UP' Magazine L'innovation pour défi

monnaies locales

Les 13e rencontres des monnaies locales dans le Cher du 14 au 18 mai

Les 13èmes rencontres des Monnaies Locales Complémentaires auront lieu pendant le week-end de Pentecôte 2016, du 14 au 18 mai : elles sont plutôt destinées aux porteurs de projets de MLC, mais tout le monde y est bienvenu et elles sont organisées dans le même état d’esprit que les 12 rencontres précédentes : mutualiser les enthousiasmes et les interrogations, les solutions aussi. Elles auront lieu à Lignières en Berry (18), un village où une monnaie locale a déjà eu cours entre les deux guerres, et aura comme invité d'honneur Philippe Derudder.
 
Imaginez-vous que de simples citoyens puissent décider d'émettre et de gérer eux-mêmes une monnaie pour permettre les échanges et la valorisation de ce qu'ils souhaitent sur leur territoire ? Eh bien oui, c'est possible et c'est ce qui est en train de se développer tout autour de la planète par milliers de cas. Entendons-nous ! Elles ne visent pas à remplacer les monnaies nationales mais à les compléter pour redonner l'humanité et le sens que les monnaies conventionnelles ont perdus.
 
Nouvelle mode pour bobo branché ? Parade à la crise ? Monopoly éthique ? Détrompez-vous... Les monnaies complémentaires ont accompagné l'histoire de l'humanité et, si effectivement elles peuvent permettre de traverser la crise moins douloureusement, c'est l'élan d'une incroyable transformation de la pensée humaine et de la société qu'il faut y voir.
 
Le concept des monnaies locales est simple : créer une monnaie alternative et complémentaire à l’euro pour acheter des produits ou des services de proximité et ainsi favoriser le développement d’une économie réelle, locale et solidaire. 

Programme

Samedi 14 mai 2016
10 h00 à 11 h 30 : Pré-ouverture, temps de rencontre pour les nouveaux entrants
12 h00 : déjeuner sorti du sac
12 h 30 à 14 h00 : Accueil des représentants des Monnaies Locales Complémentaires par les organisateurs
14 h00 à 17 h00 : première plénière → sujet Collectif 1 → Roue des valeurs
17 h 30 à 20 h30 : Atelier n° 1 → Éléments fonctionnels + Atelier n°2 → Éléments spécifiques
ou ( de 17h30 à 20h30) → film Projection aux Bains Douches à Lignières du film « Sacrée Croissance ! » de Marie Monique Robin, suivie d’un débat avec Marie Monique Robin et Philippe Derudder
à partir 20h45 : Apéro + Dîner sur le principe de l » Auberge espagnole »
 
Dimanche 15 mai 2016
9h00 à 11h 45 : deuxième plénière : restitution des ateliers 1 + 2, présentation des « pépites »
12h00 à 13h 45 : Déjeuner
14h00 à 15 h 30 h : Atelier n°3 : Contexte réglementaire
17 h00 à 19 h : troisième plénière → sujet Collectif 2 → le réseau MLC
18 h 45 à 19 h 45 : Bilan des 13ièmes Rencontres, forum ouvert, idées pour les 14ièmes rencontres de l’Automne
20 h 30 : Dîner avec un spectacle berrichon
 
Lundi 16 mai 2016
9h00 à 12 h : Lancement de la Monnaie Locale Complémentaire et Citoyenne en Berry : « la lignière »
60ième anniversaire de la première MLC à Lignières en Berry
Présentation de toutes les MLC de France à la 30ème Foire aux Ânes et aux Mules
12h 30 à 14 h 30 : Déjeuner et réunion de tuilage pour les 14ème rencontres nationales
15 h00 : Fin des 13èmes rencontres

Bibliographie sélectionnée sur le sujet des monnaies locales

"Monnaies locales complémentaires : pourquoi, comment ?" de Philippe Derudder (2ème édition augmentée et mise à jour) - Editions Yves Michel.
Après Une Monnaie nationale complémentaire, Philippe Derudder signe ici un nouvel ouvrage, sur les monnaies locales. Cette nouvelle édition comporte des données actualisées (fin 2014). Après un éclairage sur les raisons profondes qui inspirent cet élan, Philippe Derudder nous raconte les histoires des expériences pionnières au siècle dernier, puis quelques unes de celles qui fleurissent ici ou là aujourd'hui et termine sur un guide pratique pour aider le lecteur dans la mise en place d’une monnaie locale complémentaire - MLC - guide qui a déjà facilité la démarche à plusieurs expériences en cours. 
 
« Argent, dettes et banques. Comment sortir de la crise ? » de André-Jacques Holbecq et le Cercle des économistes citoyens – Editions Yves Michel
Comment se crée la monnaie, pourquoi et quelles sont les conséquences ? Un petit livre à petit prix pour toutes les personnes intéressées par l’alter-économie.
 
« Au-delà du bio : la consom’action" de Jean-Pierre Rimsky-Korsakoff  - Editions Yves Michel
Et si le simple geste d’acheter tel ou tel aliment, dans tel ou tel magasin, était loin d’être anodin ? C’est ce que montre l’auteur, en mettant en lumière les nombreuses conséquences et enjeux qui se profilent derrière nos choix de consommation.
 
« Banques centrales : indépendance ou soumission ? » de Jean-Claude Werrebrouck - Editions Yves Michel
Un formidable enjeu de la société : En ces temps de crise économique, on parle beaucoup des banques centrales. Indépendantes ou non vis-à-vis des États, émettrices de monnaie, « prêteurs en dernier ressort », quel est vraiment leur rôle et en quoi leur fonctionnement est-il révélateur de celui de nos sociétés ?
 
 
Inscription et informations pratiques (Attention date limite d'inscription : 30 avril.
 
 

 

biologie

60èmes Journées internationales de biologie

La 60ème édition des Journées Internationales de Biologie associée au 45ème Colloque National des Biologistes des Hôpitaux se tiendra les 22, 23 et 24 juin 2016 à Paris, pour former l’événement majeur de la Biologie Médicale soutenu par les leaders de l’Industrie du Diagnostic in Vitro qui réunira les professionnels de santé interdisciplinaires et est aussi l'occasion de faire le point sur des problématiques très grand public au coeur de l'actualité, tels que les "super bactéries" résitantes aux antibiotiques de dernière génération, qui font de grands progrès grâce à la biologie.
 
Sous le Haut Patronage de la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, ce rendez-vous unique et fédérateur, alliant Exposition et Colloque, réunira les biologistes privés et hospitaliers français et internationaux mais également les professions associées (techniciens de laboratoires, ingénieurs biomédicaux, cadres de santé...).   
Ainsi, en 2016, les projecteurs sont particulièrement tournés vers les machines en fonctionnement, l’Innovation et la mise en relation biologistes et industriels tout en gardant le caractère convivial historique des Journées Internationales de la Biologie et de l’Association du Colloque National des Biologistes des Hôpitaux ; 97 sociétés ont à ce jour d’ores et déjà confirmé leur participation, dont 14 étrangères. 140 exposants sont attendus.  

Les temps forts de l'exposition 2016

Les temps forts de l’événement s’articulent autour de l’innovation que l’on retrouve sur des lieux spécifiques ou lors de récompenses attribuées à l’industrie.  
 
LA GALERIE DE L’INNOVATION  
Depuis 2012, la Galerie de l’Innovation rassemble au cœur de l’Exposition de jeunes entreprises innovantes,  des PME, start ups, biotechs dont la technologie ou le produit présentent des qualités essentielles à la détection et/au suivi d’une pathologie. Cet espace symbolise l’attention que porte l’événement à l’innovation, essentielle à l’amélioration de la détection, mais aussi de la prise en charge des patients.   
 
LES TROPHEES DE LA BIOLOGIE MEDICALE  
Lancés en 2012, les Trophées de la Biologie Médicale (Trophées des JIB) reviennent en force, en récompensant les produits ou solutions les plus innovants proposés par les exposants. Un jury de 8 experts de la biologie médicale (3 libéraux, 3 hospitaliers, une journaliste et la direction de l’événement), décernera  cinq Trophées dans les catégories suivantes : Innovation, Informatique de laboratoire, sauvegarde des données médicales, Services aux patients et e-santé, Biologie d’urgence et délocalisée, Prix du Jury. La date de la remise des prix est fixée le mercredi 22 juin à 17h30 sur l’Atelier de l’Exposition.
  
LES ESPACES DE  CONVIVIALITE ET DE  RENCONTRES   
Des espaces prévus pour des échanges professionnels et/ou conviviaux sont possibles sur deux lieux aménagés au cœur de l’Exposition: L’Atelier, qui  offre la possibilité aux exposants de mettre en valeur une technologie ou un service, mais également Le Café du Labo,  un espace détente qui offre la possibilité aux visiteurs de  déguster des spécialités régionales préparées par les associations de biologistes.
 
45° COLLOQUE NATIONAL DES BIOLOGISTES  QUELQUES EXTRAITS....  
Les contenus scientifiques et professionnels de l’événement sont proposés par le comité scientifique, constitué de biologistes de l’ACNBH et ses 3 Collèges (Biochimie, Hématologie et Bactériologie Virologie Hygiène des Hôpitaux) ainsi que de 3 biologistes du Syndicat des Biologistes (SDB).   
Au programme : une session plénière interdisciplinaire sur le cancer du sein organisée par le SDB, une session internationale commune au SDB/SNBH sur les modalités d’exercice et la législation de la biologie médicale dans les pays francophones, 15 ateliers scientifiques proposés par le SNBH et les 3 collèges nationaux), 3 programmes de Formation Médicale Professionnelle (un par spécialité) et bien sûr des abstracts ainsi qu’une zone dédiée aux posters qui feront l’objet d’une remise de prix, lors de l’événement ;  
 
De nombreux sujets sont ainsi à l’ordre du jour, dont voici quelques extraits :   
- LE ROLE DE LA BIOLOGIE MOLECULAIRE DANS LA PRISE EN CHARGE DU CANCER DU SEIN : Henri Pierre DOERMANN, Biologiste médical, membre du conseil scientifique et d’organisation du colloque Jean –Pierre LAMY, Biologiste médical de l’Institut Médical d’Analyse Génomique (IMAGINOME groupe LaboSud-Oc Biologie).
Si elle reste indispensable au diagnostic et à la bonne prise en charge du patient, la classification histologique des cancers du sein ne reflète pas la très grande diversité moléculaire des tumeurs mammaires.  
En ouvrant la voie à l'étude des altérations génomiques des cellules tumorales, l'avènement des analyses génomiques à haut débit et, plus globalement, l'essor de la biologie moléculaire ont permis de mieux comprendre la complexité des tumeurs et de mettre en évidence le lien entre marqueurs pronostiques et prédictifs de la réponse aux traitements et sous-types de cancers. De là est née la classification moléculaire des cancers du sein et, parallèlement, le développement des thérapies ciblées et des tests compagnons.  
La classification moléculaire des cancers du sein repose donc sur la présence ou l'absence de marqueurs génétiques. Il s'agit de fragments spécifiques d’ADN qui correspondent à des variations génétiques (ou mutations) associées au risque de développer la maladie. Ces marqueurs tumoraux donnent des informations sur la tumeur, sa virulence, son risque de récidive…  L'identification des patientes présentant ces marqueurs génétiques se fait au moyen de "tests compagnons", appelés ainsi car ils vont de pair avec les marqueurs moléculaires qu'ils permettent de détecter. C'est grâce à ces tests biologiques que les médecins sélectionnent les patientes susceptibles de bénéficier de telle ou telle thérapie ciblée.  
 
- CARBAPENEMASES : LA BIOLOGIE MOLECULAIRE AU CŒUR DU PROCESSUS DE DEPISTAGE : Christian CATTOEN, Président du Collège de microbiologie, Chef du service de microbiologie du Centre Hospitalier de Valenciennes.
La montée en puissance des bactéries résistantes aux antibiotiques de dernière génération constitue un problème de santé publique  à l’échelle planétaire. La mutation des germes rend en effet les traitements inefficaces : plus on utilise des molécules puissantes, dites « à large spectre », plus le risque augmente de voir apparaitre des bactéries qui leur résistent».  Même les antibiotiques de dernière génération,  les carbapénèmes, ne viennent plus à  bout de ces super bactéries, également appelées EPC « entérobactéries productrices de carbapénémases ». L’enjeu est désormais de les dépister suffisamment tôt pour les combattre ; un rôle majeur qui revient à la biologie moléculaire.  
 
- PREECLAMPSIE : DEUX MARQUEURS BIOLOGIQUES AMELIORENT SA PRISE EN CHARGE : Pr Jean GUIBOURDENCHE, Collège de biochimie PU-PH en biologie hormonale (Groupe hospitalier Cochin-Hôtel Dieu AP-HP).
La pré-éclampsie est une maladie de la grossesse qui se manifeste à partir du second trimestre par une élévation de la pression artérielle et une protéinurie, menaçant à la fois la santé maternelle et celle du fœtus. En France, environ 5 % des femmes enceintes sont concernées par cette pathologie qui reste une cause majeure de mortalité maternelle et de grande prématurité,  souvent  associée à un retard de croissance intrautérin. Son diagnostic  est  à l’heure actuelle facilité par deux marqueurs sériques maternels: le facteur de croissance placentaire (PlGF) et  son récepteur soluble (sFlt-1), produits par le placenta et impliqués dans la formation et le développement des vaisseaux sanguins. Ils bénéficient en effet des progrès techniques opérés en biologie, permettant un dosage rapide et facilement accessible sur automates d’immuno-analyse.     
 
- ACTUALITES EN IMMUNO-HEMATOLOGIE CHEZ LA FEMME ENCEINTE : Dr Agnès MAILLOUX, Collège d’hématologie Pôle de Biologie Médicale et  Pathologie, Site Saint -Antoine-GH HUEP-AP-HP- Centre National de Référence en Hémobiologie Périnatale.
Les humains ont à la surface de leurs globules rouges  une mosaïque d’antigènes qui varie selon les individus : C’est ce qui détermine  le groupe sanguin ABO Rhésus  et  le phénotype Rhesus Kell inscrits sur les  cartes de groupe sanguin et délivrés par les laboratoires de Biologie Médicale ou les Etablissements de transfusion. Pendant la grossesse, quelques hématies fœtales peuvent traverser le placenta et entraîner chez les femmes la fabrication d’anticorps contre des Antigènes qu’elles n’ont pas et qui sont présents chez le fœtus. C’est ce qu’on appelle l’immunisation foeto – maternelle.  
Afin d’éviter l’apparition de complications néonatales comme des ictères graves du nouveau-né ou des anémies, il est indispensable de respecter un calendrier  strict de surveillance biologique chez les femmes enceintes. 
 
L’ACTUALITE PROFESSIONNELLE DES BIOLOGISTES MEDICAUX  
 
DERNIERE LIGNE DROITE DANS  L’ACCREDITATION DES LABORATOIRES DE BIOLOGIE MEDICALE : LE POINT SUR UNE ECHEANCE SENSIBLE : François BLANCHECOTTE, Président du Syndicat des Biologistes.
Selon les termes de la loi de réforme de la biologie médicale, l’accréditation des laboratoires arrive à  échéance au 1° Novembre 2016. A cette date, tous les laboratoires devront avoir accrédité 50 % du volume total de leurs actes. Or, à ce jour, entre 300 et 400 d’entre eux – soit un tiers du parc seulement - répondent aux exigences règlementaires, mettant les autres laboratoires « hors-la-loi », au sens le plus strict du terme. C’est la raison pour laquelle le syndicat des biologistes (SDB) souhaite repousser la date prévue par le calendrier. Le point sur la situation.
 
Lieu : Parc des expositions Porte de Versailles, Hall 4 - Paris
 
 
 
 

 

Foire de Paris

Foire de Paris: venez rencontrer ceux qui pensent le futur

Depuis 112 ans, l’ADN de Foire de Paris est de faire découvrir les grandes innovations et les petites curiosités du monde qui rendent le quotidien plus beau, l’utile plus agréable, et la vie des citadins plus savoureuse. En 2016, Foire de Paris, se réinvente pour partager avec 250 exposants sur 20 000m², plus que jamais, un esprit qui lui est propre : celui de l’innovation permanente et accessible.
 
Mais l’esprit de l’innovation n’est pas seulement dans la technologie, il est aussi dans l’histoire et l’origine d’un produit, amusant, esthétique ou fonctionnel, et souvent dans son intelligence.
Pour cette nouvelle édition, du 29 avril au 8 mai 2016, La Foire de Paris a demandé à l’ObSoCo (L’Observatoire Société et Consommation) d’apporter son analyse sur ce que représente l’innovation dans un univers « phare » du salon, celui de la Gastronomie… avec un regard prospectif.
 
L’histoire du vin et de la gastronomie est bien l’histoire d’une tension entre tradition et modernité. Les différents modes de cuisson depuis l'invention du feu, les différents modes de conservation du sous vide à la congélation en passant par l'appertisation, la pasteurisation, les réfrigérateurs, mais aussi l'industrialisation de l'agriculture... tout n'est que changement, évolution et mutation.
 
La crainte majeure à propos de l’innovation dans la gastronomie et vin est celle de la perte d’identité alimentaire. D’où la nécessité de garder la puissance d’un imaginaire fort, pour renouveler, refaçonner, réinscrire dans une origine et donner du sens.
 
Toutes ces innovations et ces mutations se retrouvent aussi dans nos modes de consommation. On découvre des réponses à de nouvelles façons de vivre : le développement de la Street food et du snacks, mais aussi la révolution des imprimantes 3D alimentaires (le sur-mesure de l'alimentation n'est plus de la science-fiction) sans oublier la Lutte anti gaspi avec la vulgarisation des doggy bag ou Gourmet bag (effet Cop21 - Sur chaque repas qu'une personne prend au restaurant, entre 210 et 230 grammes de nourriture sont perdus - 95% des personnes interrogées sont prêtes à utiliser le sac à emporter  d'après une enquête de la DRAAF -direction de l’Alimentation).
 
En 2016 la Foire de Paris se veut donc à la pointe des innovations et des nouvelles tendances dans nos assiettes et devient un véritable festival culinaire, le rendez-vous incontournable des gourmands, des foodies et  des bons vivants.
 
Les produits du terroir et plats traditionnels y côtoieront les dernières nouveautés pour vous proposer un tour du monde du goût.
 
Les Food Trucks, une tendance qui s'affirme et ne cesse de prendre de l'ampleur, seront aussi à Foire de Paris pour offrir des plaisirs gourmands simples et sophistiqués. Ils sont réunis devant les pavillons 2.2 et 3 où chacun pourra, selon son humeur et sa curiosité gustative, choisir son instant gourmet.
 
Le Pôle Gastronomie intègre aussi, pour la première fois, l’univers Richesses du Monde, LE rendez-vous des spécialités culinaires et des savoir-faire artisanaux le plus riche et le plus foisonnant d’Europe, avec des talents et des offres provenant de plus de 50 régions, de l’Europe à l’Asie en passant par l’Amérique, l’Afrique et le reste du monde.
 
Anne Inquimbert pour Ideemiam
 
 

 

physiciens

Tournoi des physiciens en herbe

À l'occasion du 8ème tournoi international des physiciens à l'ESPCI Paris, l’Espace des Sciences Pierre Gilles de Gennes (ESPGG) lance le premier tournoi des physiciens en herbe : les défis, rendus accessibles aux non-physiciens, seront relevés par... vous ! Quelle forme ont les spirales dessinées par un ballon de baudruche qui se dégonfle ? Jusqu’à quelle distance un canon à vortex est-il efficace ? Venez faire vos expériences pour tenter de répondre à ces questions avec d’apprentis physiciens les mercredi 20 et samedi 23 avril, de 14h à 16h30.
 
Du 17 au 23 avril, l’ESPCI Paris (Ecole supérieure de physique et de chimie industrielles) et PSL accueillent le 8e tournoi international des physiciens, un grand défi où des étudiants en physique du monde entier s’affrontent. Les armes du combat ? La capacité à résoudre des problèmes en apparence simples, mais demandant génie, créativité, intelligence et compétences pointues...
Le mercredi 20 et le samedi 23 avril, l’ESPGG accompagne ce grand événement et lance la version “junior” du tournoi : les défis, rendus accessibles aux non-physiciens, seront relevés par... vous : enfants, jeunes, adultes, familles !

Le tournoi international des physiciens, qu’est-ce que c’est ?

Le tournoi international des physiciens (« International Physicists’ Tournament ») rassemble depuis maintenant huit ans des étudiants issus de pays du monde entier pour travailler en équipe sur des problèmes (il y en a 17 par an) expérimentaux originaux et ouverts de physique.
Au terme d’environ neuf mois de travail dans leurs universités respectives, encadrés par deux chercheurs ou professeurs, toutes les équipes se rassemblent et se présentent leurs travaux. Mais c’est là que cela devient intéressant : après qu’un pays ait présenté sa « solution » à un problème en dix minutes précises, un second pays va alors critiquer (de façon constructive) son travail durant cinq minutes puis un troisième pays va finalement animer et modérer un débat entre les deux équipes pour essayer d’aller plus loin.
Tout cela dure une heure, et les trois équipes sont notées par un jury constitué de chercheurs confirmés. Ensuite les équipes échangent les rôles, et on recommence ! Et au bout d’une semaine de rencontres, le gagnant est sacré !
 
Le tournoi est une façon innovante pour les jeunes d’apprendre la physique et d’entrer dans le monde de la recherche. Il est à ce titre parrainé par l’Académie des Sciences, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, et a remporté plusieurs appels d’offre pour des formations innovantes.
Le tournoi se déroule cette année exceptionnellement en France... et à l’ESPCI qui plus est.
 
 
 
 

 

biomim'expo

Le biomimétisme s'expose pour la première fois

Biomim’expo aura lieu les 1 et 2 juillet prochains. Pour la première fois, le projet est lancé de réunir sur le site du Ceebios à Senlis tous les acteurs qui s’intéressent, ou travaillent déjà, aux approches bio-inspirées. Cette initiative répond au besoin/à l’envie de réunir sur le site du Ceebios à Senlis tous les acteurs qui s’intéressent, ou travaillent déjà, aux approches bio-inspirées. Pour un grand rendez-vous participatif et collectif autour du biomimétisme, dans une ambiance hybride entre université d’été, salon, conférence et showroom. Deux jours pour partager, démontrer et échanger sur les tendances et développements en matière d’innovations et d’approches bio-inspirées.
 
Le biomimétisme est en plein développement : les applications industrielles se multiplient, les médias s’en emparent, des startups émergent, les programmes de recherche s’intensifient, les appels à projets se lancent, et certaines tendances conjoncturelles jouent les accélérateurs, car le
biomimétisme apporte un éclairage résolument nouveau, réconciliant, innovant et enthousiasmant. En partenariat avec le Ceebios et la Ville de Senlis, avec le soutien du Ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie et de grands groupes industriels, l’agence de conseil NewCorp, spécialiste des enjeux de développement durable, d’analyse de tendances et de communication institutionnelle, engagée auprès du Ceebios, au contact des parties prenantes, et déjà organisatrice d’événements sur le sujet, a donc décidé de relever le défi de créer et d’organiser ce premier rendez-vous dédié à cette filière d’avenir.
 
Biomim’expo®, en cohérence avec son sujet, innovera aussi par son format, en proposant un composite hybride entre université d’été, colloque, salon professionnel, showroom et liveLab éphémère. L’innovation viendra de la pluridisciplinarité, des rencontres et de la capacité à sortir des silos. Biomim’expo® se veut donc être un point de rencontre, de brassage, entre scientifiques, chercheurs, ingénieurs, politiques, entrepreneurs, financiers, étudiants … ; entre biologistes, physiciens, chimistes, urbanistes, architectes, écologues, philosophes, sociologues, … ; entre grands groupes, startups, organismes publics, écoles, universités, centres de recherche …
• Parce que l’écosystème du biomimétisme est riche, divers, mais un peu éparpillé, et pourtant en quête de rencontres, d’échanges et de partenariats.
• Parce que cette approche mérite son rendez-vous annuel, pour elle-même, mais aussi pour l’institutionnaliser et accélérer son essor.
• Parce que l’innovation, pour être bio-inspirée, doit aussi être inspirée des autres, et par les autres.
• Parce que le collaboratif et la pluridisciplinarité nécessitent aussi, parfois, une unité de lieu et de temps.
• Parce qu’on est jamais à l’abri d’une bonne surprise, d’une bonne rencontre, et que, parfois, il faut provoquer cette chance.
• Parce que le temps est venu, tout simplement.
 
Ce sera une grande première, qui aura vocation à devenir un nouveau rendez-vous et à monter en puissance d’année en année, parallèlement au développement des approches bio-inspirées.
 
Pour mener à bien cette initiative, le projet a besoin de participants, d'intervenants et de partenaires. Vous pouvez vous associer et aider à la réalisation d’un événement qui se veut collégial et collaboratif, et ambitionne de devenir référent. Faites partie des pionniers !
Vous pouvez soutenir financièrement cet événement pour vous y associer en tant que partenaires visibles et mécènes ; vous pouvez venir présenter vos activités et projets ; vous pouvez intervenir lors d’une plénière ou d’un atelier ; vous pouvez tout simplement exprimer votre soutien et votre
intérêt … 
Ce mode d’organisation, en bonne intelligence collective, permet de « construire » un événement à la carte, selon les besoins des uns et des autres et faire en sorte que chaque partenaire se sente propriétaire et promoteur de ce nouveau rendez-vous, qui s’inscrit dans le temps et évoluera.
Les "exposants" quant à eux sont invités à se délocaliser pour 48h, avec objets, matières, prototypes, maquettes, écrans, brochures … pour montrer le maximum de réalisations, projets et idées nouvelles, … pour faciliter et aider à la mise en lumière de ceux qui font, et voir ce qu’ils font.
 
Pour tous renseignements : www.biomimexpo.com
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Corine Pelluchon

Conférence Questions de vie: Plaisir de vivre : un programme politique ?

Comment prendre au sérieux nos manières de cultiver, manger, goûter ? Peuvent-elles forger une nouvelle vision de l’homme et régénérer l’écologie politique ? Ce sera le thème de la dernière séance du cycle Questions de vie de la Mairie du 2ème arrondissement de Paris le 5 avril 2016, avec Corinne Pelluchon, professeure de philosophie à l'université de Franche-Comté (Besançon), auteur de "Les nourritures, philosophie du corps politique" (Ed. Seuil). Pour une nouvelle philosophie de l'existence ?
 
L’écologie, la sensibilité, la fragilité peuvent-elles nous inspirer un nouveau contrat social ? Corine Pelluchon propose de faire attention aux nourritures qui nous forgent : un bol de soupe, une musique, une promenade, une rencontre… donnent à goûter la vie, à l’évaluer, et à « habiter le monde » dans des choix qui sont le cœur même de l’éthique. 
Ici la proposition se fait subversive. Nos vulnérabilités, nos interdépendances, nos conditions de vies ne sont-elles pas justement le fondement de toute politique ? Et si elles étaient les ressorts qui font passer du bien propre au souci du monde, des générations futures et des autres vivants ? 
 
Pourquoi la prise en considération des enjeux environnementaux n’a-t-elle pas transformé la démocratie ? Pourquoi continuons-nous d’adopter des styles de vie qui ont un impact destructeur à la fois sur le plan écologique et social ? L’échec relatif des éthiques environnementales vient notamment de ce qu’elles n’ont pas su articuler l’écologie à une philosophie de l’existence, ni indiquer le chemin d’une possible rénovation de la démocratie. C’est à cette double tâche que s’attelle Corine Pelluchon dans son dernier ouvrage "Les nourritures" : sa phénoménologie du « vivre de » prend au sérieux la corporéité du sujet et la matérialité de l’existence. En envisageant tout ce dont nous vivons, non comme de simples ressources, mais comme des nourritures, l’auteur pense l’habitation de la terre comme une cohabitation avec les autres hommes et les autres espèces. L’alimentation est le paradigme de cette phénoménologie du sentir qui part du plaisir attaché originairement au fait de vivre pour montrer que, dans nos gestes quotidiens, nous sommes déjà en rapport avec tous les vivants. La justice désigne alors le partage des nourritures.
La force de ce livre consiste à tirer les conséquences politiques d’une telle philosophie, en proposant un nouveau contrat social inscrivant la question animale et l’écologie au cœur de la République et permettant à la démocratie de se réinventer.
 
Corine Pelluchon est professeur à l’université de Franche-Comté. Spécialiste de philosophie politique et d’éthique appliquée, elle a notamment publié Leo Strauss, une autre raison, d’autres Lumières (Vrin, 2005, Prix François Furet 2006), L’Autonomie brisée (PUF, 2009) et Éléments pour une éthique de la vulnérabilité (Cerf, 2011, Grand Prix Moron de l’Académie française 2012).
Son dernier ouvrage "Les nourritures" paru en janvier 2015 a reçu le prix Edouard Bonnefous de l'Académie des sciences morales et politiques. Prix destiné à récompenser, peut-on lire sur le site de l'Académie, "une oeuvre qui aura contribué à alléger le poids de l'Etat sur les citoyens et, alternativement, une oeuvre consacrée à la défense de l'homme et de son environnement". 
Son travail actuel consiste à revisiter les grands textes classiques de la philosophie qui posent la question de la vie bonne et permettent, en s’interrogeant sur les motivations des agents, sur les affects, les émotions et les dispositions morales, de penser le passage de la théorie à la pratique, de la pensée à l’action. Il passe par un dialogue avec les auteurs s’inscrivant dans l’approche de la morale relative à l’éthique des vertus. Il s’agit d’apprécier la pertinence et la fécondité de cette approche pour penser le respect envers la nature et les animaux et soutenir l’exercice effectif de la démocratie.
 
Lieu : Mairie du 2ème arrondissement, 8 rue de la Banque - 75002 - Paris (de 19h à 21h)
 
 
 

 

Loading...
Loading...