UP' Magazine L'innovation pour défi

Nanoresp

30 Mai : Nanomatériaux dans l’automobile : quels avantages, quelles promesses, quelles incertitudes ?

Le prochain forum NanoRESP, lundi 30 mai, de 17h à 20h, traitera du thème “Nanomatériaux dans l’automobile : quels avantages, quelles promesses, quelles incertitudes ?”
 
Les nanomatériaux et nanoproduits sont largement utilisés dans le transport automobile. Pour la fabrication des pneus tout d’abord (noir de carbone, silice, matériaux nanostructurés), pour le renforcement des pièces mécaniques et des joints par le bais de nanocomposites, mais aussi pour l’allègement des châssis et des habitacles, ou pour augmenter l’autonomie des batteries, notamment. Un autre intérêt potentiel des « nanos » est de réduire les quantités de matières premières utilisées et ainsi les coûts de production et de recyclage. Ce forum fera un état des lieux des applications et du potentiel des nanoproduits dans l’automobile. Il abordera aussi la prise en compte des risques liés à leur production, leur usage et leur fin de vie.
 
Intervenants :
 
Emeric FRéJAFON, Institut national de l’environnement industriel et des risques (INERIS)
Quelles sont les applications des nanomatériaux dans l’automobile ?
 
Jean-François PERRIN, directeur général, Nanomakers
Batteries, structures aluminium, joints : les nouvelles applications des nanopoudres de silicium
 
Laurent KOSBACH, CEO, et Alexandre CLERBAUX, Marketing & Business Development Manager, Nanocyl S.A.
Applications commerciales et futures des nanotubes de carbone dans l’automobile
 
Francis PETERS, consultant, ancien responsable Monde des Projets Matériaux et Matières Premières, Michelin
Pneumatiques et nanomatériaux
 
Pour s’inscrire : inscription[at]nanoresp.fr
 
Le forum NanoRESP propose une réflexion ouverte, non polémique mais critique sur les nanotechnologies et les nanomatériaux. Il organise des rencontres régulières pour mettre en partage les connaissances, les initiatives concrètes, les incertitudes et les attentes des producteurs, distributeurs, utilisateurs, consommateurs de « nanoproduits ».
 
Cette démarche collaborative permet de questionner les usages, les bénéfices et les risques des nanoproduits au regard des alternatives existantes. Par cette dynamique, les différents acteurs concernés trouvent un accompagnement pour cerner et assumer au mieux leurs responsabilités.
 
Lieu : Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE), 1 rue Gaston Boissier, 75015 Paris (Métro Porte de Vanves, Tramway T1 Georges Brassens)
 
 

 

agenda de l'innovation

31 Mai : Une anthropologie de la nature : face à Gaïa

Le Collège des Bernardins organise le 31 mai prochainde 20h à 21h45 un débat auour du thème "Une anthropologie de la nature : face à Gaïa"
 
Un nouveau chapitre de l’histoire de la Terre s’est-il vraiment ouvert ?
Le milieu du XXe siècle marque le début de ce que les spécialistes du changement global nomment la « grande accélération » , celle de la démographie, de la croissance économique, de la technique, de la consommation… Cette grande accélération, c’est aussi celle qui touche notre planète façonnée pendant des centaines de milliers d’années par les hommes. N’est-il pas temps de développer une géohistoire et de surmonter la vielle opposition entre nature et culture ?
 
En présence de Bruno Latour, auteur de « Face à Gaïa », les Mardis des Bernardins vous proposent de réfléchir à l’introduction des êtres de la Terre dans le processus politique. Plusieurs ressources sont à mobiliser : les sciences et les techniques, l’économie, l’esthétique et la théologie.
 
Intervenants :
Pierre-Yves Condé, Professeur en science politique
Philippe Descola, Professeur au Collège de France, Chaire d’anthropologie de la nature
Bruno Latour, Philosophe et sociologue des sciences, professeur à Sciences Po et auteur de Face à Gaïa (La Découverte, 2015)
Laure Solignac, Théologienne, maître de conférences à l’Institut Catholique de Paris.
 
Lieu : Grand auditorium - Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – 75005 - Paris
 
 

 

agenda de l'innovation

1er Juin : La biologie au service des sciences de l'espace

L’école Polytechnique – X recherche - organise le mercredi 1er juin de 18h30 à 20h30 une conférence sur le thème" La biologie au service des sciences de l'espace :  quand le chimiste et le biologiste se marient pour explorer la vie, la sauvegarder, la créer..."
 
X-Recherche vous propose une conférence ayant pour thématique l’exobiologie le 1er juin 2016 à l’École Polytechnique (Palaiseau). Explorant la vie dans l’univers, l'exobiologie est une nouvelle discipline, multidisciplinaire puisqu'à l'intersection de la physique, de la chimie, des sciences de l'espace (astronomie, astrophysique...) et des sciences de la vie. Dans les prochaines décennies, la recherche en biologie orientée « sciences de l'espace » va solliciter un nombre croissant de chercheurs et d'ingénieurs. Au-delà de son objet d'étude (en soi passionnant), quels sont ses projets, en quoi risquent-ils de bouleverser notre compréhension du vivant et les développements de demain ? X-Recherche propose d'explorer les évolutions possibles à travers l’intervention de spécialistes du domaine :
-          Astrochimie et abiogenèse : l'émergence de la vie est-elle un problème scientifique ? Par Louis d’Hendecourt (IAS-CNRS/Paris Saclay)
-          La construction de tissus et d’organes au secours des explorateurs de l’espace ? Par Dominique Franco (APHP-Institut Pasteur)
-          Le vieillissement vasculaire prématuré, lors de l'exploration spatiale. Par Pierre Boutouyrie (APHP-Paris 5/Paris3-INSERM)
Cette table ronde sera présentée et modérée par Daniel-Philippe de Sudres, membre d'X-Recherche.
 
Les intervenants
 
Astrochimie et abiogenèse : l'émergence de la vie est elle un problème scientifique ? par le Dr. Louis d'Hendecourt
 
L'exposé portera sur l'abiogenèse (l'origine moléculaire de la vie – le mot « vie » devant ici être pris dans une acception non stricto sensu biologique). Son travail de recherche vise à comprendre comment des systèmes chimiques sont capables, dans un environnement donné, de mener à une forme d'auto-organisation, depuis les problèmes de chiralité moléculaire étudiés sur une base expérimentale (génération d'excès énantiomériques, scénario astrophysique).
 
Louis d'Hendecourt, chercheur en astrophysique, directeur de recherche à l'Institut d'astrophysique spatiale d'Orsay, explore l'évolution photochimique et thermochimique des glaces en essayant de maîtriser la chaîne de cette évolution (observations, reproduction en laboratoire, naissance de la matière organique). Ces simulations le mènent à des molécules que certains considèrent comme pré-biotiques (aminoacides et sucres) dont il cherche, notamment, à évaluer le potentiel prébiotique ;
 
La construction de tissus et d’organes au secours des explorateurs de l’espace ? par le Pr. Dominique Franco
 
Les explorateurs de l’espace amenés à passer de très longues années loin de la Terre et des structures médicales hyper-développées, auront intérêt à développer des solutions alternatives permettant de faciliter la cicatrisation des plaies et fractures, de renforcer par des procédés simples et peu invasifs le fonctionnement de certains organes, et de disposer d’assistances extracorporelles externes pour un certain nombre de défaillances organiques.
 
Dominique Franco, chirurgien, responsable du programme interdisciplinaire CellSpace, met en place en France les laboratoires académiques et industriels dédiés à la construction de tissus et d’organes à partir de différents types de cellules souches, de matrices et de scaffolds (protéines transductrices d'échafaudage), et de bio-impression. Ces travaux visent à fabriquer des organoïdes ou des organ on chip pour la recherche et l’assistance clinique, et des fragments de tissus, ou des organes complets pour la transplantation.
 
Le vieillissement vasculaire prématuré, lors de l'exploration spatiale par le Pr. Pierre Boutouyrie
 
L'exposé portera sur le vieillissement vasculaire prématuré en lien avec l'exploration spatiale, depuis la valeur prédictive de la rigidité artérielle pour la mortalité cardiovasculaire, jusqu'à l’ensemble des thèmes incluant EVA, hypertension artérielle, remodelage et rigidité artérielle.
 
Pierre Boutouyrie, cardiologue spécialiste de l’hypertension artérielle (Hôpital universitaire européen Georges-Pompidou), professeur de pharmacologie à l’Université Paris Descartes, Sorbonne Paris-Cité, co-responsable de l’équipe INSERM U970 eq7 « physiologie, pharmacologie et imagerie des grosses artères, à l’origine, avec les membres de son équipe, du concept de vieillissement vasculaire accéléré (Early Vascular Aging – EVA).
 
Lieu : Ecole Polytechnique – Amphi Pierre Curie, Palaiseau (91)
 
 
 

 

agenda de l'innovation

1er Juin : Peut-on encore parler de technologie dans les médias ?

L’Université de Technologie de Compiègne organise depuis 30 ans le Prix Roberval, pour désigner chaque année des œuvres en langue française traitant de technologie. Des livres ou des émissions de télévision de grande qualité sont récompensées. Au palmarès figurent des champions de la science française, comme Georges Charpak ou Pierre-Gilles de Gennes. Le public qui assiste à la cérémonie de remise du Prix est chaque fois séduit par l’enthousiasme communicatif de ces cerveaux féconds.
Et pourtant, nous peinons à intéresser les médias à notre action. La science et le progrès n’ont-ils plus la côte ?
Pour réfléchir aux causes de ce déficit, le Prix Roberval vous convie à venir débattre à La Sorbonne, le mercredi 1er juin 2016 à partir de 16h.
 
Ne dites pas à vos futurs beaux-parents que vous travaillez « dans la technologie » : ça donnerait de vous une image vieillotte et peu valorisante. Dites plutôt « je suis dans le numérique ». Mieux encore : « dans le high-tech ». C’est pareil mais ça change tout.
 
Depuis quelques années, nous assistons à l’affaiblissement du mot « technologie ». Dans les années 70, il incarnait la modernité, la jeunesse. Il fleurait bon le M.I.T. (prononcer : Aime – Aïe – Ti) américain. À présent pour rester présentable, il a besoin d’une béquille, l’adjectif « nouvelles ».

Peut-on encore parler de technologie dans les médias ?

Les robots et les nouvelles technologies de l’information sont souvent à l’honneur dans les médias mais qu’en est-il des autres technologies ? Elles semblent en être le parent pauvre en dehors des magazines spécialisés. Souvent jugées difficiles d’accès, elles prennent pourtant une place grandissante dans le débat public. Alors peut-on encore parler de technologies dans les médias ? Non seulement les expliquer mais aussi les relayer et les mettre en perspective en particulier en ce qui concerne leurs impacts sur nos sociétés ? Y-a-t-il des difficultés particulières selon le type de technologie ou le type de médias (télévision, radio, presse ou édition) ? Comment intéresser le grand public à ces sujets ? Ce sont quelques-unes des questions auxquelles la table ronde tentera de répondre. Elle réunira des professionnels des médias et des chercheurs.
 
Intervenants : Pierre Lena (Académicien des Sciences), Sophie Bécherel (journaliste scientifique sur France Inter), Laurent Thibierge (rédacteur en chef de « Futur Mag »), Marguerite Tiberti (éditrice jeunesse aux Éditions du Ricochet) et Daniel Ichbiah (rédacteur en chef du magazine « Comment ça marche ? »).
 
Le prix Roberval est un prix international francophone organisé par l’Université de Technologie de Compiègne, soutenu par la délégation générale à la langue française et aux langues de France, l’Agence Universitaire de la Francophonie, le Conseil Départemental de l’Oise et Sorbonne Universités.
 
Lieu : Salle des actes de la Sorbonne, 46 rue Saint-Jacques, 75005 PARIS
 
Inscription lb.pressevent[at]gmail.com
 
 

 

agenda de l'innovation

4-5 Juin : Festival drôle de drone

La Cité des Sciences et de l’Industrie organise le Festival drôle de drone les 4 et 5 juin 2016.
 
Les drones sont partout autour de nous, mais à quoi servent-ils et comment fonctionnent-ils ? Rendez-vous avec ces drôles d’objets volants les 4 et 5 juin à la Cité des sciences et de l’industrie, à l’occasion du festival “Drôle de drone”.
Présents depuis plusieurs années dans les domaines de la sécurité, de la surveillance et des actions militaires, les drones, aéronefs sans pilote à bord, sont aujourd’hui utilisés dans de nombreux secteurs comme l’énergie, l’agriculture, le cinéma, la photographie, les transports, la livraison, l’architecture ou encore l’art et les loisirs.
Le développement d’un marché civil a connu un essor important grâce à des appareils miniaturisés, abordables et accessibles à tous.
Alors que des sociétés spécialisées dans le transport ou le e-commerce travaillent sur des concepts de drones-livreurs, ces drôles d’objets volants passionnants posent aussi de nombreuses questions de droit et d’éthique.
Le festival met à l’honneur le drone civil et les dernières innovations technologiques :
À l’intérieur comme à l’extérieur, démonstrations de pilotage, courses, débats, happenings artistiques, ateliers, Fab lab, exposition et conférences rythment ces deux jours pour mieux cerner le drone d’aujourd’hui et ses différents usages professionnels, mais aussi envisager le drone de demain avec la présentation de travaux de recherche et illustrer notamment son rôle au service de la créativité artistique.
Un festival ludique et accessible à tous. Prenez date !

Programme

> Conférences
Drones Talks
• Drones et développement durable (Parrot).
• Mon métier, concevoir des drones (Parrot).
• L’utilisation des micro-drones pour la prospection archéologique à basse altitude (CNRS).
• Photographie aérienne et valorisation du patrimoine (CNRS).
 
> Ateliers
Fab lab Drones
• Fabrication, personnalisation et programmation de drones (Magic Maker).
• Présentation de drones conçus et fabriqués au Fab lab de la Cité des sciences et de l’industrie
 
> Démonstrations
• Phantom 4, drone détecteur d’obstacles avec intelligence embarquée (DJI)
• Typhoon H, drone doté de la technologie d’Intel RealSense, destinée à détecter les obstacles
et à les éviter (Yunneec et Intel)
• Prototypes expérimentaux
 
> Spectacles
• La danse des drones
• Des danseurs et des drones
• Compétition de pilotage de nano drones (Explora, niveau 1), avec remise de prix.
 
> Exposition photos
Une exposition de photographies (4m x 6m) prises par des drones illustre les possibilités artistiques qu’offrent les drones
 
Lieu Cité des sciences et de l’industrie - 30, avenue Corentin-Cariou - 75019 Paris
( M°Porte de la Villette)
 

 

agenda de l'innovation

7 Juin: La mondialisation en quête de droit et de sens ?

Le Collège vous invite, dans le cadre des Mardis des Bernardins, à une conférence le 7 juin à 20h sur le thème « La mondialisation en quête de droit et de sens ? »
 
La quête de sens au plan international est une aspiration profonde partagée par un nombre croissant de personnes et d’organisations ; le droit peut imprimer du sens. Dans une économie mondialisée, émergent aux côtés des États-nations, des organisations internationales et des religions, de nouveaux acteurs, créateurs de normes, tels que les entreprises, les ONG, la société civile… En l’absence de gouvernance mondiale, peuvent-ils ou doivent-ils contribuer à élaborer un « sens commun », des valeurs communes pour l’humanité ? Est-ce sensé ou insensé ? Celles-ci peuvent-elles aller au-delà du « bien public mondial » dans les secteurs de l’environnement, de la santé, du sport et de la lutte contre la corruption… ?
 
En collaboration avec le groupe de réflexion des avocats au sein du Collège des Bernardins.
 
Intervenants :
 
-          Pasteur François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France ;
-          Emmanuel Faber, CEO du groupe Danone ;
-          Pascal Lamy, président émérite de l’Institut Jacques Delors « Notre Europe ».
 
Lieu : Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy – 75005 – Paris
 
 

 

agenda de l'innovation

7 Juin: Séminaire politique de l'alimentation mondiale

Le programme ANR SAGE - Sécurité alimentaire : la Globalisation d’un problème public met en place le séminaire « Politiques de l’alimentation mondiale ». La deuxième séance du séminaire aura lieu le mardi 7 juin 2016 de 9H30 à 17h, à AgroParisTech. Elle aura pour thème : « Prospectives et scénarios du futur »
 
Ce séminaire, ouvert à un large public, vise un double objectif : d’une part, comprendre les transformations contemporaines de la définition et du traitement de la sécurité alimentaire. D’autre part, à travers la sécurité alimentaire, il s’agit étudier des problématiques ou thématiques telles que la communauté internationale, les problèmes publics globaux, l’aide humanitaire, les politiques de résilience, les liens entre philanthropie et capitalisme, entre science et politique, les formes de l’action collective visant la sécurisation des systèmes alimentaires.
 
Les situations de crise alimentaire, comme celle qui a eu lieu en 2007-2008, donnent lieu non seulement à des interventions d’urgence, mais souvent aussi à des réflexions sur les causes structurelles des crises et sur les moyens d’empêcher qu’elles ne surviennent à nouveau. Cet effort  se traduit notamment par la mise en place de travaux de prospective et scénarios du futur à moyen ou long terme. Ceux-ci ont vocation à nourrir le débat autour de la sécurité alimentaire dans les arènes internationales, au sein des réseaux d’experts, de scientifiques, de décideurs. Ces exercices naissent de la certitude selon laquelle les relations entre agriculture et alimentation doivent être repensés dans une globalité d’interdépendances. Ils renouvellent les formes de l’alerte sur  l’insécurité alimentaire en divers endroits du monde et ils constituent des injonctions à agir. Tantôt produites par des institutions internationales, des centres de recherche ou des réseaux constitués ad hoc, ces prospectives procèdent d’une dynamique de la connaissance fortement intégrative (assemblage de données statistiques éparses et couplage de savoirs hétérogènes) et visent, par la représentation du futur, la décision et l’action dans le présent.
Cette journée d’étude sera l’occasion d’interroger les effets de ces prospectives dans le débat sur la sécurité alimentaire : l’ont-elles reconfiguré selon des modalités nouvelles ou, au contraire, ont-elles conduit à une réification de cadres d’analyse aujourd’hui contestés ? Ces prospectives produisent- elles des effets d’ignorance sur d’autres formes du savoir (enquêtes qualitatives de terrain, études situées, par exemple) ou encore des effets de clôture sur certains aspects de ce débat ?
Alors que ces prospectives sont rendues visibles sous la forme de leurs scénarios dans l’espace  public, leurs modalités de construction, restent, elles, peu visibles. Or, les instruments du savoir ne sont pas axiologiquement neutres. Questionner les dispositifs sur lesquels reposent ces prospectives (expertise confinée, expertise collective, procédures participatives), les outils qu’elles privilégient (modélisation), les méthodologies d’élaboration de leurs scénarios est une autre façon d’observer les orientations données au débat sur la sécurité alimentaire.
Enfin, l’élaboration de scénarios du futur jouant un rôle d’orientation stratégique, il convient d’interroger les formes de coordination qui leur sont associées. Ainsi peut-on se demander si la multiplication des études sur l’avenir à long terme recouvre des formes de coordination scientifique et experte nouvelles, modifiant l’espace des relations et des rapports de forces entre les acteurs historiquement associés à la gouvernance de la sécurité alimentaire.
 
Programme :
 
9h30 – 11h, Sébastien Treyer (Iddri),  Prospectives de la sécurité alimentaire : interventions stratégiques pour cadrer ou pour décadrer le débat politique
Prospectives de la sécurité alimentaire : interventions stratégiques pour cadrer ou pour décadrer le débat politique
Cette intervention vise à mettre en évidence le rôle stratégique de ces interventions prospectives pour faire changer le cadrage du débat politique ou au contraire pour maintenir le statu quo. Elle cherchera à mettre en évidence l'utilité d'analyser ensemble la conception méthodologique et procédurale des opérations prospectives, et les dynamiques de cadrage et de décadrage des débats politiques sur le long terme.
 
11h – 12h30, Lise Cornilleau (INRA),  Gouverner à distance par la modélisation économique mondiale ? Généalogie, circulations et traductions du modèle IMPACT de l'IFPRI
Cette communication interroge le rôle de la modélisation économique globale de la sécurité alimentaire dans les programmes de la « Révolution Verte en Afrique » : dans quelle mesure peut-on l'analyser comme une technologie de gouvernement à distance ? On présentera le cas du modèle IMPACT de l’International Food Policy Resarch Institute (IFPRI), un centre de recherche agronomique international. On tracera d'abord la généalogie de ce modèle, en montrant qu’il définit les solutions au problème de la faim et de la malnutrition par le libre-échange et la technologisation de l’agriculture. Puis, on montrera comment ce programme politique est implicitement voué à être territorialisé en Afrique, en décrivant les circulations du modèle dans les arènes internationales et en analysant comment la modélisation participe aussi d’une forme de gouvernement national
 
14h – 15h30, Isobel Tomlinson (Birkbeck, University of London),  Doubling food production to feed the 9 Billion: A critical perspective on a key discourse of food security
Within the emergent international policy arena of ‘food security’, the imperative to double global food production by 2050 has become ubiquitous. This statistic, as well as a revised figure of a 70% increase by 2050, have been widely used by key individuals in the food policy arena and have come  to play a significant role in framing current UK and international policy debates about food security and the future direction of global agriculture. This presentation provides a critique of the specific claim that we need to increase global food production by 70 -100% in order to feed the world in 2050. It traces the source of these statistics to a particular computable general equilibrium model of the future of the global food system. The critique is based on two main observations: firstly, increasing production on such a scale was never intended as a normative goal of policy and,  secondly, to do so would exacerbate many of the existing problems with the current global food system. The presentation explores how future scenario models of the global food system can be inappropriately used in policy-making and reflects on how this could be avoided in the future.
 
15h30 – 17h, Gilles Tétart (Université de Tours), La prospective Agrimonde : ou quand la crise alimentaire ouvre l’éventail des possibles au sein d’une institution de recherche agronomique
Agrimonde est une prospective normative qui dessine un futur « souhaité » sur la base de plusieurs principes : l’agro-écologie, la réduction des asymétries d’accès à l’alimentation et une productivité alimentaire en augmentation très limitée. Comparé aux prospectives qui circulent depuis une quinzaine d’années, Agrimonde apparaît aujourd’hui comme un contre-scénario qui ne fait pas de la productivité une variable incontournable de la capacité de la planète à nourrir l’humanité. En revenant sur la genèse d’Agrimonde, depuis le début des années 2000, cette contribution montre comment cette prospective s’est construite dans un souci d’inscrire la recherche agronomique française dans un contexte international, qui a révélé des tensions fortes au sein de son institution de tutelle, l’INRA. La crise alimentaire de 2007-2008, en rendant légitimes de nouvelles manières de penser la sécurité alimentaire, a paradoxalement permis de résoudre ces tensions et la circulation des résultats d’Agrimonde.
 
Lieu : AgroParisTech, Amphithéâtre Dumont, 16 rue Claude Bernard, Paris 5e, Métro : Censier-Daubenton
Entrée libre, dans la limite des places disponibles.
 
Afin de faciliter le travail des organisateurs, merci de vous inscrire à l’avance en envoyant un mail à Antoine de Raymond : antoine.deraymond[at]ivry.inra.fr
 

 

agenda de l'innovation

7 Juin : Les Mardis de l'innovation : conférence "éducation"

La prochaine conférence des Mardis de l’innovations aura lieu le mardi 7 juin 2016 de 18h à 20h à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne sur le thème de l’éducation.
 
L’accès à la connaissance, quelle qu’elle soit, a complètement explosé ces dernières années. On en arrive à la création d’une intelligence collective nourrie en continu par des amateurs ou des professionnels, via des blogs, des forums, des encyclopédies en ligne ou même de
vrais cours en ligne disponible gratuitement.
Ces nouvelles sources de connaissance viennent elles se mettre en concurrence ou en complémentarité avec la structure éducative traditionnelle déjà administrée en France ?
L’école ne devrait-elle pas s’adapter à ce nouveau paradigme et parallèlement ne devrions-nous pas être capables de certifier des connaissances en dehors de celle-ci ?
Au-delà de l’école, est-ce que ces ressources numériques sont un bon outil pour poursuivre notre formation dans le monde professionnel ?
 
 Intervenants :
Christine Vaufrey, Fondatrice de MOOC & cie, une plateforme d’accompagnement des organismes privés ou publiques dans la digitalisation de leur formation, nous donnera sa vision critique du dévoiement que ces cours largement diffusés peuvent subir tout en mettant en valeur leur potentiel et nous donner son retour d’expérience sur ses différentes missions.
Audrey Jarre et Svenia Busson, Créatrices du projet #EdtechWorldTour : un voyage de recherche autour du monde autour des technologies de l’éducation ayant pour objectif de récupérer des insights locaux, et de rencontrer des acteurs des nouvelles pratiques de l’éducation et pouvoir promouvoir les bonnes pratiques. http://www.edtechworldtour.com/
Théo Rougier, Etudiant en Sorbonne à l’origine d’une plateforme de partage de cours dans l’université. Ses expériences dans l’éducation à travers l’apprentissage de l’anglais à des jeunes en Amérique du Sud et dans un centre pénitencier lui donnent une vision fraiche et originale. Il sera accompagné de Serge Versille, créateur d’une application d’aide à l’apprentissage des conjugaisons, et aillant travaillé sur un jeu pour apprendre à résoudre des équations testé sur 30 000 élèves de primaire.
Un compagnon du devoir, pouvant témoigner du fonctionnement d’une formation peu connue et pourtant reconnue au patrimoine mondiale de l’UNESCO
 
Lieu :  Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Amphithéâtre Oury , 14 rue Cujas - 75005 Paris
 
 

 

agenda de l'innovation

9 Juin : 6ème édition d'Innovaday

Innovaday se tiendra le 9 juin près de Bordeaux. Cette 6ème édition attend environ 600 participants. Grâce à son Forum national, Innovaday cible les start-ups et entreprises innovantes ainsi que leurs potentiels investisseurs. Il leur apporte aussi de nombreuses clés pour s’orienter, à l’image du thème choisi cette année pour sa plénière d’ouverture : les techniques de financements alternatifs.
Pour booster l'innovation, il n'y a pas que l'argent qui compte !

Innovaday 2016 explore les nouvelles solutions d'accompagnement et d'investissement 

Quand le financement de l'innovation innove lui-même... Pour ouvrir sa 6e édition, Innovaday (9 juin à Talence), LE temps fort du financement des start-ups et entreprises innovantes, s'intéresse à un récent tournant dans l'univers du capital-risque.
Après la fièvre du crowdfunding, émerge désormais un nouveau dispositif pour contribuer au succès des entreprises : appelé R&D, Media, Mentoring ou encore Advice for Equity, ce modèle d'investissement alternatif permet d'offrir de la visibilité, de la R&D, du conseil, du mentorat à des jeunes entreprises, et ce, en échange de capital.
Ainsi positionné sur une thématique avant-gardiste, et pour la première fois labellisé « Aquitaine start-up » et « French Tech », Innovaday continue à prendre de l'ampleur et à se rendre incontournable.
 
« Les investisseurs innovent et changent la donne ! » : Jean de La Rochebrochard (Kima Ventures) ouvrira Innovaday
 
Innovaday 2016 s'entoure d'une pointure : Jean de La Rochebrochard, actuellement associé chez Kima Ventures, le fonds d'investissement fondé par Xavier Niel parmi les plus actifs au monde (Kima Ventures participe au financement de plus de 2 start-ups par semaine). Précurseur autant qu'expert, cet investisseur livrera son regard et son conseil face à ces nouveaux dispositifs qui permettent d'une part d'apporter une aide concrète nécessaire à la croissance de la jeune pousse, et d'autre part de bâtir une relation de confiance pérenne entre investisseur et entrepreneur.
 
Jean de La Rochebrochard a débuté sa carrière professionnelle dans le secteur de la banque d'affaires et accompagné plus d'une trentaine de start-ups à lever des fonds considérables. Il a ensuite rejoint l'équipe de The Family. Investisseur leader dans les start-ups en Europe, cette société d'investissement accompagne et soutient plus de 100 start-ups par an, en leur offrant de la formation, des privilèges et de l'accès au capital. Aujourd'hui, Jean de La Rochebrochard est associé chez Kima Ventures, basée à Paris et à Londres. Fondée et soutenue par l'emblématique Xavier Niel, la société a investi dans plus de 330 start-ups issues de 24 pays différents au cours des 5 dernières années.

Banques, médias, informatique : focus sur les nouveaux modes d'accompagnement des startups

Innovaday 2016 fera le point sur trois des techniques alternatives proposées aujourd'hui aux jeunes entreprises « en échange de capital » : le « Media for Equity » (offrir de la visibilité), « l'IT for Equity » (solutions digitales et/ou logicielles) et les derniers programmes bancaires dédiés à l'innovation.
 
Autour de la table animée par Jean-Georges Micol, Directeur Général chez Aquitaine Développement Innovation, 3 experts thématiques :
 
Christophe Montague, Fondateur et Directeur Général de 5M Ventures             
Banquier d'affaires pendant 5 ans au département investissement de la Société Générale et chez Bryan & Garnier, Christophe Montague poursuit sa carrière en tant que Directeur Général au sein de NRJ International et Lubbe. Nommé en 2011 par Werben & Werben comme étant l'un des 100 managers les plus influents de l'économie allemande, il a fondé en 2012 5M Ventures, premier fonds français de Media for Equity : un modèle d'investissement alternatif permettant d'offrir de la visibilité à de jeunes entreprises en échange de capital. 5M Ventures propose à des sociétés B2C en forte croissance de l'espace publicitaire dans des médias de premier plan contre une ouverture de leur capital. Ces entreprises ont ainsi accès à de vastes campagnes pluri-médias sans impacter leur trésorerie.
 
Olivier Morlet, Co-fondateur et Directeur d'investissement NovX Capital
Entrepreneur expérimenté depuis 2008, Olivier Morlet exerce en tant que Directeur Général de Noveo Group, première société spécialisée dans le secteur des logiciels informatiques à avoir déployé le modèle IT for Equity, un modèle de capital risque. Novéo est basée à Londres et compte une centaine de clients en France.
En 2014, Olivier devient co-fondateur et directeur de l'investissement dans NovX Capital, acteur de l'IT for Equity, destinée à fournir un financement aux entreprises innovantes et créatives. NovX Capital cible de très nombreux secteurs du web mais aussi du dispositif médical, de l'aéronautique, des drones et de la téléphonie.
 
Myriam Beque, Responsable du développement de l'innovation chez BNP Paribas          Directrice générale déléguée chez Sodie, société leader de conseil en ingénierie RH, gestion de carrières et spécialiste de l'accompagnement des mobilités professionnelles, Myriam Beque rejoint la banque BNP Paribas en 2006. Actuellement responsable du développement de l'innovation dans la filière entreprise de la Banque de détail, elle est chargée de la mise en place des Pôles Innovation, du programme Innov&connect et du suivi des participations dans les fonds capital Innovation.
Le programme Innov&connect est le 1er programme bancaire dédié à l'innovation pour connecter les start-ups et les entreprises de taille intermédiaire en France, afin d'accompagner leur croissance respective.
 
 
A propos de la 6e édition d'Innovaday !
Entrepreneurs et financeurs de la France entière seront réunis le 9 juin 2016, À l'ENSEIRB MATMECA à Talence près de Bordeaux (33), pour une journée de rencontres dédiée au financement des start-ups et à l'innovation.
Organisé grâce à la conjonction des expertises de Bordeaux Unitec* et d'Aquitaine Développement Innovation « Innovaday » a su, au fil des années, séduire par le format original et la qualité de ses rencontres. C'est au cœur de la nouvelle Grande Région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes que se tiendra la 6e édition de ce temps fort biennal qui attend environ 600 participants (entrepreneurs, financeurs et partenaires de l'innovation).
 
Pour les porteurs de projets, ce rendez-vous est l'opportunité de rencontrer et de convaincre des investisseurs passionnés qui assureront vie et pérennité à leur innovation. Et aussi de découvrir toute la palette des nouveaux modes de financement et des partenaires potentiels.
Pour les investisseurs, il est l'occasion de déceler et de se positionner sur des pépites prometteuses, en un minimum de temps, notamment à l'occasion du Forum national d'Investissement (sélection de 33 entreprises françaises selon leur potentiel de croissance et leur caractère innovant).
 
Innovaday 2016, c'est aussi :
•             Une conférence d'ouverture axée sur les nouvelles solutions d'accompagnement et d'investissement, parce qu'il n'y a pas que l'argent qui compte pour booster les start-ups et l'innovation... La conférence sera suivie d'une table-ronde.
•             Les « Rendez-vous de l'innovation », qui s'adressent à tous les entrepreneurs et créateurs en phase de montage ou en développement.
•             Des ateliers, une Web TV...
Et aux 4 coins d'Innovaday, d'innombrables opportunités de networking...
 
 
 

 

agenda de l'innovation

14 Juin: S'inspirer des nouvelles initiatives créatives

Brand Union et le Palais Brongniard vous convient à une conférence le 14 juin de 8h30 à 10h30 sur le thème "S'inspirer des nouvelles initiatives créatives" ou comment les derniers mouvements de tendances affectent la création et créent de nouvelles sources d'inspiration pour les marques ?
 
Invités :
- Christophe Adam, Fondateur de l'Eclair de Génie
- Karl Saffré, Golbal identity design de Renault groupe
 
Programme :
8h30 accueil
9h-10h30 : Conférence, table ronde et échanges avec les invités
 
Lieu : Palais Brongniart, 28 Place de la Bourse - 75002 - Paris
Inscription : teresa.fratacci[at]brandunion.com
 

 

agenda de l'innovation

23 Juin: Scénarios pour une nouvelle école

Le Collège des Bernardins organise le jeudi 23 juin 2015 de 9h à 17h une journée pour repenser l'école.  Qu’est-ce qu’une école efficace et équitable au XXIème siècle ? Sous quelles formes peut-on l'imaginer ?
 
En France, comme le montrent les enquêtes nationales et internationales et ce, malgré de très nombreuses réformes, l’échec scolaire ne régresse pas et la proportion de jeunes très performants  se réduit, tandis que l’école n’arrive pas à limiter les inégalités sociales, au contraire.
 
Le système est à deux vitesses : l'une excellente pour l'élite, l'autre défaillante pour un grand nombre de jeunes laissés-pour-compte. Le système souffre-t-il de dysfonctionnements, et dans ce cas on peut encore le réformer, ou bien ses structures sont telles qu’il est irréformable ? C'est à cette seconde solution que le Séminaire "Ecole et République" s'est rangé après 18 mois de travaux.
 
Selon lui, un tout nouveau système doit être construit sur des bases nouvelles permettant le succès de tous, de sorte que l'Ecole républicaine et l'égalité des chances puissent devenir des réalités.
Le colloque réfléchira aux voies et moyens de créer cette nouvelle école pour le siècle présent, à travers cinq tables rondes :
- Diagnostic des performances du système  : Comment les indicateurs d'efficacité, d'efficience, d'équité et d'engagement et en les regroupant un indicateur global de qualité permettent-ils de mieux gérer le système éducatif ?
- Finalités et objectifs du système éducatif : A partir des finalités que le séminaire a identifiées, quels sont les objectifs qu'il convient de fixer au système éducatif 
- Régionalisation et autonomie : Quelle décentralisation et quelle autonomie des établissements permettraient-elles de rendre le système éducatif plus efficace ?
- Le métier d’enseignant revisité : Trois questions seront abordées : vers la fin du corps enseignants ? Quelle professionnalité enseignante faut-il et comment former les enseignants aujourd’hui ?
- Prospective numérique : Chacun des scénarios pour une nouvelle école sera interrogé à la lumière du numérique et permettra de voir en quoi le numérique change l’école.
Séminaire codirigé par Gemma Serrano et Bernard Hugonnier.
 
 
 
Lieu : Grand auditorium - Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy - 75005 Paris
 

 

agenda de l'innovation

28-30 Juin : 1er Biotop Festival

L’association Demain Saint-Emilion a pour objectif de promouvoir l’éducation et la sensibilisation au respect de l’environnement et du patrimoine. Elle organise un événement d’ampleur Nationale : le 1er « Biotope festival », à Saint-Emilion, du 28 au 30 juin 2016, avec la participation exceptionnelle de Nicolas Hulot.
 
Les 28, 29 et 30 juin prochains, le village de Saint-Émilion accueillera la première édition du BIOTOPE FESTIVAL dont le thème 2016 sera "Notre avenir dans l'environnement de demain".
L’Association, créée en avril 2016 par Catherine Lignac, viticultrice et Madina Querre, anthropologue en santé publique, a pour objectif de promouvoir l’éducation et la sensibilisation au respect de l’environnement et du patrimoine dans la Communauté des Communes du Grand Saint‐Emilionnais. Elle a pour cible prioritaire les enfants.
Deux grands axes d’actions sont engagés :
‐des actions annuelles et de long terme : état des lieux des pratiques en cohérence avec le respect de l’environnement au sein de la CDC réalisé par les enfants, webradio animée par les enfants, journée des haies de protection des écoles, concours de fabrication de maisons à insectes, participation aux familles à énergie positive, à Mon Restau Responsable de la Fondation Nicolas hulot, Commission des enfants pour la protection de l’environnement, …
‐une action annuelle plaçant le Grand Saint‐Emilionnais au cœur de la prévention via des rencontres sur la protection de l’environnement et du patrimoine : le Biotope Festival.

Le programme

•             Ouverture : conférence de Nicolas Hulot le mardi 28 juin à 20h30, Espace Guadet.
•             Après‐midi de tables rondes :
 
-              Le 29 juin à 14h30, salle des Dominicains
-              Pratiques viticoles et environnement
-              Avec Bernard Farges, président du Conseil interprofessionnel des Vins de Bordeaux (CIVB), Antoine Lepetit de la Bigne, expert en biodynamie, 1 vigneron en viticulture bio, 1 vigneron en viticulture conventionnelle, 2 modérateurs : Anne‐Sophie Novel (à confirmer) et Claude Raynaut Anthropologue CNRS (à confirmer)
-              Alimentation de proximité avec ou sans emballage
-              Avec des responsables de cantines, des fournisseurs alimentaires, des producteurs locaux‐bio, 2 modérateurs: Anne‐Sophie Novel (à confirmer) et Patrick Lapouyade, directeur du Centre Permanent d’Initiatives pour l’Environnement (CPIE).
 
•             Soirée de clôture 30 juin à 20h30, en partenariat avec les Grandes heures de Saint Emilion : Concert‐Projection vidéos avec le pianiste Mikhaïl Rudy au château Pavie Macquin.
 
Réservation : lesgrandesheuresdesaintemilion[at]gmail.com
 
 

 

Loading...
Loading...