UP' Magazine L'innovation pour défi

festival vivant

Pour un futur viable ?

Donner à voir et à discuter l’industrialisation du vivant. Telle est l’ambition de la dynamique du Festival vivant qui se déroule les 15-16-17 septembre 2016 sur le campus de l‘Université Paris Diderot. Cet événement constitue le point d’orgue du volet français du programme européen Synenergene, consacré à la biologie de synthèse et plus largement à la bioéconomie. Le sujet est tout à la fois hautement stratégique et potentiellement explosif. L’enjeu politique : s’entendre sur des projets viables et soutenables quand il s’agit de composer entre nature et innovation technique.
Illustration © Golnaz Behrouznia
 
Le monde naturel se dérobe sous nos pieds.  Nos techniques de domestication, de manipulation, de numérisation, d’hybridation transforment tout : nos manières de consommer, de cultiver, d’échanger, de rencontrer… Inexorablement et de plus en plus rapidement, nous mutons ! Et nos modes de vie aussi ! Bêtes et plantes, champignons et planctons, levures et bactéries deviennent les usines du futur pour faire du carburant, des médicaments, des fibres ou des molécules pour la chimie… ouvrant les biomasses à de nouveaux marchés au-delà de l’alimentation classique. Sont-ils génétiquement manipulés, naturels ou synthétiques, asservis ou spontanés ? D’ores et déjà, la frontière entre nature et artifice, entre biologique et culturel s’estompe. Et nos repères, et nos valeurs avec…
 
Maîtriser et manipuler le vivant est devenu La question politique centrale de notre époque.  Les biopouvoirs planent aussi sur nos corps en quête d’immortalité ou de recette pour une éternelle jeunesse. Jusqu’où irons-nous dans la fusion de la chair et des machines, de l’organique et des automates ? Comment voulons-nous faire nos choix, dès lors que nous pouvons reconfigurer l’hérédité des organismes et leurs viabilités. Eradiquer à volonté des populations de moustiques ou faire faire de la morphine ou des toxines aux levures… Quelles priorités donnerons-nous aux usines vivantes censées nous sortir de l’ère du pétrole ? La bioéconomie qui mobilise les dynamiques du vivant pour multiplier les solutions biosourcées peut-elle répondre aux multiples injonctions de sobriété, de frugalité… et de croissance ?

Un événement sur une révolution bioéconomique en cours

Le FESTIVAL VIVANT propose trois jours d’échanges avec plus de soixante experts concernés par ces défis majeurs. C’est un événement tant ces sujets viennent si peu en discussion publique. C’est une opportunité parce que ces rencontres s’adressent à tous, dans une volonté d’échange d’informations de qualité mais aussi d‘avis pluralistes.  C’est un défi pour tous, tant il est nécessaire de refonder collectivement nos modèles en phase avec le monde réel, ses limites, ses résiliences et ses puissances.
Le programme se veut connecté aux expériences concrètes. De nombreux représentants industriels (Syngenta, Limagrain, Global Bioéenergies, Lesaffre, Abolis Technologies, la bioraffinerie Bazancourt-Pomacle, association chimie du végétal, M2i Lifesciences, RAGT2n SAS) apportent leurs témoignages. Il s’agit d’explorer collectivement des modèles nouveaux de mobilisation des écosystèmes, en cohérence avec nos défis énergétiques, écologiques et climatiques.
 
Car la bioéconomie porte en germe le meilleur comme le pire. Elle peut organiser une économie de prédation redoutable - en considérant l’environnement comme un bien économique quelconque - ou bien constituer l’opportunité de penser « l’économique avec le vivant » selon la proposition de René Passet (1979) [1].
 
En bref, le choix est simple : soit nous forçons la nature à intégrer la logique économique et la configuration marchande, soit nous acceptons de penser que la crise environnementale est « le symptôme d’un seuil franchi, d’une nouvelle époque de la rareté », selon les termes de l’économiste Franck-Dominique Vivien (2007) [2] qui intervient en ouverture du FESTIVAL VIVANT.

Questionner la marche forcée des inventions biotechniques

De ce choix dépend la réponse que nous pourrons donner aux trois défis majeurs de la bioéconomie. En premier lieu, il faudra être en mesure d’opérer sereinement un arbitrage concernant l’affectation des terres. Avec une population mondiale frôlant les 9 milliards en 2040, la demande alimentaire va faire surenchérir les tensions entre usages alimentaires et usages industriels des surfaces agricoles. En second lieu, la préservation des capacités de régénération des écosystèmes va se poser de manière accrue. Car si les organismes vivants sont « renouvelables », leur utilisation exige le ménagement de limites à respecter.
En troisième lieu, les nouvelles techniques de modifications des organismes (transgénèse, CRISPR, nucléase dirigée, mutagenèse dirigée…), ainsi que la biologie de synthèse, proposent «la réingénierie des organismes vivants » » pour optimiser les rendements, résister à la sécheresse, aux nuisibles ou aux maladies, ou les transformer en usines à biocarburants ou à molécules à haute valeur ajoutée. Un potentiel aussi puissant que risqué puisque susceptible de transformer des équilibres. La perte de diversité des cultures est manifeste en effet, depuis le recours aux variétés OGM et aux monopoles ainsi générés. On peut aussi craindre des invasions inopinées si l’on procède à l’éradication d’espèces dites nuisibles - comme les moustiques vecteurs de maladies - par le forçage génétique (gene drive). Les résistances des pathogènes peuvent aussi aller s’accroissant avec le recours à des cibles moléculaires univoques (manipulation des phages, traitement du paludisme avec l’artéminisine de synthèse…).
 
La bioéconomie constitue donc un noyau stratégique pour les transitions industrielles en cours. Elle est une opportunité pour refonder les logiques d’innovation [3].
Elle mérite que s’associent les acteurs pour inventer des voies durables de développement comme le souligne le rapport Bioéconomie : enjeux d'un concept émergent, du Centre d'études et de prospective du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt. Lors du dernier rendez-vous européen d’Utrecht sur la bioéconomie en avril 2016, un manifeste a été ébauché qui souligne les mêmes objectifs de soutenabilité : entente sur les affectations des sols, attention à la régénération des ressources, intégration des critères de durabilité… Un écho à l’injonction de l’économiste fondateur de la bioéconomie, Nicolas Georgescu-Roegen, « Voici le commandement de notre ère : tu aimeras ton espèce comme toi-même ».
 
La réflexion philosophique sur le devenir de la vie, dès lors qu’elle est instrumentalisée, voire industrialisée, est au cœur de la journée finale. Puisque les biologistes parlent désormais d’« éditer la nature », d’utiliser les organismes comme des « châssis » auxquels on greffe des gènes qui confèrent des fonctions, que deviennent les êtres vivants ? Nos interdépendances? L’homme sera-t-il aussi soumis à la bioingénierie pour augmenter ses performances ? Comment penserons-nous les cohabitations et le monde commun ? Pour un monde viable ?
 
 
[1] R. Passet, L’Economique et le vivant  (Economica, Paris, 1979).
[2] F.-D. Vivien, Economie de l’environnement ou économie écologique, Responsabilité et environnement , 48  (2007).
[3] Le vivant comme source d’inspiration pour refonder l’innovation, l’économie et la cohérence démocratique, par D. Browaeys,  dans La « vie » et le « vivant » : de nouveaux défis à relever dans l’éducation. SHS Web of Conferences. Volume 21, en ligne sur  http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/abs/2015/08/contents/contents.html
 

LE FESTIVAL VIVANT, c’est quoi ? 
60 experts, académiques, industriels et associatifs qui partagent leurs analyses et prospectives dans un domaine stratégique
1000 participants attendus sur les trois jours d’événements
20 équipes d’étudiants qui présentent leurs recherches et projets avec le monde vivant : visitez le Village des initiatives
10 artistes, designers et réalisateurs qui offrent des performances saisissantes et des interactions avec leurs œuvres : découvrez l’Espace Imagine
Biofutures

11 ateliers thématiques pour découvrir des projets, les questionner et envisager les possibles dans le monde de demain
15 partenaires qui soutiennent la dynamique française du programme européen Synenergene (avec 23 structures impliquées
20 collaborateurs qui conçoivent et développent une plateforme durable de dialogue des parties prenantes sur biotechs et bioéconomie : Vers un Forum BioRESP dès 2017.
UP’ Magazine est partenaire de l’événement.

 
Lieu : Campus de l'Université Paris-Diderot, Hall Buffon - 15 rue Héléne Brion - 75013 - Paris
 
 
 
 

 

santé

Santé en questions

Afin de favoriser le dialogue entre science et société, l'Inserm et Universcience proposent depuis 2012 « Santé en questions », un cycle annuel de conférences citoyennes. L'objectif est d'informer sur les avancées de la recherche en sciences de la vie et de la santé, mais aussi de permettre au public de témoigner et d'échanger avec les intervenants. Voici les trois conférences à venir pour 2016.
 
Ces conférences animées par une journaliste, se tiennent en duplex depuis la Cité des sciences et de l'industrie à Paris et un site partenaire en région. Les conférences filmées sont accessibles sur Internet, et font l'objet d'un livret envoyé aux politiques et diffusé avec le dernier numéro annuel du magazine La Recherche.
Les allergies respiratoires concernent plus de 20% de la population française en 2015 et arrivent à la quatrième position des maladies mondiales. Depuis dix ans, l'exposition aux allergènes s'intensifie, notamment sous l'effet du changement climatique. Comment agissent les substances allergènes ? Comment s'en prémunir ? Quelles pratiques mettre en place à la maison ?
 
Intervenants :
Sur le site de Paris :
- Jocelyne JUST, chef de service d'allergologie pédiatrique à l'Hôpital Trousseau, dont les travaux de recherche portent notamment sur les événements de la vie précoce et le développement des maladies allergiques et respiratoires. Son équipe s'intéresse également à l'impact de la pollution atmosphérique sur les maladies allergiques et respiratoires.
- Jean-François NICOLAS, dermatologue, responsable de l'équipe Inserm « Immunologie de l'allergie cutanée et vaccination » au Centre international de recherche en infectiologie de Lyon. Ses recherches ont démontré que les maladies inflammatoires cutanées sont la conséquence de la défaillance de la tolérance immunitaire envers les allergènes.
- Sophie RIGARD, chargée de mission au cabinet de Bernard Jomier, Adjoint à la Maire de Paris chargé de la santé, du handicap et aux relations avec l'AP-HP.
 
Sur le site de Lyon :
- Guillaume FABUREL, professeur d'études urbaines à l'Université Lyon 2 / UMR Triangle, LabEx « Intelligences des mondes urbains », dont les travaux portent sur la ville durable, les dispositifs participatifs, les injustices environnementales et sur les nouvelles solidarités urbaines.
 
Les trois prochaines conférences : 
 
- Jeudi 22 septembre 2016 de 19h00 à 20h30 : « Sport : quelles limites pour le corps ? » 
Un duplex entre la Cité des sciences et de l'industrie à Paris et le Musée des Confluences de Lyon
Le sport, c'est bon pour la santé. Mais les sportifs de haut-niveau jouent souvent avec les limites de leur corps. Comment la recherche peut les aider ? Définition des règles de progression, études de la motricité et de l'équilibre, compréhension des processus cérébraux de la performance sportive, rien n'est négligé, pour eux et pour nous tous.
 
- Jeudi 13 octobre 2016 de 19h00 à 20h30 : « Vaccins : pourquoi font-ils peur ? » 
 Un duplex entre la Cité des sciences et de l'industrie à Paris et le Pavillon des Sciences de Montbéliard
De plus en plus de Français sont réfractaires aux vaccins, sans doute par manque d'informations et méconnaissance des effets secondaires. Qu'en est-il réellement ? Quel est le mode d'action de ces médicaments pas comme les autres ? Quel est l'enjeu collectif de la vaccination ? Quel avenir pour le vaccin ?
 
- Jeudi 3 novembre de 19h à 20h30 : « Prédire les maladies du cerveau : quelles précautions ?» 
Un duplex entre la Cité des sciences et de l'industrie à Paris et la Bibliothèque de l'Alcazar à Marseille
Le but de la médecine prédictive est de traiter les maladies avant qu'elles n'apparaissent. AVC, anorexie, maladies neurodégénératives font ainsi l'objet de recherches pour un diagnostic génétique. Mais comment vivre avec la connaissance de ce risque potentiel de maladie ? Quel risque de discrimination courons-nous en fonction de notre patrimoine génétique ?
 
L'accès à la conférence est libre et gratuit, nous vous conseillons cependant de vous inscrire à l'adresse : conferences[at]universcience.fr
 

 

TEDx Sorbonne

Humanité E-réelle au TEDx Panthéon Sorbonne

TEDx, programme qui permet aux écoles, aux entreprises, et aux organisations de participer, à leur échelle, au partage d'idées et à une belle expérience humaine, teindra son prochain forum le samedi 11 juin de 14h30 à 20h à l’Université Panthéon Sorbonne sur le thème « Humanité E-réelle ». UP' Magazine sera présent sur le plateau avec son directeur de la publication, Gérard Ayache, speaker invité.
 
Aujourd’hui, technologie, informatique et prolifération des réseaux nous permettent d’être connectés partout et tout le temps. Paradoxalement, l’avènement des NTIC provoque un éloignement physique des individus qui affaiblit les rapports entre les êtres humains et leur environnement. Parallèlement, nous assistons à l’essor d’une « société numérique » guidé par la volonté d’utiliser l’informatique et les technologies pour donner vie à nos rêves et améliorer notre quotidien. Cette nouvelle société redéfinit notre mode de vie et repousse la réalité de nos frontières.
A l’aube du XXIe siècle, sommes-nous en train de redéfinir la condition humaine ? Devenons nous une humanité e-réelle ?
 
"A travers ce TEDx, nous, étudiants de la Sorbonne, souhaitons partir à la rencontre des acteurs de ces changements. En décodant l’évolution des rapports humains sous l’impulsion des nouvelles technologies, nous voulons découvrir leur solutions pour intégrer cette transformation et ainsi rentrer dans cette ère nouvelle. Comment devenir une humanité e-réelle responsable capable d’anticiper et d’apprivoiser ces nouveaux outils de façon utile et positive ?"
 
Comment devenir une humanité e-réelle responsable capable d’anticiper et d’apprivoiser ces nouveaux outils de façon utile et positive ?
Partez à la rencontre des acteurs du changement des relations humaines du fait de l'omniprésence du digital. En décodant l’évolution des rapports humains sous l’impulsion des nouvelles technologies, nous voulons découvrir leurs solutions pour intégrer cette transformation et ainsi rentrer dans cette nouvelle ère.
 
A travers le TEDx Panthéon Sorbonne, l’important est la mise en scène du caractère humaniste de l’université et le replacer dans cet environnement de partage et d'innovation propre à TED. TEDx, c’est amener les personnes à penser autrement, grâce à des intervenants passionnés par leur domaine et toujours plus déterminés à changer notre monde.
Il semble évident que l’Université Panthéon-Sorbonne organise un tel événement car celle-ci partage avec TED cette volonté de répandre et perpétuer le savoir autour d’une expérience exceptionnelle. L’esprit humaniste qu’incarne aujourd’hui TED à l’international fait écho à cette Université Panthéon Sorbonne ; institution historique et berceau des grands penseurs à la source de nombreuses conceptions, mouvements et théories actuelles.

Les principaux intervenants 

Claudie Haigneré, médecin rhumatologue, docteur en neurosciences, astronaute de l’Agence Spatiale Européenne ESA (2 missions spatiales: 1996 sur Mir et 2001 sur ISS), c’est la première femme française dans l’espace. Ancien ministre délégué à la recherche (2002-2004) puis aux affaires européennes (2004-2005), ancienne présidente de universcience de 2009 à 2015 (Palais de la découverte, Cité des Sciences et de l’industrie). Conseillère auprès du directeur de l’ESA.
Membre de l’Académie des Technologies, de l’Académie de l’Air et de l’Espace, de l’Académie des Sports et de l’Académie des Sciences d’OutreMer. Grand Officier de la Légion d’Honneur.
 
Mathieu Nebra.  Mathieu Nebra est à l’origine d’une révolution dans l’éducation, il fait parti des « MIT innovators under 35 » et il est le co-créateur d’OpenClassrooms, plateforme d’e-learning de plus de 3 millions d’utilisateurs en Europe.
Mathieu a initié son projet en 1999, alors qu’il avait 13 ans et souhaitait encourager les jeunes à apprendre le code. Il développe alors, accompagné de Pierre Dubuc, un site web offrant des tutoriels reconnus pour leur pédagogie innovante, accessible et conviviale.
Pendant quelques années, cette activité n’est qu’un hobby pour les deux jeunes co-fondateurs.
Présentant l’arrivée d’une révolution dans l’éducation, c’est en 2007 qu’ils décident de se consacrer à 100% au déploiement de la plateforme de cours en ligne.
Aujourd’hui, OpenClassrooms offre plus de 1 000 cours et se positionne comme un acteur majeur de la formation aux métiers du numérique.
 
Gabriella Kern. Gabriella a été adoptée en Colombie à l’âge de 4 mois par un couple franco-colombien. Pendant 18 ans elle s’est questionnée sur son passé et ses origines. D’où est-ce que je viens ? À qui je ressemble ? Tant de questions qui nourrissaient son quotidien. Aujourd’hui âgée de 20 ans, elle fait des études de droit à Paris. Il y a deux ans, elle a réalisé un de ses rêves grâce aux réseaux sociaux. Elle a pu retrouver sa famille biologique et surtout sa sœur aînée. De l’église de Monserrate à Bogota aux quais de Seine de Paris, son but aujourd’hui est de transmettre un message de force et d’espoir, de témoigner d’une belle histoire qui n’existerait pas sans les réseaux sociaux : ils ne traitent pas que des calculs ni des données, ils permettent aussi de faire se retrouver des personnes destinées à ne jamais se revoir.
 
Carlos Moreno. Expert international en Smart Cities. À l’heure de la révolution numérique, nous voyons s’ouvrir devant nous une infinité de possibilités urbaines. La ville de demain s’invente aujourd’hui, et nous la rêvons tous plus intelligente, plus efficace, plus fluide. Mais la puissance du monde ubiquitaire, désormais à notre disposition, ne doit pas cependant nous détourner de ce qui est l’essentiel dans nos villes : l’amélioration de la qualité de vie. Seule une Smart City Humaine, qui place le citoyen au centre de ses préoccupations, est à même de répondre aux nombreux défis de notre avenir urbain. La ville intelligente et durable n’a de sens que si elle est mise au service de ses habitants. L’hyper connectivité urbaine doit avant tout permettre au citoyen d’être socialement novateur, en tissant de nouvelles formes de lien social. Notre défi est de faire converger la révolution numérique, la réinvention urbaine et l’inclusion sociale, si nous voulons vivre autrement dans nos villes.
 
Gérard Ayache , le directeur de la publication de UP' Magazine, est un expert de l’information et des mutations technologiques. Il a commencé sa carrière à la direction de l’information de France 2, puis a occupé pendant plusieurs années le poste de conseiller de programmes et directeur des études de France 3. Il a fondé et dirigé l’Institut Infométrie jusqu’en 2004, créé et dirigé un groupe d’agences de communication globale et un des premiers sites européens de commerce électronique. Il a cofondé et dirige une société de haute technologie franco-américaine.
Gérard Ayache a enseigné la communication et l’information à l’Université de Paris I (Panthéon-Sorbonne) et à l’Institut Français de Presse (Université de Paris II). Il est l’auteur notamment de :
« Créative Politique ! » UP’ Éditions, 2014
« Homo sapiens 2.0 – Introduction à une histoire naturelle de l’hyperinformation » Edition Max Milo, 2008
« La grande confusion – Appel à la révolution humaine » France Europe Éditions, 2006
 
Alison Berman.  Alison Berman a obtenu son Bachelor de Philosophie et d’Economie au Sarah Lawrence College. C’est là qu’elle découvrit pour la première fois les travaux de Joseph Campbell. Anciennement professeur de l’université, ses ouvrages eurent et continuent d’avoir une importante influence sur le travail d’Alison.
Elle est aujourd’hui rédactrice à l’Université de la Singularité, fondée par Dr. Ray Kurzweil et Dr. Peter H. Diamandis. Ses articles exposent ses travaux effectués sur les technologies émergentes, leur influence sur notre société et leurs applications face aux grands problèmes de notre monde. Alison a interviewé des pionniers de la technologie tels qu’Alex ‘Sandy’ Pentland du MIT Media Lab, Hod Lipson du Creative Machines Lab de l’Université de Columbia, ainsi qu’une multitude d’entrepreneurs sociaux.
Le site d’Alison, Anchor & Leap, relate les histoires de ces leaders guidés par leur volonté de changer le monde.
 
Claire Cambier. L’indépendance et le challenge sont les maîtres-mots de Claire. Être sourde et voguer toujours vers de nouvelles aventures n’a jamais été une galère pour elle grâce aux nouvelles technologies. Cette étudiante en master des affaires européennes doit à internet la connaissance, aux smartphones la communication et aux innovations le bien-être, qui rendent à la différence une vision positive.
 
Eric Pickersgill.
 
Marc-Antoine Colaciuri. Oui, la technologie nous connecte. Et chaque jour, des millions d’utilisateurs en font l’expérience. Mais qu’en est-il de l’influence de cette technologie dans l’échange avec l’autre ? Et plus largement, dans notre perception de l’existence ?
Dans l’absolu… à quoi se « connecter » ?
En quête de réponses, Marc Antoine, 25 ans, a vécu 90 jours à New York sans internet, sans ordinateur ni téléphone portable. L’objectif ? Faire l’expérience de la « déconnexion numérique » dans un univers « hyperconnecté », interroger sa relation au présent face à l’instantané et… se laisser surprendre par l’inattendu. Verdict ?
 
 
 
 

 

drimin Saclay

Drim'inSaclay : Relevez le défi !

Entrepreneurs, innovateurs, start-upper, porteurs de projet, experts,… vous êtes convaincus par les enjeux de la transition énergétique et prêts à trouver des solutions en mode innovation ouverte ? 
Que vous soyez entrepreneurs, doctorants, étudiants, en création de start up ou dirigeant de TPE ou PME, venez relever les défis proposés par EDF, ENGIE, ERDF, GRDF, SIREDOM et SUEZ les 14, 15 et 16 Juin 2016 à l'Ecole Polytechnique pour mettre en route l'innovation ouverte sur le plateau de Saclay, autour de l'événement Drim'inSaclay.
UP' Magazine est partenaire de l'événement

Relevez les défis

L’initiative #DRIM’ in Saclay, événenement labellisé "Semaine européenne de l'énergie durable", sous le haut patronnage d'Emmanuel Macron, tend à promouvoir sur le territoire francilien des valeurs essentielles au processus d’innovation telles que l’ouverture, la collaboration et la complémentarité entre les participants. En effet, ces éléments sont essentiels à la conception de nouveaux produits ou services innovants plus sophistiqués et qui répondent mieux à la demande des marchés.
 
Dans le contexte économique actuel, la diversification du « sourcing » est essentielle pour les entreprises, et le savoir-faire des chercheurs ainsi que des autres entrepreneurs devient stratégique pour développer des projets innovants à forte valeur ajoutée économique, technologique, environnementale et sociale.
Il s’agit donc de favoriser le rapprochement des mondes académique et industriel en mettant les compétences de tous les participants au service de la transition énergétique. Au-delà de la simple convention de R&D où seuls les rendez-vous de prise de contact sont programmés, cet événement doit permettre aux différents acteurs d’amorcer concrètement et rapidement leurs différentes collaborations de façon étroite et suivie.
 
Dans la même veine que l’événement #ActInSpace qui a permis de valoriser la recherche du CNES en mettant à disposition des projets du centre à des étudiants et à des entrepreneurs, les donneurs d’ordre opérant dans le domaine de l’énergie viendront à leur tour lancer des appels à candidature pour lesquels des avancées technologiques et des innovations sont attendues afin d’accélérer la transition énergétique.
 
Des groupes de travail mixtes choisiront les défis sur lesquels ils souhaitent travailler en toute collaboration pendant la durée de l’événement et par la suite. A l’issue de ces heures de créativité, les groupes de travail viendront restituer leur travail lors d’un concours récompensant l’innovation et le travail collaboratif.

#DRIM’ IN SACLAY, c'est l'occasion de ...

... identifier des technologies innovantes pour accélérer le processus de transition énergétique
... favoriser l’adoption et la réutilisation des technologies et données issues d’autres domaines
... profiter d’un écosystème favorable pour stimuler la création de valeur sur le territoire de Paris-Saclay
... favoriser le rapprochement des mondes académique et industriel et la complémentarité des compétences
... poser les jalons d’un travail collaboratif et réfléchir en équipe
... s’enrichir grâce aux différents coaches et à la complémentarité des participants
... venir partager dans un climat serein, ouvert et dynamique
... rencontrer et échanger avec les acteurs franciliens de l’innovation
... créer des emplois durables pour répondre aux besoins du marché
... accélérer la croissance et le développement de nos start-ups, TPEs et PMEs
 
Programme 
 
MARDI 14 JUIN 2016
 
9h00 : ouverture de l'événement
Présentation du programme et des outils mis à disposition des équipes
Formation des équipes autour des partenaires industriels
 
12h30 : repas networking
14h00 : ateliers "Créativité"
15h00 - 18h30 : application en groupe avec soutien des coachs
 
MERCREDI 15 JUIN 2016
 
9h00 : ateliers "Marketing" et "Business Model"
10h00 : application en groupe avec soutien des coachs
12h30 : repas Networking
14h00 : ateliers "Management de la propriété intellectuelle"
15h00-18h30 : application en groupe avec soutien des coachs
 
JEUDI 16 JUIN 2016
 
9h00 : ateliers "Communication"
10h00 : application en groupe avec soutien des coachs
12h00 : repas networking et transfert sur le site de l'ENSTA
14h00 : restitution des travaux de groupe devant le jury (ouvert au public) à l'ENSTA
16h00 : table-ronde "Les opportunités de la transition énergétique pour les entreprises"? animée par Jean-Louis Caffier. Avec la présence exceptionnelle de Corinne Lepage, ancienne Ministre, et Présidente du Mouvement des Entreprises de la Nouvelle Economie.
Intervenants : Jean-Luc Beylat (Pôle Systematic Paris-Région), Clara Gaymard (Fondation RAISE), Jean-Hervé Lorenzi (Cercle des Economistes), Gilles Cieza (New Generation)
 
17h00 : remise des prix, en présence d'Edith Cresson, Ancien Premier Ministre et Présidente de la Fondation Edith Cresson pour les Écoles de la 2e Chance. 
 
 
Découvrez les défis posés par les grands comptes pour l'édition 2016 de Drim'in Saclay
 
Plus d'informations : www.driminsaclay.com
 

 

Rencontre directeurs innovation

9ème Rencontre des directeurs de l'innovation : "Des innovations pour une vie meilleure"

Le 14 juin prochain aura lieu la 9ème Rencontre Nationale des Directeurs de l'Innovation, avec pour thème "Des innovations pour une vie meilleure", innovations humanistes dans un monde digitalisé. L’occasion de s’ouvrir aux grandes évolutions internationales de l’innovation et d’écouter les présentations d’intervenants à la pointe de l’innovation.
 
Bienvenue à cette 9ème Rencontre Internationale des Directeurs de l’Innovation qui vous propose un parcours découverte illustré du témoignage de 25 entreprises et organisations à la pointe mondiale, dont les produits et services innovants ont pour caractéristique commune d’améliorer de façon très significative la vie d’un grand nombre de personnes.
 
Alors que le monde vit une vague technologique sans précédent, offrant de multiples possibilités de nouveaux produits et services, un écart s’est creusé depuis plusieurs années entre les attentes profondes de la société et les innovations qui lui sont proposées.
 
Que ce soit au niveau des analyses sociologiques ciblées sur des besoins ou des marchés spécifiques, ou à celui des vastes enquêtes mondiales, le thème des attentes insatisfaites de la population n’a cessé de se développer depuis une dizaine d’années ( Better Iife Index de l’OCDE, The World We Want de l’ONU ou encore le World Happiness Report ).

Le renouveau des valeurs de progrès

Pour les pays émergents, l’amélioration réelle de la vie quotidienne de leurs immenses populations par l’innovation est l’objectif fondamental, avec notamment le thème dominant de l’Inclusive Innovation en Inde, du Better City, Better Live en Chine, en relais du thème de l’exposition Universelle de Shangaï de 2010, ou le « recadrage démocratique » intervenu en 2013 au Brésil sur les priorités de l’innovation vers les attentes de la population.
 
Ce nécessaire recentrage de l’innovation vers l’amélioration de la vie réelle s’étend aujourd’hui aux pays développés : USA, Japon, Europe, … où de nombreuses attentes de la population restent également insatisfaites et s’expriment de façon plus ouverte. Ce thème de l’amélioration réelle de la vie est d’ailleurs devenu un critère clef de soutien à l’innovation en Grande-Bretagne.
 
Il ne s’agit pas d’une préoccupation réellement nouvelle, tout le monde souhaitant bien sûr l’amélioration de la qualité de vie. Mais il y a prise de conscience que cette amélioration ne découle pas automatiquement du progrès technique, et qu’elle doit être explicitement affirmée comme objectif premier de l’innovation : approches dite “human centric” plus que “techno-centric”, les technologies nouvelles devant être mise au service du progrès humain.
 
De grandes entreprises, ainsi que de nouveaux entrants, notamment ceux issus de l’économie du partage, axent de plus en plus leur démarche d’innovation vers cet objectif principal et affirmé de progrès humain.
 
Cela se traduit par des engagements croissants portant sur des services mesurables en termes de critères de développement humain et d’amélioration de la qualité de vie. Le potentiel reste considérable pour des innovations à très forte valeur ajoutée humaine permises par la révolution technologique en cours.
 
Créés en 2000 et diffusés via Internet depuis 2010, Les Mardis de l’Innovation sont un cycle de cours/conférences ouverts à tous les professionnels de l’innovation ainsi qu’aux universités, grandes écoles, écoles de métiers.
 
Les Mardis de l’innovation comptent plus de 3000 élèves inscrits à Paris et des auditeurs dans une centaine de pays.  Ils se tiennent dans de grands établissements parisiens (CNRS, Sorbonne, Campus Paris Saclay, INSEEC…).Des Mardis de l’Innovation sont également organisés dans d’autres villes en région et dans d’autres pays (Europe, Brésil, Chine….)

Remise des médailles de l’innovation 2016 du CNRS

Créé en 2011 pour honorer une recherche exceptionnelle sur le plan technologique, thérapeutique, économique ou sociétal, la Médaille de l’innovation récompense, chaque année des chercheurs et ingénieurs du CNRS, d'autres organismes de recherche, des universités et des grandes écoles, ou encore à des industriels très engagés dans des actions de recherche débouchant sur des innovations majeures.
 
Programme de l’après-midi : 
 
Ouverture : Alain Fuchs, Président et Directeur Général du CNRS
Présentation des travaux des primés :
Marin Dacos, Informaticien, Directeur du Centre pour l'édition électronique
- Thierry Heidmann, Biologiste, Directeur de l'unité Physiologie et pathologie moléculaires des rétrovirus, endogènes et infectieux Fondateur de Viroxis
Cathie Vix-Guterl, Directrice de l'Institut de science des matériaux de Mulhouse (IS2M et de l'Institut Carnot Mica
Ali Zolghadri, Professeur à l’Université de Bordeaux et laboratoire de l’Intégration du Matériau au Système (ims)
 
Clôture : Madame la Ministre de l'Éducation Nationale, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
 
Téléchargez le programme complet de la Rencontre Nationale 2016
 
Lieu : Maison des Océans de l'Institut Océanographique - 196, rue Saint-Jacques - 75005 - Paris
 

 

salon sud agro industries

1ère édition du salon Sud Agro Industries

La 1ère édition du salon Sud Agro Industries, co-organisée par la CCI de Toulouse, réunira près de 250 équipementiers et prestataires de l’agroalimentaire du 28 au 30 juin 2016 au Parc des Expositions de Toulouse. Résolument tourné vers l'avenir et l’innovation, le Salon Sud Agro Industries souhaite devenir le rendez-vous de l'industrie agroalimentaire du  futur.
 
Secteur de poids du Grand Sud, les agro-industries représentent plus de 4 000 entreprises et 65 000 emplois. Avec les nouvelles technologies et la robotisation, l’agroalimentaire connaît une 4ème révolution industrielle.
Les organisateurs, en partenariat avec l’ARIA et Agri Sud-Ouest, ont donc souhaité réunir les acteurs de cette filière en pleine mutation sur un salon qui présentera les savoir-faire et les dernières innovations de l’industrie agroalimentaire.
 
Selon  Alain Di Crescenzo,  Président  de  la  Chambre  de  Commerce  et  d’Industrie  de  Toulouse  :
« Demain, le premier défi de la planète sera de nourrir une population de 10 milliards d’êtres humains à l’horizon 2050. Pour y parvenir, l’agroalimentaire doit réussir sa transition vers l’industrie du futur, avec la structuration de circuits courts de proximité, l’utilisation des nouvelles technologies et de l’internet des objets connectés, et le développement de l’alimentation intelligente et de l’alimentation de santé. Localement, nous avons des solutions innovantes à apporter et des savoir-faire à exporter, c’est une réelle opportunité pour nos entreprises. »
 
Fort de ce constat, les organisateurs, en partenariat avec Agri Sud- Ouest Innovation et l’AREA LR-MP, ont souhaité réunir les acteurs de cette filière en pleine mutation fin juin à Toulouse lors d’un salon qui présentera les savoir-faire et les dernières innovations de l’industrie agro-alimentaire.
 
Avec 5 000 m2 d’expositions, Sud Agro Industries constituera un lieu de rencontre privilégié entre les différents acteurs du secteur : entreprises de transformation de produits issus du monde agricole, constructeurs d’équipements de production ainsi que les structures de soutien à la filière des agro-industries.
 
« Vitrine des compétences de l’agroalimentaire, l’objectif premier de ce salon est de mettre  en relation les professionnels que cela soit pour le développement de leurs activités ou par la rencontre d’organismes et d’institutions régionaux et nationaux… » explique Jacques Leroy, co-organisateur du Salon, « Sud Agro Industries constitue également un moment d’information et d’échanges sur leur secteur d’activité notamment en permettant aux industriels de réaliser une veille technologique et économique afin d’appréhender et d’engager dans les meilleures conditions les évolutions de leur système de production dans une démarche d’usine du futur. Ils pourront également participer à des conférences / débats notamment autour de la sécurité alimentaire, du développement durable ou de l’écologie ».
 
Près de 250 entreprises représentées et 4 000 visiteurs sont attendus, notamment de l’Espagne ou encore du Maghreb pour lesquels une forte promotion a été déployée grâce à la mise en place de partenariats avec des institutions locales.
 
 

 

Loading...
Loading...