec une vraie transformation, voire une révolution, du monde de la santé, pour le bénéfice de tous. »

BIOVISION 2015 : favoriser l’émergence et la croissance de sociétés innovantes dans les sciences de la vie et la santé, depuis l’amorçage jusqu’à l’entrée en Bourse

BIOVISION organise cette année les 3èmes éditions de Catalyzer et d’Investor Conference. Ces initiatives couvriront toute la chaîne de valeur de l’innovation, depuis les projets et les sociétés en amorçage jusqu’aux sociétés cotées pour permettre aux participants de trouver les partenaires et /ou les ressources dont ils ont besoin.
Le salon inclura deux sessions particulièrement adaptées à ces thématiques, qui serviront de plateformes de présentation pour des projets innovants et des recherches de financement :
- « Catalyzer Pitch », où des projets innovants ou de jeunes startups dans les sciences de la vie peuvent candidater pour être sélectionnés, préparés à pitcher et postuler pour une récompense. Plus de 120 projets se sont portés candidats en 2013-2014 et 50 finalistes ont pu présenter leur approche devant un parterre de représentants de l’industrie, de la société civile et de la recherche, ainsi que de financeurs.

- « Investor Pitch », où les sociétés innovantes (biotechnologies, technologies médicales et e-santé) qui recherchent des financements, des partenaires et de la visibilité par rapport aux industriels et aux financeurs, peuvent postuler. Les sociétés sélectionnées pourront pitcher devant un panel regroupant les principaux investisseurs européens en sciences de la vie. Plus de 110 start-ups se sont portées candidates en 2013-2014 et 50 sont arrivées en finale. En 2015, le comité de sélection sera piloté par des représentants de Novartis Venture Funds et
Sofinnova. Il comportera plus de 15 partenaires issus de fonds corporate européens de premier plan.
En complément des sessions de pitchs Catalyzer et Investor Conference, des workshops consacrés au financement des entreprises dans les sciences de la vie seront également organisés.

BIOVISION est soutenu par des partenaires publics et privés de haut niveau. Les collectivités locales (Grand Lyon, Département du Rhône et Région Rhône-Alpes) sont engagées de longue date dans le développement et la promotion des sciences de la vie sur le territoire rhônalpin.
Les projets et les sociétés intéressés par les sessions Catalyzer et Investor sont invités à s’abonner à la newsletter pour connaître la date d’ouverture des dépôts de candidature : www.biovision.org

Programme complet et pus d’informations sur : http://www.biovision.org

UP' Magazine est partenaire de cet événement : 30 % de réduction pour nos lecteurs !

Loading...
Loading...