UP' Magazine L'innovation pour défi

transition écologique

Comment mettre en oeuvre la transition écologique ? Les candidats répondent

C’est une première conférence publique organisée par le Collège d’études mondiales et l’Institut Veblen, en partenariat avec les Éditions Les petits matins, l’université Paris-Dauphine, et la FEP, qui va permettre d’interroger les candidats aux présidentielles et aux primaires de la gauche sur le thème de la transition écologique.
 
Le prochain mandat sera sans nul doute le dernier à même d’enrayer l’accélération du dérèglement climatique. Le prochain président aura donc une responsabilité historique.
C’est pourquoi à l’occasion de la parution de : « L’Âge de la transition : en route vers la reconversion écologique » (Les petits matins/Institut Veblen), le Collège d’études mondiales et l’Institut Veblen, en partenariat avec les Éditions Les petits matins, l’université Paris Dauphine et la Fondation de l’écologie politique ont choisi d’interpeller les candidats aux présidentielles et aux primaires de la gauche.
 
La transition écologique est une formule récente. En France, elle émerge dans le débat public à la suite du Grenelle de l’environnement (loi de transition environnementale de juillet 2010), prend son essor pendant la campagne électorale de 2012 et s’officialise lors de la Conférence environnementale de septembre 2012, qui aboutit à une « feuille de route pour la transition écologique ».
La transition écologique traduit l’idée d’une démarche concrète à entamer « ici et maintenant », par des femmes et des hommes inscrits dans leurs territoires de vie2, pour mieux répondre aux enjeux environnementaux locaux et globaux. Cheminement progressif d’un modèle vers un autre, la transition écologique comprend une volonté de mise en pratique immédiate, face à un sentiment d’urgence écologique, et vise un changement profond par rapport au mode de développement actuel. Elle s’appuie sur une évolution des modes de vie pour les rendre plus compatibles avec les limites de la planète, pour réduire la précarité et pour aller vers une nouvelle prospérité. Elle a pour synonyme la métamorphose.
La transition énergétique suppose de réduire les consommations d’énergie et de remplacer les sources d’énergies actuelles par des énergies renouvelables. D’où la nécessité d’agir par une politique volontariste et des mesures concrètes.
 
La notion de « transition écologique », en exprimant la nécessité d’adapter nos modes de vie au respect des limites de la biosphère, a progressivement supplanté celle de « développement durable », jugée trop vague et consensuelle par ses détracteurs. Mais des questions subsistent, et non des moindres : vers quoi nos sociétés peuvent-elles « transiter » et quels sont les chemins de cette transition ?
Sous la direction de Dominique Bourg, Alain Kaufmann et Dominique Méda, les plus grands spécialistes de la transition écologique – économiste, physicien, philosophe, sociologue, ingénieur ou biologiste – ont apporté des réponses concrètes à ces questions urgentes lors du colloque de Cerisy « Quelles transitions écologiques ? », qui s’est tenu du 30 juin au 15 juillet 2015.
Après avoir analysé les obstacles à la transition, les auteurs du livre en tracent les voies. Des positions philosophiques et juridiques à embrasser aux technologies à privilégier en passant par la refonte de notre modèle social, les monnaies complémentaires ou le financement des investissements à mettre en œuvre, tous les aspects sont envisagés pour imaginer la transition écologique.
 
Qu’en pensent nos politiques ? Sous la houlette d’Aurore Lalucq, les politiques invités réagiront à l’interpellation du philosophe Dominique BOURG et de Dominique MÉDA et expliciteront les mesures qui leur semblent indispensables pour faire face à l’urgence environnementale. Que proposent-ils pour engager nos sociétés dans la reconversion écologique ?
Nous en débattrons le 15 décembre de 17h à 19h au Pavillon de l’Arsenal, Paris.
 
Avec :
Martine Billard (pour La France insoumise), Benoit HAMON, Yannick JADOT, député écologiste européen, Emmanuel MACRON (sous-réserve), Arnaud MONTEBOURG et un représentant des Républicains.
 
Ce débat sera suivi d’une séance de dédicace avec les coordinateurs et certains des auteurs de l’ouvrage.
Déroulé
Modération : Aurore Lalucq (Institut Veblen) et Dominique Méda (CEM et Dauphine)
- Mot d'accueil d'Alexandre Labasse (Pavillon de l’Arsenal) et de Michel Wieviorka (président FMSH)
- Interpellation des candidats par Dominique Méda et Dominique Bourg
- Prise de parole et échanges entre les candidats
- Séance de questions/réponses avec la salle et la presse
 
Inscription obligatoire à college.info[at]msh-paris.fr ou sur www.fmsh.fr
 
Lieu : Grande halle du Pavillon de l'Arsenal, 21 boulevard Morland, Paris 4e
 
 

 

alimentation

A table en 2030 ! Festival de l'alimentation

Première édition de ce rendez-vous consacré à l’alimentation, À table en 2030 se penche sur les défis de la demande alimentaire et de la gastronomie à l'horizon 2030 ces 3 et 4 décembre. Quelle sera la composition des assiettes des pays occidentaux ? Quelles sont les tendances émergentes de consommation ?
Avec quoi nourrir 8,5 milliards de personnes en 2030 ? Une question qui touche tous les domaines, de la technologie à l’éthique, du développement durable au plaisir et au partage, et à laquelle ces deux jours de festival apporteront de premières pistes de réflexion.
Conférence, démonstrations culinaires, ateliers, présentation et dégustation de produits, rencontres et projections de films sont au programme : venez découvrir et goûter ce que contiendront nos assiettes dans les années à venir !
 
Concevoir une bille à déguster dans l’espace, découvrir le repas de Noël 2030, cuisiner les algues à toutes les sauces... et bien d’autres savoureuses expériences vous attendent !
Deux jours de festival pendant lesquels l’alimentation “ passe à table ” et vous révèle ses secrets les plus croustillants... Aux côtés de grands chefs cuisiniers, de spécialistes et de scientifiques, venez humer l’air du temps et explorer les enjeux technologiques, éthiques et responsables de l’alimentation du futur.
Au menu : une conférence, des animations, des démonstrations et des rencontres pour découvrir, en s’amusant, les pouvoirs cachés des petits pois, les techniques pour atteindre le 0 déchet, les applications connectées pour mieux s’alimenter, les tendances culinaires de demain.
 
Comme à travers des ateliers, où vous embarquez dans la cuisine du futur vers le zéro déchet (cuisine durable), le zéro Kelvin (grand froid en cuisine) et le zéro gravité (cuisine dans l’espace), pour 100% produits, 100% émotions et 100% innovations ! Observation des structures alimentaires au microscope, distillation, cryoconcentration, cryodistillation, encapsulation... Quand des scientifiques vous emmènent dans leur expérience et vous guident dans la réalisation d’une confiture 100% à l’orange, d’un café vraiment frappé, d’une bille pour se nourrir dans l’espace, …
 
Mais vous pourrez aussi participer à une expérience de réalité virtuelle en totale immersion : un repas de gastronomie moléculaire, où mets et boissons sont perçus par tous les sens. Vous en goûterez les saveurs, les parfums, les textures, et même les sons.
 
Quant à la conférence (en accès libre), elle portera sur la "Malbouffe : quels remèdes ?"  Ce que nous mangeons et buvons peut provoquer notre mort prématurée. En France en 2012, 24,6 millions de personnes étaient en surpoids, elles devraient être 30 millions en 2030. Un tiers des Français présentent un risque élevé de développer un diabète. La population prend peu à peu conscience que l’alimentation a un impact sur la santé, mais les plus pauvres restent largement exposés à ces risques. Information des consommateurs, coût des aliments, mise en place de logos nutritionnels... Comment résoudre ces problèmes massifs de santé ?
 
Egalement au programme : Des chefs ou designers culinaires sont invités à préparer les repas de Noël de 2030. Des démonstrations culinaires en temps réel pour illustrer les points de vue que la gastronomie porte sur notre alimentation du futur.
 
 
Lieu : Cité des sciences et de l'industrie - 30, avenue Corentin-Cariou  - 75019 Paris
 

 

nuit des idées

La nuit des idées pour "Un monde commun"

Pour sa deuxième édition la Nuit des idées prend de l’ampleur avec des manifestations proposées dans 35 pays lors d’une date unique partout dans le monde : le 26 janvier 2017. Cette 2ème Nuit des idées prendra la forme d’une grande fête résolument internationale, festive, accessible autour du thème : Un Monde Commun.
 
Grand rendez-vous dédié à la pensée contemporaine et au partage international des idées, la première Nuit des idées, organisée et coordonnée par l’Institut français en janvier 2016 a rencontré un véritable succès avec plus de 4000 personnes réunis au Quai d’Orsay pour échanger avec de grandes voix françaises et étrangères sur le monde de demain.
 
Depuis quelques années, de nombreux événements proposent au public de venir, à la nuit tombante, rencontrer chercheurs, artistes et créateurs pour découvrir leurs travaux et partager leurs réflexions, dans l’effervescence de véritables fêtes de la pensée. Débats d’un nouveau genre, les Nuits de la philosophie, Nuits des philosophes, Nuits des idées… ont conquis des milliers de spectateurs dans le monde, séduits par ce format d’échanges ouvert et généreux.
Après avoir accompagné ces initiatives de Londres à Tokyo, de Buenos Aires à Rabat, l’Institut français propose le 26 janvier prochain de faire un pas de plus :
- Rassembler toutes ces Nuits des idées le même jour, ou plutôt la même nuit, dans le monde entier
- Associer, pour promouvoir ensemble la libre circulation des idées, de grands lieux de savoir et de culture en France comme à l’international
- Rendre cet événement participatif, invitant tous ceux qui le souhaitent de proposer à ce même soir leur propre Nuit des idées
De Dakar à Los Angeles, de Taipei à Tel Aviv, en passant par Bruxelles, Buenos Aires et Katmandou, Marseille et Paris, philosophes, chercheurs, artistes et écrivains échangeront avec le public lors de cette nuit où les enjeux de notre temps seront placés sous les feux croisés de la réflexion philosophique, des savoirs scientifiques, des pratiques artistiques et des expériences littéraires.
 
Parrainée par de nombreuses personnalités prestigieuses telles Robert Badinter, Hélène Carrère d’Encausse, Michaël Foessel, Maylis de Kérangal, Patrick Boucheron ou Achille Mbembe, elle associera, aux côtés des initiatives du réseau culturel français à l’étranger, plusieurs dizaines de grands lieux de culture et de savoirs à Paris, en régions et dans le monde.
 
Le Centre Pompidou, l’Ecole normale supérieure, la Villa Méditerranée, les antennes Science-Po en région, l’agence BETC, Le Lieu Unique à Nantes, La machine du Moulin Rouge et le CENT-QUATRE à Paris participeront notamment à l’événement. 

Une fête de la pensée interdisciplinaire

La Nuit des idées promeut l’échange intellectuel et le partage des savoirs entre les pays, les sociétés et les cultures. Placée cette année sous le thème « Un monde commun », elle privilégie la rencontre entre intervenants français et internationaux.
 
L’éclairage interdisciplinaire : la Nuit des idées convie philosophes, mais aussi chercheurs en sciences humaines et sciences dures, artistes, écrivains à confronter leurs points de vue. La diversité des disciplines comme des générations est au cœur de cette programmation.
Une nuit accessible et festive : le choix de l’horaire nocturne est une invitation à laisser de côté le format du colloque académique, pour promouvoir d’autres types d’invitations à la découverte : brèves conférences entre lesquelles le public est convié à choisir, alternances de dialogues et d’interventions artistiques, lectures, démarches originales visant à associer le public aux échanges...
De nombreux débats seront retransmis en direct depuis de nombreux lieux, sur le site web de l’événement. Un format plébiscité lors de l’édition 2016 avec plus de 10 000 connexions individuelles lors de la diffusion des débats en direct.
 
Parmi les événements déjà confirmés, « La nuit de la piraterie » au Centre Pompidou à Paris, qui accueillera dans le cadre du festival Hors-Pistes, spécialistes de relations internationales, hackers et représentants politiques pour s’exprimer et débattre autour du « pirate » personnage aussi mythique que contemporain.
 
En Argentine, c’est sur la plage que le public pourra participer à la Nuit des idées avec « Ex-playarse - s'étendre sur la plage » qui se tiendra à l’hôtel Ostende à 400 km de Buenos Aires. Intellectuels, artistes, universitaires, écrivains, conteurs, poètes et musiciens y penseront, chanteront, réciteront et créeront dans un cadre exceptionnel.
 
Alain Mabanckou, Dany Lafférière et Alice Diop sont quant à eux les prestigieux invités de la Nuit des idées de Prague en République Tchèque, sur le thème « Ecrire pour les sans-voix », une réflexion au cœur de leurs travaux respectifs.
 
32 autres villes ont déjà accepté l’invitation de l’Institut français à participer à cette nuit exceptionnelle : Alger (Algerie) Andorre Astana (Kazakstan) Berlin (Allemagne) Berne (Suisse) Beyrouth (Liban) Bilbao (Espagne) Borotalpada (Inde) Bruxelles (Belgique) Carthagena (Espagne) Dakar (Sénégal) Doha (Qatar) Helsinki (Finlande) Katmandou (Népal) Lomé (Togo) Londres (Angleterre) Los Angeles (Etats-Unis) Madrid (Espagne) Marrakech (Maroc) Maurice (Ile Maurice) Mexico (Mexique) New-York (Etats-Unis) Ostende (Argentine) Ouagadougou (Burkina Faso) Prague (République Tchèque) Quito (Equateur) Singapour (Singapour) Téhéran (Iran) Tel-Aviv (Israël) Tunis (Tunisie) Tokyo (Japon) Varsovie (Pologne).

Une nuit des idées ouverte et participative

Cette année la Nuit des idées s’ouvre encore plus au grand public avec notamment un appel à projets via le site web de l’événement. Réalisé en partenariat avec l’agence BETC, il donnera à voir l’ensemble du programme de la Nuit des idées via une carte interactive en ligne.
Du 1er décembre 2016 au 15 janvier 2017, tous les lieux de savoir et de culture : librairies, écoles, centre d’art, associations, en France comme à l’étranger, pourront soumettre leurs propres projets de Nuit des idées. Après examen des propositions par le comité de sélection réuni par l’Institut français, les projets retenues seront labellisées « Nuit des idées » et apparaitront sur un planisphère regroupant l’ensemble des initiatives, accessible sur le site web de l’événement.
Cette programmation collaborative conservera la nature de l’événement : une invitation au partage international des idées. Les critères de sélection sont la pertinence du projet et son rapport au thème de la Nuit des idées 2017 "Un monde commun » mais aussi la qualité des intervenants, la dimension interculturelle des échanges et la localisation du débat.
 
Ouverture de l’appel à projet le 1er décembre 2016
 
 
 

 

salon du livre et l'alerte

Passer de l’alerte à la lettre c’est au salon « DES LIVRES ET L’ALERTE »

Tout le salon tient dans cette phonologie. Il s’agit bien d’une rencontre autour « Des Livres et l’Alerte » pour encourager à l’écriture et la promouvoir, réfléchir sur le lancement d’alerte et le rôle de ceux qui la déclenchent. Il s’agit tout autant de transmettre et donc de « Délivrer l’Alerte ». La formule prend tout son sens avec les risques encourus par ceux qui lancent l’alerte en déclarant haut et fort « Délivrez l’Alerte ! ».
 
A l’heure où tous les médias parlent de la protection des lanceurs d’alertes, des procès dits LuxLeaks ou Tefal, ou de l’absence de procès Servier/mediator, de l’indiscutable alerte environnementale et climatique, le salon « Des Livres et l’Alerte », les 26 et 27 novembre 2016, en présence de lanceuses et lanceurs d’alerte, de citoyens vigilants, de journalistes et de personnalités, sera l’occasion de présenter ce qui s’écrit et se publie, de permettre la rencontre d’auteurs rigoureux avec le monde de l’édition, de réfléchir à ce qui entoure le lancement de l’alerte. Cette deuxième édition est eco-organisé par la librairie d'Argenteuil Le Presse-Papier et la Maison des métallos, Paris.
 
Qu’il s’agisse d’Alerte environnementale ou sanitaire, politique ou financière, les intérêts s’affrontent. Le monde des affaires souhaite protéger le secret, le monde politique y aspire tout en tenant un discours sur la transparence. Le débat législatif hésite avec des dispositions sur la protection de certains lanceurs d’alerte et des dispositions protégeant le secret des affaires ou autorisant les écoutes massives.
 
De là où ils se trouvent, les lanceurs d’alerte et les citoyens vigilants révèlent. Les révélations de Chelsea Manning ou Edward Snowden ont été médiatisées. En France, les affaires Cahuzac, UBS, LuxLeaks, Médiator… ont mis en lumière des femmes et des hommes qui rendent publiques des analyses et des affaires qui remettent en cause des pouvoirs établis et des pratiques douteuses.
 
Aux États-Unis, après avoir bénéficié de la protection constitutionnelle, les lanceurs d’alertes, comme les journalistes, sont désormais soumis à des répressions extraordinaires allant des poursuites judiciaires aux persécutions et à la torture, dans une période de lutte contre le terrorisme, les pouvoirs s’accommodent de dérives en résonance avec les anticipations de George ORWELL. En Europe les poursuites judiciaires se multiplient par le biais de procédures dites « Bâillons ».
 
En France aussi, lanceuses et lanceurs d’alertes connu-e-s ou inconnu-e-s se trouvent dans des situations économiques et sociales désastreuses suite à leurs licenciements et aux poursuites dont ils sont victimes.
 
Malgré les déclarations, les atteintes à l’environnement et à la santé, la gravité des atteintes aux libertés individuelles, la révélation des pratiques douteuses d’un certain monde politique et des affaires n’ont pourtant pas donné lieu à des réformes ou des protections efficaces pour ceux qui nous ont alertés.
 
De nombreux ouvrages analysent les dysfonctionnements des sociétés démocratiques, leurs auteurs participent à la réflexion générale sur les orientations de nos sociétés en indisposant et quelquefois bousculant les pouvoirs en place. Le monde de l’édition et les médias jouent un rôle majeur dans le lancement de l’alerte. Le livre s’impose comme un moyen d’alerte rigoureux donnant une ampleur inattendue à ces démarches « citoyennes ».
 
 
Lieu : La Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris - Métro : Couronnes (ligne 2) ou Parmentier (ligne 3)
 

 

transition énergétique

UP' magazine lance La Grande Question

UP' magazine lance « La Grande Question » : des rendez-vous thématiques mensuels pour décrypter et analyser les enjeux cruciaux qui agitent notre époque et dessinent notre futur : alimentation, data, robots, nanotechnologies, manipulations du vivant, nouveaux espaces de conquête… Le premier rendez-vous a lieu le 10 novembre sur le thème de la Transition énergétique.
 
Des thèmes qui provoquent de l’espoir, de l’enthousiasme, mais aussi des craintes et des appréhensions. Autant de sujets qui soulèvent le débat et méritent des réponses approfondies. L’intelligence de l’Homme n’est pas dans ses connaissances mais dans sa capacité à interroger le monde et à inventer de nouvelles matrices de réflexion. Le progrès ne repose que sur la capacité à poser des questions.
Ces questions sont l’étape préliminaire du dialogue et de la découverte. Elles sont une invitation à la créativité et à la formulation d’idées originales. Elles peuvent déclencher le mouvement et l’action face à des mutations importantes. En stimulant la créativité, elles peuvent déclencher le changement. C’est aussi une façon de prendre le pouls des innovations qui nous concernent tous, afin de nous donner les clés de la création d’un avenir que nous désirons, au lieu d’un avenir qui nous serait imposé.
 
Chaque Grande Question fait l’objet d’un traitement journalistique mêlant les formats et les supports : un débat public en live avec les meilleurs experts du sujet, une revue print, des articles de fond dans UP' et des productions vidéo.
Au global, chaque thématique vivra pendant près de six semaines, pour prendre le temps de comprendre et décrypter sans se laisser happer par le flux continu de l'information.

La transition énergétique en question

« Et toi, t’es branché ? » sera le thème de la première conférence-débat du 10 novembre à 19h : Quelles innovations pour les économies d'énergie ? Pourquoi cela ne va-t-il pas plus vite ? Le consommateur devient-il producteur d’énergie ? 100 % renouvelable, c’est possible ? Le nucléaire vert est-il possible ?
 
Le live de La Grande Question se tient de 19h à 22h à l’Hôtel de l’industrie, 4, place Saint-Germain des Prés, Paris 6ème.
 
Des acteurs du changement, des experts et professionnels reconnus, issus du monde de l’entreprise, de la recherche ou de l’enseignement, sont invités à débattre et répondre aux questions des journalistes et du public.
 
Le plateau du débat Live réunira :
Delphine Batho, ancienne ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie
Michel Blay, philosophe, professeur d’histoire, ENS, CNRS
Nicolas Garnier, délégué général d'AMORCE, politique énergie climat des collectivités
Yves Marignac, Institut Negawatt
Geneviève Ferrone-Creuzet, Fondatrice de Casabee, auteure de "Le crépuscule fossile" (Stock)
Thierry Le Boucher, directeur délégué au sein de la R&D Groupe EDF
Daniel Heuer, physicien (CNRS-LPSC Grenoble), spécialiste du nucléaire vert
Anouck Legendre, architecte, Agence XTU
Yann Toma, Artiste
 
Le live se poursuit, à partir de 22 h, par un cocktail networking avec tous les participants et le public. Nous vous y attendons nombreux !
 
 

 

partenaire

 

 

Festival des Nouvelles Explorations

Première édition du Festival des Nouvelles Explorations

Comme l’humanisme et les lumières sont nés des voyages des explorateurs, lesquels ont rompu avec des obscurantismes pour élargir le champ humain, nous, au XXIème siècle, nous devons explorer les solutions pour conserver la biosphère, instaurer le partage et faire vivre le cosmopolitisme. Le Festival des Nouvelles Explorations, pour sa première édition du 27 au 29 octobre à Royan, se propose d’explorer des horizons nouveaux et des connaissances nouvelles, mais en conjuguant l’infini vertigineux du progrès et les limites biophysiques et éthiques de notre époque, celle de l’anthropocène.
UP'magazine est partenaire de cet événement
 
Le Festival des Nouvelles Explorations a pour objectif de faire découvrir au grand public les avancées technologiques d’aujourd’hui, les innovations de demain et les défis de nos sociétés, à travers des événements ambitieux autour de personnalités d’exception. Pour cette première édition, les tables rondes, conférences, projections et démonstrations embarquent le public vers cinq grands thèmes d’exploration qui ont ou vont marquer notre société : Innovation et intelligence artificielle, exploration climatique et géographique, géopolitique et société, les dimensions inexplorées du vivant, la quête de l’immortalité et du corps augmenté.
 
Pour parrain, Jean-Louis Etienne, premier homme à atteindre le Pôle Nord en solitaire en 1986. L'explorateur français est particulièrement connu pour ses expéditions en Arctique et en Antarctique, dont la Transantarctica (1989-1990). Il prépare actuellement une nouvelle expédition en Antarctique pour 2017.

Vous avez dit Exploration ?

Mot qui nous fait tous rêver, qui nous inspire, qui donne courage et audace. Les explorateurs ont dessiné le monde. Leur regard, leurs voyages et leurs découvertes ont fait avancer la science, la connaissance et éclairé les hommes. Ils nous embarquent dans leurs utopies, à travers la littérature, la photographie, les cartes de navigation.
Aujourd’hui, les nouveaux explorateurs nous bousculent, inventent de nouvelles manières de penser, de se comporter, en intégrant à notre quotidien des technologies de plus en plus innovantes. Ils nous font prendre conscience que le monde est fragile mais nous rappellent aussi que l’homme dispose de ressources inestimables pour relever les défis de l’avenir.
Nous sommes conscients que cinq siècles après le temps des Grandes Explorations, nous devons être « les nouveaux explorateurs » comme l’ont été ceux qui se consacrèrent à la conquête de nouveaux continents, en chasse d’horizons nouveaux, de connaissances nouvelles, de solutions nouvelles.
En 1502, le planisphère de Cantino découvrait pour la première fois une partie du 4ème continent, les côtes de la Floride et du Brésil ; nous devons tracer les chemins qui mettent en harmonie bientôt 9 milliards d’hommes avec une nature aujourd’hui épuisée et chaotique.

Les fondateurs du Festival

Bettina Laville : Conseiller d'État, Présidente et fondatrice du Comité 21, Bettina Laville a été directrice du cabinet de Brice Lalonde, puis conseillère sur les questions d'environnement auprès des deux Premiers ministres Pierre Bérégovoy et Lionel Jospin, et du Président de la République François Mitterrand. A ce titre, elle fut responsable de la préparation des conférences de Rio, Kyoto et Johannesburg. Elle a présidé le conseil scientifique de Solutions Cop 21, et dirige la rédaction de la revue Vraiment Durable. Elle est coauteur de » Villette Amazone « (1996), a publié en 2002 « La machine ronde » et a co-signé « Développement durable - Aspects stratégiques et opérationnels » (janvier 2011), et, avec le CNRS, « Quelles solutions contre le réchauffement climatique? » (2015).
 
François Marot : Ancien élève du CELSA - Paris IV, François Marot travaille à France Soir avec Philippe Bouvard de 1983 à 1986. De 1986 à 1992, il est grand reporter à VSD (couvrant en particulier l’URSS et l’ex-bloc soviétique) et en 1992, il rejoint Prisma Presse. Il y occupe le poste de Chef du Service « Monde, Economie » du mensuel « Ça M’intéresse ». Entre 1995 et 1996, il a suivi, avec le soutien de Prisma-Presse et de son Président, Axel Ganz, une formation d’un an à l’Université de Harvard, aux Etats-Unis, dans le cadre de la Niemann Foundation. Nommé fin 1998 à la tête de National Geographic France, il dirige le magazine et ses déclinaisons jusqu’à fin 2013. Il travaille actuellement comme analyste/consultant auprès de DPI/EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne).

Des intervenants de renom

Jean-Louis Etienne : Médecin - Explorateur et parrain du Festival.
Bertrand Piccard : Médecin - Explorateur et initiateur du projet Solar Impulse.
Jean-Christophe Victor : Créateur du Laboratoire d'études prospectives et d'analyses cartographiques, et producteur sur Arte de l’émission « le Dessous des Cartes ».
Virginie Raisson : Écrivain, auteur de « L’Atlas des Futurs du Monde ».
Jean-Loup Bertaux : Directeur de recherche, Laboratoire ATMOS.
Françoise Gaill : Océanologue, coordinatrice du comité scientifique de la Plateforme Océan et Climat.
Mounira Amor-Guéret : Directrice de recherche au CNRS.
Alexis Botaya : Cofondateur de Soon Soon Soon.
Vincent Callebaut : Architecte.
Ulla Lohmann : Reporter, photographe et réalisatrice de documentaires.
André Abreu de Almeida : Expert en Environnement, membre de Tara Expéditions.
Daphné Victor, auteur de "Paul-Emile Victor, J'ai toujours vécu demain".
Programme
 
Mercredi 26 octobre / 20h30 – 22h30 : Soirée d’ouverture - Présentation du Festival et de son programme par Bettina Laville et François Marot, fondateurs de la manifestation.
Présentation par Jean-Louis Etienne de ses voyages et de sa prochaine expédition, une mission de 3 ans à bord du Polar Pod, station océanographique internationale de l’Antarctique.
 
Jeudi 27 octobre
Thématiques : Innovation & Intelligence Artificielle, Exploration Climatique & Géographique
 
- Débat/Démonstration « Les drones, nouveaux reporters » 14h30 -16h30
Ulla Lohmann, reporter-photographe collaborant notamment avec National Geographic, raconte comment les drones ont changé sa façon d’explorer, et nous en fait la démonstration en direct. Exposition tout au long du festival de ses photos.
 
- Débat « Les Robots à la place des Hommes ? » 14h30 - 17h30
L'Intelligence Artificielle est déjà au cœur de nos modes de production et des progrès scientifiques et technologiques, en permettant d'augmenter le traitement des savoirs et de l'information. Capables de comprendre de leurs erreurs, voire de se réparer elles-même, de prendre des décisions, finiront-elles par supplanter l'Homme ? Quelles relations entre l'Homme et la machine pour demain ?
 
- Soirée Terrae Incognitae - En direct avec l’expédition Tara  20h30 - 22h30
Le Festival embarque avec Tara et dialogue loin des côtes des océans et de leur avenir.
Françoise Gaill, océanologue, coordinatrice du comité scientifique de la Plateforme Océan et Climat André Abreu de Almeida, Tara Expéditions.
 
Vendredi 28 octobre
Thématiques : Géopolitique et Société
 
- Débat « Explorer la société de demain » 14h30 – 16h30
Proposer de nouveaux modèles, une façon jusqu'alors inconnue de vivre, d'habiter, de se nourrir, d'échanger... Nous sommes dans une période riche en la matière - tour d'horizons avec quelques explorateurs ingénieux.
 
- Débat/Démonstration « Où va la voiture sans chauffeur ? » 17h – 18h30
Questionnons la mobilité de demain autour d'une démonstration de la voiture sans chauffeur (en partenariat avec Navya et Transdev).
 
- Soirée débat « Explorer… avec précaution ? » 20h30 – 22h30
La précaution est-elle un obstacle à l’exploration ou sa condition sine qua none ? Débat sur les dimensions éthiques de nos découvertes passées et futures, avec notamment Mounira Amor-Guéret, directrice de recherche au CNRS et membre du Comité Consultatif National d'Ethique.
 
Samedi 29 octobre
Thématiques : Infiniment grand & Infiniment petit, la quête de l’immortalité et du corps augmenté
 
- Débat « Voyage vers les infinis » 11h – 12h30
Du monde, on ne connait que le milieu : découvrons les infimes dimensions du vivant, en regard de l’immensité de l’espace. Jean-Loup Bertaux, directeur de recherche, Laboratoire ATMOS.
 
- Débat « La mort peut-elle mourir ? » 14h30 – 16h30
Les progrès de la médecine permettent aujourd’hui de dépasser les limites du corps humain, et l’on se prendrait à rêver d’une pierre philosophale...
 
- Grand oral « La résurrection d’Icare » 17h30 – 19h30
Bertrand Piccard, médecin, explorateur et initiateur du projet Solar Impulse, raconte son aventure jusqu’au tour du monde en avion solaire.
 
- Soirée de clôture – 20h30 – 22h30
Présentation en avant-première de L’Atlas des Futurs du Monde.
Explorer pour mieux comprendre notre monde, ouvrir de nouvelles voies et proposer des modes de vie durables... Pour cette soirée de clôture, penchons-nous sur les liens entre passé et futur dans l'exploration, de l'histoire de Paul-Emile Victor à l’Atlas des Futurs du Monde.
Jean-Christophe Victor, créateur du Laboratoire d'études prospectives et d'analyses cartographiques, et producteur sur Arte de l’émission « le Dessous des Cartes ».
Virginie Raisson, écrivain, auteur de « L’Atlas des Futurs du Monde ».
Daphné Victor, auteur de "Paul-Emile Victor, J'ai toujours vécu demain".
 
Lieu : Palais des Congrès de Royan (17)
Manifestation gratuite – Inscription aux différents temps forts : www.nouvellesexplorations.com
 

 

Loading...
Loading...