UP' Magazine L'innovation pour défi

21-25 Juillet : XXIXes Rencontres de Pétrarque sur France Culture

France Culture, en collaboration avec le journal Le Monde, organise du 14 au 18 Juillet 2014, de 17h30 à 19h30 en public à Montpellier, des rencontres sur le thème "De beaux lendemains ? Ensemble, repensons le progrès".

Une semaine de table-rondes animées par Emmanuel Laurentin(France Culture) et Jean Birnbaum (Le Monde) autour du thème « De beaux lendemain ? Ensemble, repensons le progrès », précédées le 14 juillet d’une leçon inaugurale prononcée par le lauréat du Prix Pétrarque de l’Essai.

Diffusion sur France Culture du 21 au 25 juillet de 21h00 à 22h.

Programme 

- lundi 14 juillet : Leçon inaugurale par Thomas Piketty
Lauréat du Prix Pétrarque de l'essai France Culture - Le Monde pour son livre « Le Capital au XXIème siècle » (Seuil)

- mardi 15 juillet : La politique peut-elle se passer de l'idée de progrès ?
Qui pense encore à se réclamer du parti du progrès ? Cette référence était pourtant, jusqu’il y a peu, indispensable à toute théorie politique. Les « forces de progrès » placées à gauche le disputaient aux « démocrates de progrès » traditionnellement classés à droite. Quelle politique, pourtant, peut se passer de cette ambition ! Comment repenser le progressisme ?
avec Cécile Duflot, Etienne Klein, Blandine Kriegel

- mercredi 16 juillet : La révolution technologique nous promet-elle un monde meilleur ?
Vingt ans après l’invention du Web, l’enthousiasme des pionniers a été grignoté par le scepticisme. Les réseaux ont permis une croissance économique fondée sur l’accès rapide à l’information et permis à une nouvelle économie de la connaissance de voir le jour, mais les soupçons d’une surveillance accrue des citoyens et de l’exploitation massive des données personnelles par des sociétés privées ou des Etats provoquent le débat. D’autant que certains promoteurs de ces technologies développent une nouvelle vision de l’homme, connecté et augmenté, le transhumanisme. Comment concilier technologie et progrès ?
Avec Jean-Michel Besnier, Christophe Bonneuil, Jérôme Clément, Agnès Guillot

- jeudi 17 juillet : Déclin de l'occident : d'où viendra le progrès ?
Depuis le XVIII e siècle, l’Europe puis les Etats-Unis s’étaient habitués à imposer au reste du monde leur vision du progrès technique, social et politique. Les critiques du progrès dans le monde occidental et la ré-émergence récente de nouveaux acteurs internationaux ont contribué à mettre en doute ce modèle de développement : faut-il chercher en Inde, en Chine ou en Afrique d’autres visions du progrès ?
avec Jean-Joseph Boillot, Pacal Bruckner, Geneviève Fraisse, Thanh Nghiem

- vendredi 18 juillet : Peut-on remettre l'économie au service du progrès ?
Depuis la crise de 2008, les critiques d’une économie purement spéculative sont désormais un discours partagé, y compris dans la bouche des dirigeants internationaux. Dans les faits, c’est moins clair. Les enjeux environnementaux combattent désormais efficacement l’idée d’une croissance à toute force. Comment concilier demain progrès économique, social et écologique ?
avec Elie Cohen, Jean-Marc Daniel, Gérard Dumenil, Axelle Lemaire.

5-6 septembre : 24 h chrono de l'entrepreneuriat

Une journée et une nuit pour créer une entreprise ! Pour la 4ième année, l’ANRT et NOVANCIA organisent les 24H chrono de l’entrepreneuriat pour les doctorants Cifre, formation-action visant à mettre de jeunes chercheurs en situation de création d’entreprise.

Objectif : désacraliser l’entreprenariat en le pratiquant en équipe dans des conditions inoubliables, permettant aux doctorants de conjuguer leurs connaissances scientifiques avec l’audace de la création d’entreprise.
Les doctorants appréhendent la création d'entreprise par une formation - action, où ils apprennent en faisant et où ils peuvent mettre en application de façon quasi-immédiate, les données et informations pédagogiques et théoriques dispensées par les coachs qui les accompagnent dans leur démarche. Le temps limité (24 heures) met en exergue la prise de risque, la prise de décision, qui se révèlent être les dimensions "challenge" de l'opération. Les participants, dans ce contexte particulier apprennent aussi à se connaître eux-mêmes et à pousser leurs propres limites.

Dix équipes de sept doctorants vont concourir durant 24 heures non-stop pour proposer, à un jury d’industriels et de spécialistes de la création, des projets d’entreprises viables s’appuyant sur leurs connaissances scientifiques. Chaque projet est jugé sur la qualité du plan d’affaires, la crédibilité de l’idée et la maturité de sa présentation par l’équipe.

Les lauréats feront, comme chaque année, un voyage d’étude de quelques jours à Cambridge pour présenter leur projet au Centre for Enterprise Development & Research (CEDAR) de l’université d‘Anglia Ruskin et réaliser un travail coopératif avec les étudiants en master.

Parmi les précédentes éditions, certains « docteurs Cifre » ont créé leur propre entreprise. Plusieurs d’entre eux seront présents pour témoigner.
Venez les rencontrer les 5 et 6 septembre 2014 et partager avec nous cette aventure !

Lieu : NOVANCIA, 3 rue Armand Moisant, 75015 Paris / Métro Montparnasse.
Programme complet sur : www.anrt.asso.fr – espace Cifre/entrepreneuriat
Contact : Mme Clarisse ANGELIER – ANRT - Chef du service CIFRE / angelier[at]anrt.asso.fr

Cette opération est réalisée avec le soutien de la Caisse des Dépôts, des institutions et des entreprises privées.

10-12 Septembre : Quelle justice sociale à l'heure de la transition énergétique ?

« Transition énergétique » : depuis quelques années l’expression fait florès en Europe (e.g. L’Energiewende en Allemagne, le débat national sur la transition énergétique en France) et ailleurs, comme la réponse au double défi posé par le réchauffement climatique et par les pics énergétiques.
Mais, derrière un quasi-consensus sur la nécessité d’une telle transition, demeure l’idée que, face à l’urgence immédiate de l’emploi et du remboursement des dettes, il vaut mieux profiter de ‘l’aubaine’ des gaz de schistes, attendre d’en savoir plus sur les risques climatiques et travailler à ce que le nucléaire devienne une technologie intrinsèquement sûre. Dans un contexte de crise économique et financière, les gouvernements ne désirent pas faire peser des charges supplémentaires sur des ménages et des entreprises déjà fragilisés. Ce constat vaut à la fois pour les pays « développés » et pour les pays « émergents » qui redoutent de voir freiner leur sortie de la pauvreté.
Pourtant, l’inaction n’empêchera pas l’avènement d’inégalités sociales plus grandes encore : en attestent la montée de la précarité énergétique en Europe comme les revendications d’accès aux ressources naturelles portées par les plus marginalisés dans les pays du Sud. Le contexte dans lequel s’inscrit la transition énergétique – celui d’une crise écologique – questionne nos principes de justice sociale.
D’une part, les enjeux énergétiques mettent en relief des inégalités existantes, au sein des pays (en termes de mobilité, de logement…) comme entre pays – certains consommant aux dépens d’autres qui en subiront les conséquences – et entre générations présentes et futures.
D’autre part, les politiques envisagées dans un but de financement, de maîtrise ou de réduction de la demande d’énergie ont des impacts sociaux qui, sans une attention accrue, risquent d’exacerber des inégalités déjà présentes ou de créer de nouvelles poches de pauvreté.
Ce colloque se structure donc autour de cette conviction : la réflexion d’un projet de transition énergétique viable suppose de comprendre les problèmes de justice sociale qu’elle soulève. L’enjeu est de dépasser les discussions technicistes actuelles sur la transition énergétique et de mettre en débat les questions de justice sociale sous-jacentes.

Programme

- Jour I : 10 Septembre 2014 /TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DES BOULEVERSEMENTS DEVANT NOUS

14h : Ouverture du colloque et introduction
14h30 - 15h45 : Plénière A : 100 ans d’histoire de l’Energie
Une perspective historique : l’énergie au coeur de la révolution industrielle, quels bilans ? Quelles perspectives ? Quels scénarios pour la transition énergétique en Europe?
Nebojsa Nakicenovic, professeur d’économie de l’énergie à l’université des technologies de Vienne, membre du GIEC

15h45 - 16h15 : Pause

16h15 - 18h30 : Plénière B : l’énergie, révélatrice de précarités
Quels problèmes sociaux la transition énergétique soulève-t-elle ? En Europe on parle de plus en plus de «précarité énergétique». Est-elle distincte de la pauvreté ? Quels en sont les visages? Quelles vulnérabilités pour les pays producteurs ?
Diffusion d’un support audiovisuel réalisé par le Secours Catholique.
Pablo Solon, directeur de Focus on the Global South
Anousheh Karvar, inspectrice à l’IGAS, ancienne secrétaire nationale de la CFDT
Fabien Tocqué, Chef de Projet à la Croix-Rouge Française
Membres de l’association Magdala
Modération : Jean Merckaert, rédacteur en chef de la Revue Projet
Conclusion par Sylvain Lavelle au nom du comité scientifi : comment la transition énergétique interroge-t-elle les principes de la justice sociale?

19h - 20h : Cocktail

- Jour II : 11 Septembre 2014 / MATINEE : QUAND L’ÉNERGIE EXACERBE LES INÉGALITÉS

9h - 11 h : Ateliers en parallèle
Atelier 1 : Dépenses d’énergie dans le logement et logiques de marché
Quel est le rôle des mécanismes de marché foncier et immobilier dans l’essor de la «précarité énergétique»? Sur quels leviers agir ? Comment organiser la filière de la rénovation pour la rendre accessible aux plus démunis ? Comment les associations et acteurs privés accompagnent-ils ces ménages ?
Vincent Renard, économiste à l’Iddri/ Sciences Po
Bertrand Lapostolet, chargé de programme à la Fondation Abbé Pierre
Jacques Llados, représentant du club de l’amélioration de l’habitat
Guillaume Christen, sociologue de l’environnement, université de Strasbourg
Modérateur : Eric Lagandré, chargé de projet à l’Agence nationale de l’habitat

Atelier 2 : Comment garantir la mobilité de tous ?
Comment s’émanciper de la voiture individuelle sans fragiliser à court terme les plus démunis ? Quelles politiques d’accompagnement et d’aménagement du territoire émergent pour contrer cette dépendance à long terme ? Entre société hyper-mobile et immobile, les contours d’un droit à la mobilité sont-ils à dessiner ?
Jean-Pierre Orfeuil, professeur d’aménagement à l’Institut d’Urbanisme de Paris
Bénédicte Tilloy, directrice SNCF- Transilien
Sandrine De-boras, responsable innovation France Transdev
Audrey Berry, doctorante en économie, Cired
Modérateur: Bertrand Hériard Dubreuil, directeur du CERAS

Atelier 3 : L’énergie contre l’alimentation ?
Comment gérer les conflits d’utilisation des terres entre production alimentaire et énergétique? Face à une augmentation des prix de la production agricole, va-t-on devoir choisir entre le revenu des agriculteurs pauvres et celui des consommateurs pauvres ? Quelles sont les alternatives pour sortir de ces dilemmes ?
Michel Petit, associé à l’Institut Agronomique Méditerrannéen de Montpellier
Geneviève Savigny, membre de la Coodination européenne Via Campesina
Almuth Ernsting, co-directrice de Biofuelwatch
Modérateur : Michel Griffon, président de l’AIE

11 h - 11h30 : Pause
11h30 - 13h Plénière C : la société de consommation en question
La transition énergétique interroge le mode de vie des sociétés occidentales inextricablement lié à une énergie abondante et peu chère. La consommation, ancrée dans les habitus, constitue aussi un moyen de distinction et l’expression d’un statut social. À quel imaginaire fait appel une société plus sobre ? Quels modes de vie, quels modèles économiques et sociaux inventer dans le respect des générations présentes et à venir ?
Dominique Méda, professeure de sociologie à l’université Paris-Dauphine Matthieu Calame, directeur de la Fondation Pour le Progrès de l’Homme Daniel Maciel, représentant de l’association Magdala
Bénédicte Madelin, ancienne directrice de Profession Banlieue
Modérateur: Philippe Frémeaux, éditorialiste à Alternatives Economiques, président de l’Institut Veblen

13h - 14h Pause déjeuner

APRES-MIDI : LES CHOIX POLITIQUES À L’EPREUVE DE LA JUSTICE

14h - 16 h ateliers en parallèle
Atelier 4 : Quelles transitions professionnelles ?
On souligne régulièrement l’énorme potentiel de création nette d’emplois de la transition énergétique. De quels types d’emplois et métiers parle-t- on ? À qui sont-ils destinés et quelles qualifications exigent-ils ? Comment gérer les reconversions d’emplois à court terme ?
Anabella Rosemberg, Confédération Syndicale Internationale
Philippe Quirion, directeur de recherche CNRS au Cired
Christophe Rynikiewiecz, chercheur du groupe énergie de l’université de Sussex, Modérateur : Thibault De Jaegher, directeur de la rédaction de L’Usine Nouvelle

Atelier 5 : La fiscalité, levier incontournable de la transition énergétique
Les mutations impliquées par une transition énergétique renforceront nécessairement les tensions entre justice sociale, pouvoir d’achat, compétitivité et emploi. Comment la fiscalité peut-elle être un des leviers possibles pour alléger ces tensions? Comment la concevoir comme élément de nouveau compromis social?
Susanne Ackerfeldt, conseillère au ministère des finances suèdois
Aldo Ravazzi Douvan, conseiller au ministère de l’environnement italien
Guillaume Sainteny, maître de conférences à l’Ecole polytechnique*
Cédric Rio, docteur en philosophie, université de Poitiers
Modérateur : Bernard Perret, ministère de l’environnement, du développement durable et de l’énergie

Atelier 6 : Mix énergétique : tech- nologies controversées et régulations non stabilisés
Au-delà des controverses technologiques, le secteur de l’énergie est soumis à des évolutions majeures des systèmes de régulation qui l’encadrent. Quels moyens pour dépasser les sources de crispations de ce débat ? Quels sont les intérêts de systèmes donnant plus de place aux dynamiques territoriales ? Quels obstacles s’y opposent ?
Dominique Finon, directeur de recherche CNRS au Cired
Gilles Vermot Desroches, directeur du développement durable chez Schneider Electric
Andreas Wieg, président de la fédération allemande des coopératives d’énergie citoyennes
Meyer Teva , doctorant à l’Institut Français de Géopolitique
Modérateur : Jean-Charles Hourcade, directeur de recherche CNRS, directeur d’études EHESS

16h - 16h30 : Pause
16h30 - 18h Plénière D : la démocratie au défi de la transition
La transition énergétique interroge nos modes d’organisation collectives, nos modes de gestion des ressources ainsi que leur juste redistribution. Quels acteurs pèsent rééllement sur ces décisions ? Quelles sont les procédures pour mettre en débat les options, les controverses et les initiatives à prendre? Quelles expérimentations sociales peuvent nous éclairer sur le lien entre le court, le moyen et le long terme de la transition ?
Andrew Dobson, professeur de Science Politique à l’université de Keele
Patrice Le Roué, représentant de la CFTC
Catherine Larrieu, ancienne chef de la délégation au développement durable, ministère de l’écologie et du développement durable
Nicolas Benvegnu, sociologue, chercheur au Medialab (Science Po Paris) Modérateur : Jade Lindgaard, journaliste à Mediapart

Jour III : 12 Septembre 2014 / MATINEE : UN NOUVEAU SYSTÈME À INVENTER ?

9h - 11 h Ateliers en parallèle
Atelier 7 : La difficile équation financière de la transition énergétique
La transition énergétique requiert des investissements importants tant du côté de la production que de la maîtrise de l’énergie. Impôts, épargne des ménages, création monétaire et dettes : sur quels leviers de financement s’appuyer ? Comment les populations précaires sont- elles intégrées à ces montages ? Quelle place donner aux citoyens de plus en plus demandeurs d’un sens donné à leur épargne ?
Gaël Giraud, directeur de recherche CNRS, Ecole d’Economie de Paris
Pierre Ducret, PDG de la Caisse des dépôts et Consignations Climat
Jakob Mueller, chef de projet à la GLS Bank*
Modérateur: Jean Merckaert, rédacteur en chef à la Revue Projet

Atelier 8 : Comment assurer un accès à l’énergie pour tous ?
Comment garantir l’accès de tous aux services énergétiques essentiels si la transition énergétique implique une hausse des coûts de l’énergie? Par quels principes tarifaires et politiques non tarifaires? Par quelles réformes du statut du marché dans la régulation de l’énergie ? Quels sont les liens à établir avec les politiques d’ensemble de prévention de la précarité sociale ?
José Ignacio Pérez Arriaga professeur d’économie à l’université Pontificale Comillas
Catalina Duque Gomez, doctorante en aménagement au LATTS
Michel Astruc, médiateur de GDF Suez
Rachel Guyet, chercheure au CERI/ Sciences po
Modérateur : Sandrine Mathy, chercheure en economie, PACTE-

Atelier 9 : Transition énergétique: penser l’interdépendance européenne
Dans quelle mesure la politique communautaire peut-elle devenir un point d’appui pour harmoniser progressivement les initiatives nationales de transition énergétique ou au contraire exacerber les tensions qui existent ? A quel niveau et sur quels domaines la coordination de l’Europe serait nécessaire et bénéfique ?
Christian Egenhofer, chercheur au CEPS, Bruxelles
Dominique Maillard, president du directoire de RTE
Claire Roumet, directrice générale de Energicities
Luminita-Anda Mandache, doctorante en sociologie à l’université d’Arizona
Modérateur : Jean-Charles Hourcade, directeur de recherche EDDEN CNRS, directeur d’études EHESS

11 h - 11h30 : Pause

11h30 - 13h Plénière E : Justice sociale et transition énergétique à la veille de la COP21 (Paris, 2015)
Comment les spécificités de l’UE peuvent accélerer ou freiner une transition énergétique équi- table au niveau supranational ? Comment éviter les risques d’inaction et de paralysie politique résultant d’un discours trop consensuel au niveau international ?
Youba Sokona, conseiller spécial développement soutenable au Centre Sud
Cécile Renouard, philosophe, directrice de recherche à l’ESSEC
Pablo Solon, directeur de Focus on the Global South
Pascal Canfin, ancien ministre français du développement
Modérateur : Jean Hugé, directeur de recherche à l’Institut d’Environnement et de Développement Durable de l’Université d’Anvers.

Jour III : 12 Septembre 2014  /APRÈS-MIDI : VERS UN NOUVEAU MODÈLE

13h-14h : Pause déjeuner
14h - 16h : Plénière F : Séance de clôture : Transition énergétique et justice sociale, que pouvons- nous conclure ?
Michel Griffon, président de l’Association Internationale pour une Agriculture Ecologiquement Intensive.
Bernard Perret, ministère de l’Environnement, du Développement Durable et de l’Energie.
Jacques Haers, professeur de théologie à l’Université Catholique de Louvain
16h - 16h30 : REMERCIEMENTS DE MARC ROTSAERT, président de Scribani.

Organisation 

Le Ceras organise cette conférence dans le cadre du réseau jésuite européen Scribani. Le Ceras (Centre de Recherche et d’Action Sociales) est une association de loi 1901. Sa finalité principale est de promouvoir et de développer une réflexion sur les questions politiques, économiques et sociales en veillant au respect de justice sociale. Son activité se répartit autour de trois missions : accompagner les ONG engagées dans le champ social, mettre en débat les questions qu’elles portent, les former dans ses champs de compétence. Le Ceras édite la Revue Projet qui porte en particulier le souci du sort des plus fragiles et de l’avenir de la planète, de la vitalité démocratique comme des équilibres économiques et sociaux, en France, en Europe et dans le monde. Elle se veut un lieu d’échange à la fois rigoureux et accessible.

Comité scientifique :

Jean-Pierre Bompard - Vice-président Humanité et Biodiversité
Renaud Crassous – Chercheur en économie EDF
Gaël Giraud - Directeur de recherche CNRS, membre du Centre d’Economie de la Sorbonne, du LabEx REFI (Régulation Financière) et de l’Ecole d’Economie de Paris Pierre-Noël Giraud - Professeur d’Economie aux Mines-Paris Tech
Michel Griffon- Agronome du Cirad, président de l’Association internationale pour une Agriculture Ecologiquement Intensive.
Bertrand Hériard Dubreuil - Directeur du Ceras
Jean-charles Hourcade - Ex-directeur du CIRED, directeur de recherche CNRS, directeur d’Etudes EHESS
Eric Lagandré - Chargé de mission à l’Anah
Aurore Lalucq - Co-directrice de l’Institut Veblen
Hervé Le Treut - Directeur du laboratoire de météorologie de l’Ecole Normale Supérieure
Sandrine Mathy - Chercheure en économie au CNRS – PACTE EDDEN
Jean Merckaert – Rédacteur en chef de la Revue Projet
Bernard Perret- Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable et de l’Energie
Sylvain Lavelle - Responsable Centre Ethique, Technique, Société de l’ICAM
Jean Hugé - Directeur de recherche à l’Institut d’Environnement et de Développement Durable de l’Université d’Anvers.

Lieu : Centre Sèvres, 35 bis, rue de Sèvres, 75006 Paris

www.ceras-projet.org/transition

11 Septembre : séminaire Aristote, "L'Innovation, vision globale et sociétale"

Le prochain séminaire Aristote, "L'Innovation, vision globale et sociétale", organisé par Bernard Monnier (Président de MIM), se tiendra le jeudi 11 septembre de 9h à 18h. 

Ce séminaire n’est pas une journée pour parler une fois de plus d’innovation ; non, elle sera consacrée à délivrer des clés pour sa mise en œuvre, le « comment faire » primera sur le « quoi faire ».

Ce mot « innovation » est utilisé pas tous, à tout moment, dans tous les bilans et rapports des sociétés du CAC 40 notamment, il en devient galvaudé, peu s’accordant sur la même définition.

Et pourtant, l’innovation est très souvent citée comme stratégie essentielle pour répondre au besoin de compétitivité de notre tissu d’entreprises en France, afin de leur donner les moyens de croissance dont on a besoin pour maintenir et créer les emplois de demain.

Elle doit être ouverte, c’est-à-dire ne plus réaliser les produits et services par les seules ressources internes à l’entreprise mais au moyen de compétences externes, elle ne proviendra plus uniquement d’une fonction R&D interne à une société. Elle sera le fruit d’une collaboration entre acteurs aussi différents que des start-up, des TPE, PME, ETI, grands groupes, centres de Recherche publics et privés, universités. Le France dispose d’atouts importants grâce au niveau élevé de sa Recherche publique, aussi faudrait-il qu’elle soit capable de valoriser les résultats obtenus dans des domaines très divers et souvent complémentaires et que les entreprises jouent le jeu et les aident à réussir ces challenges, créateurs de richesse pour l’entreprise, une région, un pays.

La Recherche se place très en amont du processus d’innovation. Innovation et Recherche sont des domaines éloignés l’un de l’autre, nécessitant un processus spécifique pour gérer cette association risquée si elle n’est pas anticipée.

Par conséquent, vouloir relier ces deux espaces, Recherche et Innovation, est ambitieux. Certains le font mais la plupart des chercheurs ont du mal à valoriser leurs travaux de Recherche (ce n’est bien souvent pas leur objectif prioritaire). Les entrepreneurs ne perçoivent pas suffisamment les académiques comme une communauté capable de répondre aux besoins business auxquels ils sont confrontés au quotidien. Ce rapprochement est pourtant nécessaire pour acquérir une position internationale forte et créer les innovations de ruptures dont on a bien besoin. Les start-up, les PME, les grands Groupes doivent être capables de tirer profit de la Recherche publique pour améliorer leurs offres existantes mais aussi et surtout pour imaginer les produits et services de rupture pour demain. Il faut donc renforcer les liens entre des organisations très différentes en taille, en gestion avec des visions, des objectifs bien différents : il faut collaborer entre structures publiques et privées, chacun a un rôle important à jouer. Nous essaierons donc d’en faire prendre conscience au public et en apporter la preuve lors de cette journée.

Ce n’est pas tant les financements qui font défaut que les méthodes pour parvenir à innover. Les questions auxquelles nous tenterons d’apporter des éléments de réponse, sont par exemple les suivantes :

- comment valoriser la Recherche ?
- comment mettre en œuvre des collaborations entre organisations publiques et privées, créer un lien entre recherche et innovation ?
- comment les partenariats stratégiques peuvent-ils créer de la valeur dans cet écosystème ?
- comment chacun peut-il être un acteur du changement radical de stratégie qu’il nous reste à créer ?
- quel est le regard des PME sur ce nouvel écosystème à construire ?

Programme complet

Lieu : Ecole Polytechnique - Palaiseau - Amphithéâtre Becquerel 

16 Septembre : La République a-t-elle oublié son école ?

Les Mardis des Bernardins propose une conférence le 16 septembre 2014 de 20h à 21h45 sur le thème "La République a-t-elle oublié son école ?"

En comptant le nombre d'élèves qui échouent en classe, on peut le croire. En observant que, en France, l'impact du milieu familial sur les résultats scolaires est le plus élevé de tous les pays de l'OCDE, on peut sérieusement s'inquiéter, et ce d'autant que les conséquences, tant pour les personnes concernées que pour la société et l'économie, sont dramatiques.

L'égalité des chances n'est-elle pas un leurre, la promotion sociale grâce à l'école un mirage, l'école républicaine un mythe ? Comment faire pour reconstruire cette dernière ?
C'est à ces questions que ce Mardi des Bernardins tentera de répondre.

Lieu : Grand auditorium - Collège des Bernardins, 20 rue de Poissy - 75005 Paris / 01 53 10 74 44
Tarif plein : 5 € / Tarif réduit : 3 €

Inscription

16 Septembre : Techno-Dating "Materiaux de demain"

Le pôle de compétitivité Fibres, en partenariat avec les SATT "Connectus Alsace" et "Grand Est", vous invitent au Techno Dating du 16 septembre prochain à Strasbourg.

Les tendances actuelles, soutenues par l'évolution des réglementations, font de la performance énergétique un critère de recherche déterminant dans l'élaboration de matériaux innovants. 
Le Grenelle de l'Environnement a incité la France à mettre en place des mesures qui accompagneront le pays, pour les décennies à venir, dans sa mutation écologique. L'ensemble de ce travail sur l'orientation énergétique de la France s'est traduit concrètement par le vote des lois Grenelle I et II. Ces deux lois servent désormais de socle pour l'élaboration de l'ensemble des mesures nécessaires à la mise en place de la politique énergétique de la France, et notamment les principes de la RT 2012.
Les buts affichés sont clairs : les constructions de nouveaux bâtiments, qu'ils soient destinés aux logements où à une activité tertiaire, devront être construits selon des normes de performance énergétique élevées. Isolation, matériaux de construction, il s'agit de repenser complètement les habitudes qui ont régi l'industrie de la construction les trois dernières décennies. Les fabricants d'isolants ont développé des matériaux totalement inédits depuis quelques années, améliorant de façon drastique la conductivité thermique.

Le greffage de nanotubes de carbones sur fibres de renfort, le soudage du bois par friction, l'assemblage couche par couche de nano-revêtements multifonctionnels… Voici quelques-unes des huit innovations qui seront présentées lors du 20e Techno-Dating "Matériaux de demain".

Afin d’accélérer le transfert de technologies et mieux répondre aux besoins des entreprises, le Pôle FIBRES s’est entouré de Connectus et de Grand Est, deux Sociétés d’Accélération du Transfert de Technologies (SATT), pour cibler les technologies les plus près du marché et rapidement transférables. 

De 8h30 à 17h cette journée invite les industriels " à cibler les technologies les plus près du marché et rapidement transférables ". Elle débutera par des exposés de chercheurs et se poursuivra par des rendez-vous de 15 min en tête-à-tête entre les scientifiques et des entreprises du Pôle afin d'envisager des applications industrielles.

Programme 

www.polefibres.fr

25 septembre : Escale à Paris pour le Quintiq World Tour

Quintiq réunira le 25 septembre 2014 à Paris des leaders d'opinion et des experts de l’industrie pour échanger sur le thème « Planifier pour être efficace »

Quintiq, chef de file mondial sur le marché des solutions de planification et d’optimisation de la Supply Chain (SCP&O), parcourt depuis mars les routes du globe à l’occasion de son « World Tour ». En France, Quintiq vous donne rendez-vous le 25 septembre prochain au dernier étage de la Tour Montparnasse pour une soirée unique d’échanges et de networking sur les opportunités d'amélioration des décisions stratégiques.

Longtemps considérée comme un « mal nécessaire » sous la responsabilité de quelques spécialistes isolés, la planification est aujourd’hui clairement identifiée comme un facteur clé de la performance industrielle. Fortes de ce constat, nombreuses sont les entreprises qui se demandent :
• Comment prendre des décisions stratégiques avec une visibilité limitée ? Faut-il planifier pour définir la stratégie d’entreprise, ou simplement pour la mettre en application ?
• Comment la planification impacte-t-elle la performance opérationnelle ? Comment complète-t-elle des initiatives d’amélioration continue, telles que le Lean Management ?
• Jusqu’où aller dans la transparence et la collaboration entre les différents acteurs de la Supply Chain pour maximiser l’efficacité globale ?
• Quels sont les risques liés à la mise en œuvre d’un nouveau processus de planification ? Quels résultats peut-on en attendre ?

Industriels et experts prendront tour à tour la parole pour partager leur vision. L’occasion d’échanger sur les « bonnes pratiques » en matière de planification, d’apprendre d’experts reconnus comment atteindre l’efficacité et de mesurer les opportunités de croissance inexploitées dans son domaine d’activité.

Seront présents pour animer les conférences et la table ronde : Barbara Kux, Membre des Conseils d'Administration de groupes industriels et ‘Global Leader of Tomorrow’ au Forum économique mondial de Davos, Henri Beringer, Directeur Général de Quintiq France, Thibaud Des Dorides, Directeur de projet au sein de Radio France et Cathy Polge, Co-fondatrice et Rédactrice en chef de Supply Chain Magazine.

Inscription

25 Septembre : Nanoproduits, comment éclairer les consommateurs ?

Le Forum NanoResp organise une conférence le 25 septembre de 18h à 20h30 sur le thème "Nanoproduits : Comment éclairer les consommateurs ?"

Plus de 1 600 produits de consommation contenant  des nanomatériaux ou nanotechnologies ont été commercialisés à l’échelle mondiale, près de 500 sur le marché européen. Le nanomatériau le plus utilisé est le nano-argent, suivi du dioxyde de titane et des nanotubes de carbone.
Pour le consommateur, le moyen le plus direct d’identifier la présence de nanomatériaux est l’étiquette des emballages. Or la réglementation n’impose la mention [nano] que pour les cosmétiques et les biocides, et pour les aliments à partir de décembre 2014. Le seuil imposant cette mention exclut les matériaux de plus de 100 nanomètres.

Dans ce contexte, comment le consommateur peut-il s’y retrouver ? Quel est l’effet des étiquettes [nano] sur le choix des produits ? Par quelles informations compléter cet étiquetage ? Que pourrait signifier l’étiquetage [No nano] ? Quelles sont  les pistes pour une meilleure information des citoyens ?

Lieu : à déterminer

Inscription

A propos du Forum NanoResp
Le Forum NanoRESP propose à tout public intéressé une réflexion ouverte, non polémique mais critique sur les nanotechnologies et les nanomatériaux. 
Partant des préoccupations des diverses parties prenantes, ce dialogue propose de mettre en partage les connaissances, les initiatives concrètes, les incertitudes et les attentes liées à ce domaine pour questionner les usages, les bénéfices et les risques des « nanoproduits » au regard des alternatives existantes. Il s'agit aussi d’examiner comment les différents acteurs concernés assument leurs responsabilités.

Le Forum NanoRESP est porté par un comité de pilotage réunissant des industriels concernés, des chercheurs, des citoyens, des journalistes et des représentants d’associations.
Le forum effectue un travail d’écoute et d’anticipation pour encourager au sein et autour des différentes filières industrielles l’attention au cycle de vie des produits et à leurs valeurs sociales.

www.nanoresp.fr

26-28 septembre : 17ème édition de l’opération Nettoyons la Nature

Un rendez-vous avec la nature, les 26, 27 et 28 septembre 2014 : E. Leclerc relance son opération "Nettoyons la Nature", suite au succès des années précédentes. Pendant trois jours, le distributeur appelle les citoyens à venir dépolluer certains sites.

Initiée par les centres E.Leclerc, cette opération d’envergure nationale est devenue une importante mobilisation européenne en faveur de la protection de l’environnement ; elle rassemble chaque année des centaines de milliers de bénévoles à travers toute la France.
Durant trois jours, les participants se retrouvent pour nettoyer des sites urbains ou naturels de leurs déchets et faire ainsi de chaque espace de vie, un environnement propre où la nature reprend ses droits.
Pour rappel, en 2013, l’opération a battu son propre record avec la participation de 531 448 bénévoles mobilisés pour 19 800 sites de nettoyage, répartis dans toute la France et 800 tonnes de déchets récoltés. Cette année, combien seront-ils ?

Comment s’inscrire et participer ?

Inscriptions sur le site internet nettoyonslanature.com ou par téléphone au 09 69 399 400 jusqu'au 17 aôut 2014.
Une fois l’inscription effectuée, chaque bénévole reçoit un courrier qui lui permet de retirer son kit de nettoyage (août/sept), spécialement conçu pour l’opération, et disponible dans le centre E.Leclerc le plus proche de son domicile.

Pour obtenir des informations complémentaires ou télécharger des outils pédagogiques sur l’environnement et la gestion des déchets, rendez-vous sur le site nettoyonslanature.com ou sur la page facebook.com/nettoyonslanature.

1er Octobre : Humanité digitalisée, entreprise augmentée

Sciences-Po organise une conférence le 1er octobre de 17h30 à 19h30 sur le thème de la "Transformation des organisations à l'ère digitale : comprendre et agir". 

Le digital entraîne une métamorphose anthropologique et bouleverse nos manières de penser, de vivre et d’agir. Il donne naissance à une civilisation nouvelle.

> Mais quelle est cette civilisation digitale ?
En permettant la diffusion et le partage massif de la connaissance, le digital agit en faveur d’une démocratisation du savoir et comme un outil au service de l’échange, de la communication et du travail collectif. Un outil qui permet d’innover et de donner vie à de nouveaux modes d’organisation du travail. Un outil qui créé un nouvel environnement et qui pousse l’entreprise à inventer de nouvelles façons de travailler.

> Comment l’entreprise peut-elle se servir du digital pour parfaire sa gestion des connaissances et augmenter sa compétitivité ?

> Quelles stratégies doit-elle développer pour perdurer dans le nouveau monde digital ?

Tables rondes avec la participation de :

- Michel Wieviorka, Directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Administrateur de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme
- Valérie Peugeot, Vice-Présidente du Conseil national du numérique ; Présidente de l'association Vecam
- Xavier Marvaldi, Digital Chief Innovation Officer, L’Oréal
- Pierre Levy, Philosophe, Docteur en sociologie, Directeur de la Chaire d’Intelligence Collective, Université d’Ottawa
- Patrick Hoffstetter, Chief Digital Officer, Renault
- Antonia McCahon, Global Head of Digital Marketing, Pernod Ricard

Conférence suivie d’un cocktail (19h30/21h) et de la présentation des initiatives digitales de Sciences Po.

Lieu : Amphithéâtre Jacques Chapsal, Sciences Po, 27 rue Saint-Guillaume 75007 Paris

INSCRIPTION OBLIGATOIRE SOUS RESERVE DES PLACES DISPONIBLES

Inscription

1,2 et 3 Octobre : Conférence "Stratégies de protection et de valorisation des brevets"

La Conférence marcus evans France organise un événement sur la stratégie de protection et de valorisation des brevets, s’articulant autour d’études de cas, d’ateliers interactifs et de retours d’expérience.

Du 1er au 3 octobre 2014 à Paris, des représentants de SNECMA, Xerox, CEA, VALEO systèmes thermiques et TDF se réuniront pour échanger sur les meilleures pratiques en matière de gestion de portefeuilles d’actifs, de transferts de technologies et de commercialisation de la propriété intellectuelle. Des experts qui sont issus des départements de la propriété intellectuelle de grandes entreprises francophones. Ces échanges vous fourniront des outils pratiques en matière de gestion de portefeuille d’actifs, de transfert de technologies et de commercialisation de votre propriété intellectuelle. A l’issu des discussions, vous serez en mesure de mettre en place une véritable politique de valorisation de votre système d’innovation.

- Wulf Hoeflich, Vice President Intellectual Property chez Airbus/EADS
- Benjamin Camier, Industrial Property Manager chez BioAlliance Pharma
- Manuel Velasco, Licensing Project Evaluation Manager chez Pierre Fabre
- Eric Hessant, Head of Intellectual Property chez OMYA International AG
- Julien Pénin, Directeur adjoint BETA, Professeur à l’Université de Strasbourg
- Luc Savage, Vice President Intellectual Property chez Orange Labs

La Conférence marcus evans sur les stratégies de protection et de valorisation des brevets est le rendez-vous incontournable des experts de la propriété intellectuelle et du licensing. Cette 3ème édition vous propose de découvrir comment exploiter de façon optimale votre patrimoine immatériel afin de générer des revenus. Il s’agira de vous aider à convertir vos titres de propriété intellectuelle en véritable avantage concurrentiel grâce à des techniques de commercialisation innovantes. Vous ressortirez avec une plus grande maîtrise des canaux de protection de votre propriété intellectuelle.

Les études de cas présentées vous aideront à :

• Identifier et commercialiser vos actifs immatériels
• Evaluer et valoriser vos brevets
• Planifier la stratégie d'acquisition de brevets
• Protéger et défendre vos innovations

Les organisateurs

marcus evans est spécialisé dans la recherche et le développement d'événements stratégiques destinés aux dirigeants et cadres confirmés. Via notre réseau international qui compte 63 bureaux, marcus evans organise plus de 1000 journées de formation par an sur des problèmes stratégiques dans les domaines de la finance des entreprises, des télécommunications, des technologies, de la santé, des transports, des marchés de capitaux, des ressources humaines et de l'optimisation commerciale.
Plus précisément, marcus evans fait bénéficier ses clients d'informations et de connaissances professionnelles qui leur permettent de développer un précieux avantage compétitif et contribuent positivement à leur succès.

Inscription

2 Octobre : Jeudi de la recherche de l'X

L’École polytechnique lance les « JEUDIS DE LA RECHERCHE DE L’X » : tous les premiers jeudis du mois, les chercheurs vous présenteront les travaux menés dans les 20 laboratoires de l’École polytechnique.
Premier rendez-vous le jeudi 2 Octobre 2014 de 9h à 10h30

Neuf rendez-vous pour explorer les thématiques de recherches pluridisciplinaires :
- TRANSPORTS ET ENVIRONNEMENT
- ÉNERGIES
- BIO-INGÉNIERIE, BIOLOGIE ET SANTÉ
- MATIÈRE ET LUMIÈRE EN CONDITIONS EXTRÊMES
- CONCEPTS ET MÉTHODES POUR LA SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE
- MARCHÉS, INNOVATION ET RELATIONS SCIENCE ET SOCIÉTÉ
- STRUCTURES ET LOIS UNIVERSELLES
- NANOSCIENCES, MATÉRIAUX INNOVANTS ET PROCÉDÉS EFFICACES
- MODÉLISATION ET OPTIMISATION DES SYSTÈMES COMPLEXES

Lieu : Maison des X, 12 rue de Poitiers - 75007 - Paris (M° Solférino - RER C - Musée d'Orsay)

Inscriptions par mail : PRESSE[at]POLYTECHNIQUE.FR

2-3 Octobre : "360 possibles", l'innovation en mode BZH

Après sept éditions de la Semaine de l'innovation, Bretagne Développement Innovation propose un nouvel événement régional pour diffuser l’innovation autrement, susciter l’envie de changer les choses et ouvrir le champ des possibles !

Deux jours de conférences, tables rondes et ateliers pour diffuser la philosophie et  les méthodes du « Design thinking » (1), pour échanger sur des bonnes pratiques ("Master class - Paré à Innover") et entendre le témoignage de dirigeants sur leurs manières d’innover.

Les 2 et 3 octobre prochains, des conférences et des ateliers participatifs mettront les entrepreneurs et les acteurs de l'innovation bretons en avant. L'événement permettra d'aborder les technologies, les process, les changements d'organisation ou de méthodes… tous les leviers qui peuvent contribuer au développement des entreprises par l'innovation.
Parmi les méthodes et approches nouvelles, les chefs d'entreprises pourront notamment (re)découvrir les contours et les bénéfices du design thinking.

Pour en parler, Bretagne Développement Innovation a invité Tim Hurson, chef d'entreprise et conférencier canadien, spécialiste international des mécanismes de pensée dédiés à l'innovation. Il proposera sa vision des forces dont disposent les PME pour innover et nous parlera de son expérience auprès de nombreuses entreprises.
En avant-première, Tim Hurson nous a livré son point de vue sur le design thinking et nous a dévoilé quelque peu le sujet de l'intervention qu'il fera en ouverture de l'événement 360 Possibles.

Interview :

BDI : À votre avis, quel est le point fort du Design Thinking lorsqu'il s'agit d'accélérer le processus d'innovation au sein de l'entreprise ?
Tim Hurson : D'après mon expérience, c'est son aspect structurant. L'innovation est rarement le fruit d'une inspiration subite. Certes, il faut une idée forte, mais la créativité (faire émerger des idées à potentiel) et l'innovation (les réaliser), ça s'apprend et ça se travaille !
Le processus d'innovation peut être assimilé à une course à pied. On s'y prépare en s'entraînant avec régularité et discipline, et non en sautant partout ou en agitant les bras n'importe comment dans l'espoir de se mettre en forme. Certains jours il faut prévoir des sprints, d'autres jours, du fond, et encore des côtes. Entre ces entraînements, on travaille la résistance et on fait des étirements. Il faut également des chaussures et une tenue correctes, suivre un régime alimentaire et apprendre à bien s'hydrater. Au bout de trois ou quatre mois comme ça, on est prêt à se lancer dans la course.
En créativité et en innovation, il existe des outils permettant une réflexion plus productive, et des manières différentes de mesurer le succès. Il existe également des techniques pour mettre des idées à l'épreuve, pour perfectionner un concept, pour prototyper, ou encore pour convaincre collègues, clients, investisseurs et même sa famille ! Ne pas respecter une de ces étapes revient à perdre la course, voire l'abandonner. L'avantage majeur des différentes versions du Design Thinking est que celui-ci propose une démarche structurée, une sorte de pas à pas. Il ne s'agit pas d'une formule toute faite, mais plutôt d'un guide qui consiste à vous aider à réfléchir de façon plus créative et plus productive - à générer davantage d'idées, de meilleures idées, d'idées plus pratiques, et à gagner du temps.

BDI : Le Design Thinking s'emploie dans les grands groupes, mais cette méthodologie peut-elle s'appliquer aux PME ?
Tim Hurson : Je dirais même que le Design Thinking s'appliquerait, d'une certaine façon, mieux et plus simplement aux PME. En effet, dans les grands groupes, même ceux qui sont dotés d'équipes consacrées à l'innovation et de nombreuses ressources, il y a souvent des inerties. Leurs points forts - taille, processus, modes de financement - peuvent se révéler des points faibles aussi. La taille d'un groupe complique la communication et réduit l'agilité. Le système en place peut étouffer des idées avant même qu'elles aient eu le temps de montrer leur valeur. Par ailleurs, les critères d'attribution de financement s'appuient sur les retours d'expérience et non sur le potentiel à venir.
De leur côté, les PME ont souvent plus d'agilité et les informations circulent mieux en interne. La culture maison est plus facile à maintenir dans les PME et les gens y sont plus impliqués. Certes, il y a toujours la question épineuse du financement, mais les dirigeants de PME sont plus près du terrain que les gestionnaires financiers des grands groupes ; ils voient sur place les projets à financer, et ils en sont enthousiasmés. Donc, oui, une démarche structurée pour la créativité et l'innovation est tout à fait pertinente pour les PME. C'est bien cette démarche qui transforme les PME en BB (Big Businesses).

BDI : Quelles sont les conditions pour faciliter la mise en œuvre du Design Thinking dans les PME ?
Tim Hurson : Impératif numéro un : l'engagement passionné des dirigeants et j'insiste là-dessus. La créativité et l'innovation ont beau être merveilleuses, elles présentent des dangers, des ruptures, des chamboulements. Il peut y avoir échec. La direction d'une entreprise doit consentir à une culture autorisant des perturbations, des réorganisations internes imprévues, et des échecs. Sans ça, le programme d'innovation n'aboutirait à rien. À moins d'être ancrée de façon consciente et explicite dans la culture de l'entreprise, la créativité représentera nécessairement une menace. Chaque action créative correspond à une destruction ou à un remplacement et il faut accepter de lâcher prise, et ce n'est pas toujours facile. C'est pour ça qu'un leadership fort est primordial.
Condition numéro deux : un processus en place. La créativité, ce n'est pas se soustraire à la discipline, mais s'appliquer une discipline créative. Il ne suffit pas d'avoir de l'inspiration et une envie, il faut également savoir comment faire. C'est là qu'interviennent les démarches explicites comme le Design Thinking, la réflexion productive ou encore le Creativ problem solving (1) Ces approches permettent notamment de générer, développer, tester, redévelopper et lancer de nouveaux produits et services ;
Enfin, condition numéro trois : le courage. Rien ne peut remplacer le courage. C'est lui qui vous fait tenir le coup face aux difficultés et à l'échec. C'est lui qui vous pousse en avant malgré l'épuisement. C'est lui qui vous permet de surmonter les nombreux "non" qui se mettent en travers de votre chemin. C'est lui qui distingue les héros et les has-been.

BDI : Plus généralement, quel message souhaitez-vous faire passer à 360 Possibles ?
Tim Hurson : Mon discours se construira autour de la notion de « Possibles ». L'innovation, c'est une attitude ouverte aux possibilités. L'impossible est rejeté. Rien n'est impossible pour l'innovateur. L'innovation part du principe qu'il existe toujours une façon d'améliorer les choses. Il existe toujours une solution. Si je suis dans le domaine qui est le mien aujourd'hui, c'est justement parce que j'adore les gens qui ne reculent devant rien, pour qui tout est possible. Ce sont eux qui changent le monde.

A propos de Tim Hurson
Tim Hurson intervient en école de commerce aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada, au Mexique, au Chili, en Afrique du Sud et en Australie. Ses interventions portent sur la résolution créative de problèmes, la réflexion stratégique, et l'innovation, et il a été conférencier principal dans plus de 25 pays. Il est fondateur de ThinkX, une entreprise proposant des prestations aux grands groupes mondiaux. Il est fondateur de Mindcamp, un camp annuel portant sur la créativité. Il a également fondé Facilitators Without Borders, un organisme à but non-lucratif qui forme à la résolution de problèmes. Il est directeur fondateur d'Africa IQ dont la mission est de contribuer à l'autonomie de l'Afrique. Son livre sur l'innovation, Think Better, est utilisé dans une centaine d'écoles de commerce à travers le monde. Son nouveau livre, Never Be Closing, sur le commerce éthique via la résolution créative de problèmes, est paru en juillet 2014 aux éditions Penguin Portfolio.

A propos du design thinking
Le design thinking est une méthodologie de conception et, plus largement, de recherche de solutions. Il a pour spécificités de se focaliser sur les besoins de sa cible en termes d'usages (ce qui est souhaité), de questionner la pertinence de la problématique donnée (ce qui est possible) et de prototyper les solutions apportées afin d'en vérifier la pertinence et de les rendre tangibles (ce qui est rentable). Cette technique peut être employée dans beaucoup de situations d'innovation et de secteurs d'activités. Ne pas confondre avec le Design d'objet, « to design » se traduit simplement par concevoir.

(1) Résolution créative de problème

Lieu : Halle Martenot à Rennes (35)

Informations et inscription

www.bdi.fr

8-9 Octobre : Hubforum Paris

Réussir sa Transformation Digitale est loin d’être un défi aisé. Le HUBFORUM Paris dédie donc cette 5ème édition au thème « Connect, Transform or Die ! »

Une occasion unique pour les marques, agences, experts et les plate-formes de mieux comprendre les étapes et les chantiers indispensables à la réussite de leur transformation. Après avoir affronté les enjeux du consomm'acteur, des pures players et de l'innovation, les organisations sont aujourd'hui à un tournant stratégique dans leur développement business.

Le digital dépasse largement les frontières de la communication et du marketing. Il est indispensable de repenser son business, son organisation et ses process pour répondre aux challenges de demain. Vous êtes donc attendus nombreux les 8 et le 9 octobre !

Lieu : Espace Pierre Cardin, 1-3 avenue Gabriel - 75008 Paris

Inscription

www.hubforum.com

9 Octobre : Faire de l'innovation un levier pour l'emploi

Le Conseil d'orientation pour l'emploi organise le colloque annuel "Faire de l'innovation un levier pour l'emploi" le jeudi 9 octobre 2014 de 14h à 18h à la Maison de la Chimie de Paris, en partenariat avec le journal Les Echos.

Ce colloque associera des économistes, des philosophes et sociologues, des décideurs publics, des entrepreneurs et les partenaires sociaux autour de deux tables rondes :

- Quel est l'impact de l'innovation sur la création d'emploi, sur la structure de l'emploi et sur la qualité des emplois ?
- Quels sont les enjeux pour les salariés et les entreprises ? Et les réponses des pouvoirs publics ?

Une enquête COE/BVA, réalisée auprès des salariés pour connaître leur perception sera présentée au cours du colloque.

Lieu : Maison de la Chimie - Grand amphithéâtre, 28bis, rue Saint-Dominique - 75007 - Paris

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant

9 Octobre : La sécurité en Santé

La SOFGRES a le plaisir de participer, en collaboration avec l'AFGRIS et l'ARNQ Psy, à l'organisation du 2ème congrès AFGRIS ANQSPY SoFGRES, qui aura lieu le 9 octobre 2014 à Paris.
Les trois associations ont choisi de mettre la journée sous le signe de l'innovation : "Innover en gestion des risques : information, communication, littératie".

Programme

8h30 : Accueil des participants

9h15 : Ouverture de la journée AFGRIS • ANRQPsy • SoFGRES Présentation du fil rouge

9h30 : Actualités par les acteurs institutionnels

10h : PARTIE I - Ethique et TIC (Techniques d’Information et de Communication)
L’évolution très rapide des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ré-interroge les usages, les pratiques et les relations au sein des organisations de santé :
- relations entre les professionnels de santé, les patients et leur entourage, les instances,
- communication intra et extra,
- protection de la personne et des données,
- patient « numérique » en France et en Europe,
- patient et big data. Qui maîtrise le système ?
Nous nous proposons d’appréhender l’ensemble des enjeux éthiques qui peuvent apparaître avec l’usage du numérique au sein de notre système de santé, d’en identifier les risques potentiels et d’en considérer les éléments de maîtrise.

11h15 : Pause

11h45 : PARTIE II - Patient traceur, patient citoyen
Depuis une dizaine d’années la participation des usagers au fonctionnement des établissements de santé peut prendre diverses formes : du respect des obligations réglementaires (CRUQPC…) à la mise en place de dispositifs plus élaborés, tels que les espaces ou maisons des usagers.
Mais qu’en est-il de leur place dans le dispositif de « prévention et de gestion des risques » ?
Au sein des établissements de santé, l’inclusion des compétences des Représentants des Usagers dans l’analyse des ris- ques commence à se mettre en place, au décours de la mise en place du « patient traceur », les éléments factuels issus de cet(s) entretien(s) seront intégrés à l’analyse de la prise en charge, et en particulier les dysfonctionnements.
Quelles expériences, en France et à l’étranger peuvent venir nous éclairer pour trouver le positionnement le plus efficace à l’amélioration de la sécurité des soins à partir de compétences partagées et de l’implication effective du patient devenant acteur de sa prise en charge ?
Cette partie sera illustrée par des exemples et des expériences outre Manche, outre Rhin et outre Atlantique et de quelques expériences concrètes dans l’hexagone.

13h : Déjeuner organisé à l'Espace Louis Armand

14h30 : PARTIE III - Compte qualité : CoDIR, COFaire ?
La HAS souligne que le Compte Qualité favorisera « une prise de responsabilité et de décision de l’établissement », respec-
tant l’autonomie stratégique de la structure. Face à cette nouvelle exigence :
- Quelle(s) stratégie(s) managériale(s) doivent adopter les comités de direction des établissements ? Comment mobiliser les professionnels pour réussir ce changement ? Les nouvelles formes de management sont-elles la clef de la mobilisation ?
- Quelle structuration de la démarche Qualité/Risques et quelle déclinaison de son activité ? Quelles modalités d’organisa- tion doivent appliquer les CME et les COPIL Qualité/Risques pour s’adapter à cet outil ?
- La nouvelle approche proposée de l’évaluation des risques sur des périmètres restreints, dérivée d’une cartographie, sera-t-elle moins chronophage et plus personnalisable ? Cette démarche sera-t-elle en accord avec la gouvernance des risques proposée par les COPIL Qualité/Risques ?
Les intervenants apporteront un éclairage sur ces questions pour que le compte qualité s’inscrive vraiment dans l’améliora- tion de la qualité et de la sécurité des établissements.

16h : Synthèse - fil rouge

16h20 : Clôture de la journée AFGRIS • ANRQPsy • SoFGRES

Inscription

Lieu : Espace Louis Armand - UIC Patrimoine, 16 rue Jean Rey - 75015 - Paris

9/10 octobre 2014 : Invest in Photonics à Bordeaux

La 4ème édition de la convention d'affaires internationale dédiée aux investissements dans l'industrie photonique, Invest in Photonics 2014, mettra en lumière les opportunités d’investissement dans les industries de demain les 9 et 10 octobre 2014 à Bordeaux.

Cette convention donnera accès aux investisseurs à une vision d’ensemble des opportunités de marché dans le domaine de la photonique, une industrie qui devrait atteindre 620 milliards de dollars (449 milliards d’euros) d’ici 2020.

Le marché de la photonique devrait représenter plus de 620 milliards de dollars d’ici 2020, soit 449 milliards d’euros (données SPIE). Cette technologie présente des applications de plus en plus nombreuses dans diverses industries, de la santé au traitement des matériaux, en passant par l’Internet des objets. La photonique fait partie intégrante des produits du quotidien, tels que les téléphones portables.

Co-organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, le pôle de compétitivité ALPhA-Route des Lasers (Aquitaine Laser Photonics and Applications) et le CEA, cette 4ème édition bisannuelle d’Invest in Photonics mettra en avant les développements majeurs dans l’industrie photonique dans cinq secteurs en forte croissance : les sciences de la vie, l’électronique grand public, l’impression 3D, l’environnement et l’efficacité énergétique, ainsi que l’aérospatial et le transport. Les participants auront accès à des données exclusives sur ces industries, qui pourront les aider à identifier les tendances du secteur et les meilleures opportunités de retour sur investissement. Les speakers de haut niveau seront annoncés prochainement.

Invest in Photonics est l’une des rares rencontres d’affaires permettant de rassembler en un même lieu des analystes industriels de premier plan, des investisseurs privés, des institutions financières, des PME à la recherche de financement, des fabricants d’équipement d’origine (OEM) et des consommateurs finaux, et d’ouvrir la voie à des opportunités d’affaires et de mise en relation. Les organisateurs visent une fréquentation de 200 participants et invités internationaux.

« La photonique est passée d’une activité de niche à une technologie phare, indispensable, qui est devenue l’une des industries clés du 21ème siècle », explique Giorgio Anania, Président d’Invest in Photonics 2014. « Ce secteur dynamique dispose d’un énorme potentiel de marché, estimé à 480 milliards de dollars en 2012, et à 620 milliards dans les cinq prochaines années. Les investisseurs participant à Invest in Photonics auront accès à des données de premier ordre sur le marché, indispensables pour évaluer les opportunités d’investissement dans les technologies émergentes. Quant aux entreprises de la photonique, elles pourront présenter aux participants les défis rencontrés dans les industries de la santé, la sécurité, les constructions intelligentes, l’informatique et les autres applications possibles. Les PME pourront ainsi élargir leur réseau et poursuivre le développement de leurs innovations. Invest in Photonics reste un événement incontournable pour les acteurs de la photonique qui souhaitent prendre part à la croissance des industries de demain. »

Invest in Photonics sélectionne pour chaque édition une liste pointue d’entreprises qui présenteront leurs projets à un panel de capitaux-risqueurs internationaux, lors des Elevator pitch. Cette visibilité a permis aux anciennes sociétés sélectionnées de lever 87 millions d’euros.
Ouverture des inscriptions en avril. Plus d’informations sur http://www.invest-in-photonics.com

En Europe, l’industrie photonique emploie près de 290 000 personnes, la majorité travaillant au sein de plus de 5 000 PME. La photonique opère également un effet de levier sur l’économie et l’emploi en Europe : 20 à 30 pour cent de l’économie et 10 pour cent de la main d’œuvre dépendent de l’industrie photonique, qui impacte directement sur 30 millions d’emplois. (Source: “Towards 2020 – Photonics Driving Economic Growth in Europe”, Photonics21 Multiannual Strategic Roadmap 2014 – 2020)

A propos d’Invest in Photonics (R)

Invest in Photonics est la seule convention d’affaires européenne dédiée aux investissements majeurs de l’industrie photonique. L’année 2014 marque la quatrième édition de cet événement bisannuel où se rencontrent investisseurs et projets innovants de la photonique. Organisée sur 2 jours, Invest in Photonics centralise les opportunités stratégiques d’investissement de l’industrie photonique en facilitant la rencontre d’investisseurs institutionnels et de capitaux-risqueurs avec les experts mondiaux du secteur (entrepreneurs, experts de l’industrie et analystes). Les sociétés émergentes à la recherche de fonds peuvent ainsi se confronter à des investisseurs internationaux et des partenaires potentiels afin d’accélérer le développement de leur entreprise. Invest in Photonics accueille des conférenciers reconnus, travaillant pour des entreprises leaders du secteur, qui dévoileront aux participants des données de premier ordre sur le marché et permettront aux participants d’échanger sur les enjeux de la photonique.
Co-organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, le pôle de compétitivité ALPhA-Route des Lasers (Aquitaine Laser Photonics and Applications) et le CEA (l’organisme public de recherche technologique le plus important en France), l’événement se déroule à Bordeaux, en Aquitaine, région qui accueille le Laser Mégajoule et reconnue comme un centre majeur de la photonique.

Pour plus d’informations 

15-16 octobre : les rencontres francophones du numérique s’installent à Rennes

Les 15 et 16 octobre 2014, Opportunités Digitales, rencontres francophones du numérique s’installent à Rennes et proposent aux visiteurs des ateliers thématiques variés, des showrooms innovants et plus de 150 créneaux de rendez-vous qualifiés avec des professionnels du secteur, dans un seul et unique objectif : démontrer que le numérique peut se mettre au service de trois secteurs clés : la santé, l'agro-alimentaire et des industries culturelles et créatives.

L'enjeu ? Déterminer les besoins propres à chaque filière et présenter des solutions innovantes adaptées. Cet événement annuel est produit par Québec International et Rennes Métropole, deux territoires où la filière du numérique possède un savoir-faire reconnu internationalement. Il reflète la volonté commune de favoriser les rencontres et les échanges commerciaux entre la France et le Québec et plus largement le monde francophone et s’appuie sur un écosystème et une filière installés sur le bassin rennais. L’occasion pour tous de confronter attentes, offres et compétences.

Le numérique au service de trois filières clés

Parce que chaque filière a ses spécificités et que le numérique offre des solutions multiples, la première édition d’Opportunités Digitales sera tournée vers 3 filières porteuses : l’Agroalimentaire, la santé, et les industries culturelles et créatives. Des choix stratégiques en fonction des enjeux sociétaux et économiques des acteurs rennais et plus largement bretons ou français. Des grands témoins de chaque filière ainsi que des acteurs du numérique positionnés sur ces métiers viendront débattre des enjeux de la numérisation dans 9 ateliers thématiques.

Mieux produire et mieux vendre dans l'agro-alimentaire grâce au numérique 

Aujourd’hui les acteurs de la filière agro-alimentaire recherchent à optimiser le prix de revient de leurs produits, à optimiser la productivité et améliorer la sécurisation des process, et à réinventer des modes de consommation et de diffusion. Que ce soit dans l’organisation de l’usine du futur, dans l’organisation des points de vente ou dans le packaging ou encore la réalité augmentée qui réinventera la relation avec le consommateur, le numérique peut et doit apporter des solutions.

Gérer et exploiter le potentiel des données de santé

A l’heure où le système de santé vit sa numérisation, où l’on parle d’hospitalisation hors des murs et d’applications mobiles pour réaliser des « autodiagnostics », l’exploitation des données de santé et la création de nouveaux services pour la prévention, la prise en charge et le suivi du patient seront au cœur des ateliers. Le numérique est de plus en plus présent dans l’imagerie diagnostic et interventionnelle, dans les processus de rééducation ou de gestes médicaux assistés, impliquant à la fois de gros investissements technologiques et de nouvelles pratiques pour le corps médical. Le showroom crée à l’occasion d’Opportunités Digitales sera l’occasion de découvrir ces nouvelles applications pour la santé.

Industries culturelles et créatives : des objets connectés aux nouveaux formats audiovisuels

Aujourd’hui les industries culturelles et créatives doivent faire face à plusieurs enjeux. Avec l’apparition des objets connectés, des technologies d’interactions et d’immersions, des nouveaux modes de diffusion tels que les réseaux sociaux, le second écran, les nouveaux formats d’images et de sons (Ultra HD, DVBT2, …), les modes de consommation et les modèles économiques doivent se réinventer aussi bien dans l’industrie du spectacle vivant, que dans les loisirs et la production de contenus.

Les Trois ateliers proposés se concentreront ainsi sur ces trois industries et sur les leviers pour s’adapter et appréhender ces nouveaux marchés.

Une coopération entre les territoires de Rennes Métropole et du Québec

Unis par la langue française et des enjeux économiques communs, Rennes Métropole et la région de Québec développent de nombreux partenariats et projets collaboratifs depuis 3 ans, associant des acteurs économiques, universitaires et culturels. Les coopérations se consolident autour du numérique, thématique forte et fédératrice qui répond à des attentes communes. Entre 2012 et 2014, quatre protocoles d’accord ont été signés concrétisant des partenariats entre nos Universités, nos Chambres de commerce, Rennes Métropole et Québec International, l’IRT B Com et la Société des Arts Technologiques de Montréal.

En 2013, trois projets portés conjointement par des acteurs de Rennes et du Québec ont été labellisés par le fond franco-québécois pour la coopération décentralisée. C’est le cas par exemple du projet « 3D et Médiation Urbaine » piloté par Rennes Métropole et la Ville de Québec, en partenariat avec des entreprises et les universités, et qui permet à nos deux territoires de s’affirmer comme leader dans la médiation urbaine 3D. De nouvelles actions, impliquant notamment nos musées, l’Opéra ou encore le LabFab de Rennes, verront le jour en 2015. Cette coopération francophone prend une dimension nouvelle avec Opportunités Digitales, coproduit par Rennes Métropole et Québec International.

Cet événement fédérateur centré sur l’innovation et les nouvelles technologies numériques sera organisé annuellement et alternativement à Rennes et Québec. La deuxième édition se tiendra à Québec le 20 & 21 mai 2015. Grâce à Opportunités Digitales, les acteurs économiques au sens large du Québec et de l'Ouest de la France (entreprises, pôles de compétitivité, centres de recherche, universités) pourront envisager de nouveaux projets innovants à l'international et participer au rayonnement et à la vitalité économique de nos territoires respectifs.

Une semaine du numérique avec une programmation « off »

Opportunités Digitales s’intègre dans une semaine dédiée au numérique rennais au croisement des filières. Ainsi la programmation se fait aussi riche que l’écosystème avec dès le lundi 13 octobre une conférence plénière sur les opportunités et les visions partagés entre Rennes et le Québec, des visites d’entreprises et de plateformes technologiques le mardi 14 octobre (places limitées), les Trophées Loading the Future d’Images & Réseaux dédiés à la R&D collaborative, les trophées Crisalides numériques portés par la CCI consacrés aux usages du numérique ou encore le festival Maintenant dédié à la création contemporaine sous toutes ses formes avec notamment l’installation interactive Eotone montée simultanément à Montréal, Québec, Rennes et Nantes.


Plus d’infos : http://www.opportunites-digitales.com/

13-18 Octobre : Semaine digitale de Bordeaux - Données et objets connectés

Avec plus de 70 événements, des intervenants de sept pays, et une vingtaine de lieux investis sur plusieurs villes, la Semaine Digitale est le rendez-vous majeur du numérique à Bordeaux.

La Semaine Digitale est un événement multidimensionnel résolument tourné vers l’innovation. Un événement à la fois citoyen, étudiant, grand public, intergénérationnel dont l’impact national et sur le territoire s'accroît au fil des éditions. #SDBX est l’occasion de mobiliser, de valoriser et de mettre en réseau les acteurs qui font vivre le Digital.

Elle se compose de manifestations tout public, et d’événements professionnels, ou plus thématiques : l’e-éducation et nos écoles, la créativité des étudiants et les défis de l'enseignement supérieur, les seniors et les nouveaux usages, le business et numérisation de l’économie, le citoyen participatif et l'innovation dans la ville, les start-ups, la culture et les arts numériques, le lien social à l’heure d’Internet…
La Semaine Digitale donnera lieu, chaque soir, à un programme festif tout public composé d’installations interactives et de spectacles installés à la Base sous-marine, bâtiment phare des Bassins à Flots.
Une série de conférences professionnelles et des animations permanentes dans un “Village de l’innovation” high-tech au sein du Palais Rohan seront l’occasion de découvrir les objets et services qui nous entoureront demain.

Les Temps forts

- Le Village de l’innovation : lieu de médiation pour tous

Accessible à tous en entrée libre, le Village de l’innovation s’installera toute la semaine dans les salons de l’Hôtel de Ville.
Lieu de découverte et de croisement, le Village se développe autour de 4 espaces :
- un volet professionnel, autour de projets municipaux, de partenaires privés et laboratoires R&D présentant des services
innovants centrés autour des nouveaux usages et des porteurs de projets.
- un pôle étudiant qui accueille une sélection de projets réalisés au sein des établissements locaux (écoles d’art, de design, de robotique, d’ingénieurs, d’universités)
- un Café numérique qui constitue un véritable lieu de rencontres et d’échanges, permettant d’offrir un moment de détente, une pause café, mais aussi d’organiser des événements de petits formats : tables rondes, conférences, …
- un Atelier, salle équipée et modulable pouvant accueillir des rendez-vous à la fois scolaires, grand public mais aussi plus
professionnels,...

L’ambition n'est pas uniquement de présenter ce qui nous attend demain c'est aussi de présenter les services innovants
d'aujourd'hui qui se préparent dans les laboratoires, les collectivités et les entreprises qui bouleversent ou vont bouleverser nos vies quotidiennes et nos villes.
Il sera organisé autour de grandes thématiques scénarisant le parcours visiteur : la Personne, la Maison, la Ville intelligente, la
Culture, l’Éducation, la Galerie, le Jeu et l’Atelier. Ainsi le visiteur pourra déambuler dans les différents salons pour découvrir un continuum de découvertes, d’expériences, de vidéo multimédia, de dispositifs interactifs et artistiques utilisant les nouvelles technologies de manière détournée et ludique, des produits et services concrets et innovants mis en place par la Ville de Bordeaux et ses partenaires. L’expérience déployée dans le Village de l’innovation se veut être une expérience sensorielle pour le visiteur, une invitation à la découverte d’usages et d’innovation, un temps de partage de valorisation et de création, et aussi un temps de participation à des conférences et à des ateliers.

- Rencontres professionnelles et avec le public

Les principales thématiques traitées dans le Village de l’innovation donneront lieu à de multiples débats et conférences dans
différents lieux bordelais s'adressant à différents publics.
La parole sera donnée à la population, à des experts locaux, français ou étrangers, universitaires, entrepreneurs, designers,
artistes, sociologues, philosophes, journalistes, élus, sur des questions de société ou plus techniques : les musées de demain, la ville intelligente, l’e-éducation, la place des femmes dans le numérique, l’économie digitale,…
La programmation s’étendra aussi à travers celle portée par des partenaires de la ville qui se mobilisent : les maisons de
quartiers, le Node, la Chambre de Commerce et d’Industrie, …

- Evénements artistiques à la Base sous-marine

La semaine digitale investit le site étonnant et démesuré de la Base sous-marine.Un écrin rêvé pour la présentation d’œuvres numériques.
Installations, danse et nouvelles technologies, live audiovisuels, un programme plein de surprises conçu par Benoît Guérinault (association Trafic/i.boat) spécialement pour la semaine digitale.

François Wunschel et Pier Schneider, du label créatif 1024 architecture en sont convaincus, la Base sous-marine de Bordeaux est un espace de création et de diffusion inouï, exceptionnel et particulièrement adapté pour accueillir de nombreux projets issus des cultures digitales (images, sons, interactions, parcours…).
C’est donc une exclusivité française qu’ils ont d’ores et déjà proposé d’y produire : le projet TESSERACT!

- Des concours ouverts aux jeunes de moins de 25 ans

- TEASER #SDBX4 - Concours de création vidéo! Dépôt des candidatures jusqu’au 14 septembre 2014
- DATAVIZ - Restitution du challenge sur le thème de la datavisualisation Toute la semaine - Village de l’innovation !

- Des animations participatives

- Initiation au Geocaching : Samedi 18 octobre – premier départ 14h - durée 1h - départ de l’Hôtel de Ville - gratuit sur inscription
- Édit-à-thon Bordeaux / Formation à l’édition sur Wikipedia : Samedi 18 octobre - plusieurs institutions culturelles dans la ville - gratuit sur inscription

Les lieux

Le Village de l’innovation – Hôtel de Ville -Place Pey-Berland – 33000 Bordeaux
La Base sous-marine -Boulevard Alfred Daney - 33300 Bordeaux
CAPC - Musée d’art contemporain de Bordeaux -7, rue Ferrère -33000 Bordeaux
Athénée Municipal – Place Saint-Christoly - 33000 Bordeaux
Cité municipale : 4, rue Claude Bonnier -33000 Bordeaux
Hangar 14 - Quai des chartrons – 33300 Bordeaux
ENSEIRB : 1, avenue Dr Albert Schweitzer - 33400 Talence

Programme complet

Renseignements et réservations : www.semainedigitale.bordeaux.fr

16 Octobre : Colloque "Crise sanitaire des maladies chroniques"

Monsieur Jean-Louis ROUMEGAS Député de l’Hérault, co-Président du Groupe d’études Santé-Environnement, Membre de la commission des Affaires sociales, Membre de la commission des Affaires européennes, a le plaisir de vous inviter au colloque "Crise sanitaire des maladies chroniques : les maladies environnementales émergentes nous alertent" le jeudi 16 octobre 2014 de 9h à 16h.  

C’est un basculement dans l’histoire de l’humanité : les maladies chroniques non transmissibles (cancers, maladies cardiovasculaires, maladies métaboliques, maladies mentales) sont devenues les causes prépondérantes de décès prématurés. Les succès remportés dans la lutte contre les maladies infectieuses sont d’ores et déjà compromis par les dérèglements de notre environnement. Comment répondre à cette nouvelle donne sanitaire ?

Une clef nous est donnée à travers les maladies environnementales émergentes (M2E). En effet, la fibromyalgie, le syndrome de fatigue chronique/encéphalomyélite myalgique, les sensibilités chimiques multiples et l’électro-hypersensibilité constituent une réponse de détresse manifeste de l’organisme à certains agents toxiques. Identifier et prévenir ces causes, ce serait protéger l’ensemble de la population d’expositions dangereuses évitables.

Les autorités sanitaires tardent à comprendre l’importance des M2E. Pourtant, 5% de la population est déjà concernée et les signaux tendent vers une augmentation constante. Il est donc urgent de donner aux professionnels de santé les moyens de prendre en charge ces malades, de prévenir ces maladies, et de considérer enfin l'environnement comme un déterminant de santé majeur. Grâce aux témoignages de malades, à l'expertise de scientifiques français et internationaux, ce colloque permettra aux parlementaires et aux autorités sanitaires d'établir des recommandations au service de la protection des populations.

Première Table-Ronde – Les maladies environnementales émergentes (M2E) : quelle réalité ?
Deuxième Table-Ronde – Les M2E : des sentinelles environnementales.
Troisième Table-Ronde – Les M2E : quelles réponses politiques ?
Quatrième Table-Ronde – quelle prise en charge ?

Colloque organisé par les associations Réseau Environnement Santé, SOS MCS, Entraide aux Malades de la Myofasciite à Macrophage Electrosensibles de France/Priartem, et Non Au Mercure Dentaire.

Lieu : Assemblée nationale - Salle Victor Hugo - 101 rue de l'Université - 75007 - Paris
Inscription et informations : colloque.m2e[at]gmail.com

Loading...
Loading...