UP' Magazine L'innovation pour défi

le cube

13 Février: les imaginaires du vivant

Le Cube organise des Workshops / Rencontres en partenariat avec Decalab, dans le cadre de "La science se livre 2016" et de la Cube Family "Science et fiction(s)" le samedi 13 février 2016 de 14h à 17h
 
Ces workshops font suite aux réflexions menées la veille sur le statut du vivant dans le cadre de "La Science se livre 2016 ". Véritables rencontres avec les artistes, ils permettent au public de travailler avec eux et de mieux appréhender leurs méthodologies. Ces workshops sont des laboratoires ouverts pour penser et manipuler les imaginaires du vivant.
 
LE DESIGN SPÉCULATIF
Workshop avec l'artiste David Benqué
Public : Adultes et adolescents / Gratuit sur réservation
 
Autour de l’installation The New Weathermen de David Benqué, découvrez ce qu’est le design spéculatif et comment il peut devenir un outil de réflexion et d’imagination. Vous imaginez de nouveaux scénarios et de nouveaux dispositifs de militantisme écologique. L’idée ne sera pas nécessairement de trouver des solutions viables, mais bien de pousser des scénarios à l’extrême. Vous pourrez ainsi ajouter des pages au manuel réalisé par les militants fictifs du projet et fabriquer vous aussi des objets ou maquettes.
www.davidbenque.com
 
FAIRE SON SAC DE SURVIE
Workshop avec l'artiste Keiko Courdy
Public : Adultes et adolescents / Gratuit sur réservation
 
Face aux catastrophes annoncées, mieux vaut être prêt, non ? En s’appuyant sur l’exemple du Japon, vous apprendrez à fabriquer, de façon ludique, un kit de survie réalisé avec du matériel de recyclage, comme des vêtements ou des bouteilles d’eau, mais pas seulement... Découvrez aussi comment les japonais se préparent, s’adaptent et réagissent face aux catastrophes qui touchent régulièrement leur pays.
www.ki-keiko.net - www.yonaoshi311.com
 
ALIENARE
Rencontre avec Chloé Delaume et Sophie Couronne
Public : Adultes et adolescents / Gratuit sur réservation
 
Alienare est une fiction transmédia de Chloé Delaume, Franck Dion et Sophie Couronne. C’est un livre bluffant par son histoire, son style littéraire, son environnement sonore, ses illustrations, ses animations et son interactivité. Son histoire : « l’humain est optimisé mais la matrice du monde se détraque. Sept individus sont envoyés en mission dans une zone blanche, non cartographiée. Trois femmes et quatre hommes aux capacités étonnantes forment un groupe d’élite censé répondre à toutes les situations. Ils n’ont pas choisi de travailler ensemble mais devront faire équipe pour rester en vie. Leur mission, tenue secrète : détruire l’unité centrale avant qu’il ne soit trop tard. Nom de code : Alienare. Durée : 48 heures.»
www.alienare.fr
 
Chloé Delaume est née en 1973 à Paris. Elle est l’auteur d’une vingtaine de livres dont Le Cri du sablier (Farrago/Léo Scheer, 2001), Certainement pas (Verticales, 2004), Une femme avec personne dedans (Seuil, 2012) et enfin Où le sang nous appelle (Seuil, 2013).
www.chloedelaume.net
 
Franck Dion, né en 1970 à Versailles, est un illustrateur et un réalisateur de films d’animation français. Il a réalisé trois courts-métrages d’animations (L’Inventaire fantôme, 2014 ; Monsieur Cok, 2008 ; Edmond était un âne, 2012), tous sélectionnés et récompensés dans les grands festivals de films internationaux.
www.franckdion.net
Sophie Couronne est ingénieure son et auteur de pièces radiophoniques. Elle a conçues toutes les bandes-son d’Alienare.
 
Lieu :  Le Cube - Centre de création numérique,  20 cours Saint Vincent - 92130 Issy-Les-Moulineaux 
 
Tarif : Gratuit sur réservation
 
 

 

innovation musicale

16 Février: L'innovation musicale

La Chaire Théorie et Méthodes de la Conception Innovante (Mines ParisTech, CGS), et le laboratoire de recherches sur les sciences de la matière (CEA - LARSIM) vous invitent le 16 février 2016 de 18h30 à 20h30 pour une conférence-débat de François Nicolas, compositeur, musiocologue à l'IRCAM sur le thème "L'innovation musicale".
 
Comment comprendre que la  musique puisse constituer un monde à part (ce qui n’est pas dire un espace autarcique), un monde que le compositeur et musicologue François Nicolas nomme "monde-Musique", c'est-à-dire un monde fait de morceaux de musique plutôt que de musiciens, un monde où l’existence se concentre dans des morceaux singuliers qu’on appellera œuvres, un monde dont l’intensité sensible relève de l’écoute, un monde dont l’autonomie relative procède d’une logique originale (le solfège), un monde que les musiciens ne cessent de visiter pour y prêter leur corps en jouant sans parler, un monde apte à résonner/raisonner avec un environnement non musical.
 
Pour répondre, avec la rigueur requise, à ces questions François Nicolas a écrit une théorie de l’écoute musicale en quatre tomes consacrés successivement à l’œuvre (I), à la logique d’écriture d’un « monde » musical (II), à la discursivité langagière propre au musicien qu’il nomme "intellectualité musicale" (III), et tout récemment à une théorie de ces rapports du monde-Musique avec son environnement, ce qu’il nomme raisonances (IV).
 
Lieu : Mines ParisTech, V 115 - 60 Boulevard Saint-Michel - 75006 - Paris (RER B Luxembourg)
 
Inscriptions : stephanie.brunet[at]mines-paristech.fr (avant le 10 février 2016)
Entrée libre dans la limite des places disponibles
 
 

 

IDDRI

16 Février: Trente ans de loi Littoral : quel bilan, quel avenir?

L'IDDRI organise un séminaire Développement durable et économie de l'environnement le Mardi 16 février 2016 de 12h30 à 14h sur le thème "Trente ans de loi Littoral : quel bilan, quel avenir ?", dans le cadre de la Chaire Développement Durable - Ecole Polytechnique - EDF
 
La loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral – la « loi Littoral » – a été adoptée le 3 janvier 1986. Loi d’urbanisme s’appliquant à l’ensemble des communes riveraines de la mer et des plans d’eau intérieurs de plus de mille hectares, elle constitue le point d’orgue d’une réflexion menée dès le début des années 1970 afin de limiter le bétonnage des côtes. Visant à assurer un équilibre entre développement et protection du patrimoine naturel et culturel, ses dispositions s’imposent à tout document de planification des sols, au premier rang desquels les plans locaux d’urbanisme (PLU) élaborés par les communes. Trente ans après son adoption, la loi Littoral est toujours l’objet de controverses. Pour certains, elle s’est incontestablement montrée efficace dans la limitation de l’artificialisation des sols. Pour d’autres, elle est le symbole d’une « revanche » de l’administration lui permettant d’exercer un pouvoir excessif sur l’aménagement des côtes, freinant par ailleurs son développement économique. 
 
Cette séance du séminaire sera l’occasion de dresser un bilan de l’application de la loi Littoral et de s’interroger sur sa capacité à répondre aux enjeux des littoraux de demain. La loi Littoral a-t-elle atteint ses objectifs ? Quel est son avenir et comment peut-elle intégrer les problématiques émergentes, notamment celle des impacts du changement climatique ? 
 
Intervenant : Lucien Chabason, « père » de la loi Littoral, apportera des éléments de réponse et ouvrira le débat.
 
Lieu : Reid Hall - 4, rue de Chevreuse - 75006 Paris (M° Vavin)
 
 
 

 

Futuremag

17 Février: Trophées Futuremag

La première édition des« Trophées Futuremag »,qui récompenseront le meilleur de l'innovation, se tiendra à la Cité des sciences et de l'industrie le mercredi 17 février 2016 à 18h.
 
Cet événement inédit, organisé à l'occasion des deux ans du magazine Futuremag, réunira les acteurs et les passionnés de l'innovation. Des inventeurs audacieux et des chercheurs inspirés interviendront pour présenter leurs créations et leurs futurs développements notamment Natalia Kosmyna (le pilotage de drones par la pensée), Nicolas Huchet (la prothèse bionique), Bertin Nahum (des robots chirur¬ giens pour opérer le cerveau), ou encore Patrizia Paterlini-Bréchot (le diagnostic du cancer par une simple prise de sang).
Cet événement est organisé par Effervescence, en association avec l'agence digitale La Netscouade, en partenariat avec ARTE France, et bénéficie du soutien d'Universcience et de l'Académie des technologies.
 
Dès à présent, chaque téléspectateur-internaute peur voter pour son innovateur préféré, directement depuis le site internet de l'émission www.arte.tv/futuremag, au sein de trois catégories : Homme, Terre, Objets.
 
Lieu : Cité des sciences et de l'industrie Paris 
 
Futuremag, co-produit par Effervescence doc et ARTE France, est diffusé chague samedi à 13H30 sur ARTE
 

 

numérique

18 Février: Où en est l'humain face au numérique ? Premiers retours, premières pistes

Après une année d’étude, la Chaire des Bernardins vous invite à partager ses réflexions :  premiers retours, premières pistes sur l'homme face au numérique, le jeudi 18 février 2016 de 14h30 à 20h
 
Pendant la 1ère année de sa recherche, la Chaire des Bernardins a commencé une vaste cartographie des éléments de l’existence humaine impactés par les usages et l’environnement numériques ainsi qu’une première réflexion sur la nature des transformations qui les animent : le partage, la confiance, les langages, habiter, vivre, jouer, faire…
 
La table-ronde donnera la parole à quelques membres du conseil scientifique de la Chaire pour qu’ils partagent et confrontent leurs analyses au vu des différentes contributions de la 1ère année.

Programme

1/ 14H30 -16H : MISE EN PARTAGE D’UNE ANNÉE DE RECHERCHE
 
- Catherine Bizot , Chargée d’une mission d’étude par le  ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche sur des « pratiques mobilisant des pédagogies actives liées à l'utilisation des outils et ressources numériques »
- Claudie Haigneré
- Claude Kirchner, Délégué général à la recherche et au transfert pour l’innovation de l’INRIA.
- François Taddéi, Directeur de recherche à l'Inserm, Directeur du CRI, Centre de recherches interdisciplinaires à Paris.
 
Avec la participation d’étudiants du défi des Bernardins (Antiséminaire de la Chaire des Bernardins)
Modérateur : Jacques-François Marchandise
 
2/ 16H30 -18H : MUTATION ET DÉFIS ANTHROPOLOGIQUES DU NUMÉRIQUE 
 
Quels sont les faits et arguments qui plaident pour l’existence d’une mutation anthropologique liée aux usages et à l’environnement numériques ? Quels sont les arguments qui penchent pour le contraire ? Pourquoi opte-t-on finalement pour l’existence d’une mutation anthropologique majeure ? En quoi cette transformation met-elle au défi l’humanité et quels sont ces fameux défis ?
 
- Philippe Aigrain, Informaticien -Chercheur, Co-fondateur de la Quadrature du Net, du webmedia Nonfiction.
- Dominique Cardon, Sociologue, Chercheur au laboratoire des usages de France Télécom, Professeur associé à l'Université de Marne la Vallée.
- Alain Giffard , Directeur du groupement d’intérêt scientifique « Culture & Médias numériques ».
- Louise Merzeau , Maître de conférences HDR en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris Ouest Nanterre la Défense
Codirectrice du département Infocom, Directrice adjointe du Laboratoire Dicen-IDF (responsable de l'axe Traçabilité, mémoires et identités numériques)
Modéraeur : Père Frédéric Louzeau
 
3/ 18H30 - 20H : SOLUTIONS POUR APPRÉHENDER LES MUTATIONS DU NUMÉRIQUE
 
En suivant les remarques de Jean-Baptiste Vico dans La Science nouvelle, pour qui la méthode d’analyse doit s’inspirer directement de son objet, il est nécessaire de réfléchir à la méthode la plus adéquate pour appréhender la transformation anthropologique de l’ère numérique. Quelles sont les ressources, les méthodes et les modèles pour représenter et évaluer la mutation numérique et pour agir sur les défis anthropologiques qui lui correspondent ?
 
- Marie-Paule Cani, Professeure d’informatique à Grenoble-INP/Ensimag., Responsable scientifique de l’équipe IMAGINE (INRIA, CNRS)
- Bruno Latour, Philosophe et sociologue. Professeur à Sciences Po.
- Bernard Stiegler , Philosophe. Directeur de l’Institut de recherche et d’innovation (Centre Georges Pompidou) 
Modérateur : Milad Doyeihi
 
Lieu : Collège des Bernardins - Grand Auditorium - 20 rue de Poissy - 75005 Paris
 
 

 

intelligence artificielle

18 Février: Comment peut-on modéliser l'intelligence ?

La prochaine séance du séminaire du Centre d'Alembert "Neurosciences et sciences de la cognition : avancées scientifiques et techniques, promesses et controverses" aura lieu le Jeudi 18 février 2016 sur le thème "Peut-on modéliser l'intelligence ?"
 
Renaissance de l'intelligence artificielle
 
L’intelligence artificielle aura soixante ans en 2016, du moins, si l’on fixe son origine à l’école d’été organisée en août 1956 par John McCarty et Marvin Minsky à Dartmouth College. Un regard rétrospectif sur ces soixante dernières années montrera quelle en a été l’ambition initiale, quels en ont été les succès, mais aussi quels ont été les malentendus avec le grand public. Seront montrées, en particulier, les ambiguïtés qui tendent à brouiller son image. Après cette présentation historique, seront exposées les orientations actuelles de cette discipline, en mentionnant en particulier l’apprentissage machine, l’apprentissage profond (Deep Learning) et les masses de données, qui expliquent le regain d’intérêt qu’elle suscite aujourd’hui. Enfin une évocation des perspectives transhumanistes très en vogue aujourd’hui terminera la session.
 
Intervenants 
- Jean-Gabriel GANASCIA, Professeur à l’UPMC et Directeur de l’équipe ACASA (Agents Cognitifs et Apprentissage Symbolique Automatique) au laboratoire d’informatique de Paris 6
- Sophie DENÈVE, Chargée de recherche,  Laboratoire de Neurosciences Cognitives, ENS Paris
Balance entre l'excitation et l'inhibition dans le cerveau, et ses implications pour le code et la variabilité neuronaux.
 
Les séances ont lieu à la Faculté des Sciences d'Orsay, Bâtiment des Colloques (bât. 338 - rue du Doyen André Guinier) de 13h45 à 15h45 (entrée libre)
Accès - RER B  direction St-Rémy-lès-Chevreuse - gare Orsay-Ville ou Bures-sur-Yvette
 
 

 

drones

18 Février: "Games of Drones" à Polytechnique

L'association Aristote vous invite le jeudi 18 février 32016 de 8H30 à 17h45 à assister à son prochain séminaire sur le thème : Games of Drones, nouvelles technologies et nouveaux besoins technologiques pour les drones, organisé par Henry de Plinval (ONERA), Thiên-Hiêp Lê (ONERA) et Christophe Denis (EDF).
 
Les drones: un mot qui symbolise notre époque, à la croisée du monde numérique et de l'univers aéronautique.
 
Leur omniprésence dans les médias s'explique par une explosion du nombre de leurs applications, domaine où l'imagination ne semble pas trouver de limite: la photographie, le cinéma, la surveillance de grands linéaires (voies ferrées, lignes électriques), l'inspection d'infrastructures, l'agriculture, l'industrie,… et, bien entendu, le domaine militaire où, pour la surveillance, l'observation déportée, le combat urbain ou le combat aérien, les utilisations possibles sont aussi extrêmement variées.
Les drones ont ainsi pris une place considérable dans les esprits. Ces objets volants, opérés par des humains au sol, parfois à des distances très éloignés du lieu de leur évolution, peuvent être dotés de technologies extrêmement innovantes. Ces développements technologiques, issus parfois d'autres domaines techniques -aéronautique générale, spatial, etc- rendent possibles des applications nouvelles; à leur tour, les idées d'applications suscitent des défis technologiques nouveaux qui, une fois résolus, rendent ces applications possibles. Qu'il s'agisse des capteurs ultra-performants qu'ils embarquent -ou qui, positionnés au sol, leur communiquent des informations-, de concepts d'intégration de l'homme dans la boucle, de transmissions de données, d'intelligence embarquée, les domaines sont nombreux où se développent de telles technologies.
 
La journée comportera cinq sessions :
 
* Drones militaires (Thales, Sagem, Dassault Aviation)
* Institutionnels et fédération (DGAC, Pôles Pégase, ASTech, Aerospace Valley, FPDC, Police)
* Grands industriels utilisateurs civils (ERDF, EDF)
* Constructeurs de drones civils (AJS, Airborne Concept)
* Recherche (ONERA, ISAE-Supaéro)
 
Lieu : Ecole Polytechnique, Palaiseau, Amphithéâtre Becquerel
Ce séminaire est ouvert à tous : 
- gratuit pour les membres d'Aristote
- non membres : participation de 60 €.
 
 

 

environnement

10 Mars: Quels défis pour l’évaluation et la gestion des risques pour les cultures et l’environnement ?

L'Anses (agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail) organise un séminaire "Xylella fastidiosa" dans le cadre Santé et protection du végétal, le 10 mars 2016 sur le thème "Quels défis pour l’évaluation et la gestion des risques pour les cultures et l’environnement ?"
 
Xylella fastidiosa est une bactérie responsable de maladies émergentes en France et en Italie qui constitue une menace pour de nombreuses filières agricoles, les espaces verts et la forêt. L’épidémie détectée en Italie en 2013 est en train de ravager les vergers d’oliviers dans les Pouilles. Même si les foyers détectés en Corse et en Provence-Alpes–Côte d’azur, sont causés par une souche différente qui semble moins virulente, cette bactériose constitue néanmoins un problème phytosanitaire émergent majeur.
 
Ce colloque a pour objectif de faire le point sur l’état des connaissances sur cette bactérie avant le démarrage de la saison végétative, afin d’optimiser les moyens disponibles pour l’évaluation des risques, la surveillance et la lutte contre cette bactériose.
 
 
Lieu : Anses - Salles Cuvier/Ramazzini - Copernic, 14 rue Pierre et Marie Curie – Maisons-Alfort (94)
 
 
 

 

emploi

14 Mars: Les réformes des marchés du travail en Europe

Le Conseil d'orientation pour l'emploi, en partenariat avec Les Echos, et le soutien de France Stratégie, vous invite à une conférence internationale le lundi 14 mars 2016 de 14h à 18h sur le thème "Les réformes des marchés du travail en Europe"
 
Les réformes des marchés du travail mises en oeuvre en Europe ces dernières années vont-elles toutes dans le même sens ? Quels sont leurs points communs et leurs divergences ? La crise a-t-elle changé leurs conditions d'élaboration et de conduite ? 
 
Ces réformes ont-elles eu des effets en termes de création d'emplois et de réduction du chômage ? Ont-elles amélioré la compétitivité des économies ? Avec quel impact sur les inégalités et la pauvreté ? Quels sont leurs effets prévisibles à moyen terme ?
 
Le Conseil d'orientation pour l'emploi (COE) a récemment adopté un rapport (1) analysant de façon globale et approfondie, à partir de l'étude des réformes conduites dans dix pays européens, le mouvement de réforme des marchés du travail qui s'est accéléré en Europe depuis la crise.
 
Cette conférence internationale permettra d'en débattre les constats et analyses, avec les points de vue croisés d'économistes et de juristes, français et européens.
 
(1)  Les réformes des marchés du travail en Europe : 
Tome 1 – Rapport général ; 
Tome 2 – Monographies : Allemagne, Autriche, Danemark, Espagne, Irlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Royaume-Uni et Suède.
 
 
Lieu : Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes 
14 avenue Duquesne, Paris 7e - Salle Pierre Laroque 
 
 

 

développement durable

18 Mars: Le risque dans une société libre

Après la COP21, l'association Passages - ADAPes oprganise le 14ème forum mondial du développement durable le vendredi 18 mars 2016 de 8h30 à 18h sur le thème "Le risque dans une société libre"
 
La civilisation moderne génère de nouveaux risques auxquels la société a  du mal à faire face : accidents majeurs et catastrophes écologiques, risques de marginalisation sociale, effondrements financiers et à ce niveau le Sud est plus vulnérable que le Nord. Nos concitoyens acceptent difficilement la montée de tels risques et exigent de leurs responsables l’assurance d’un risque zéro. La sécurité était une aspiration, elle est devenue une exigence et une forme de droit acquis.
La quête d’une plus grande sécurité qui était autrefois un marqueur du progrès est ainsi devenue un handicap ; nos concitoyens n’acceptent plus le risque et les raisonnements de compromis sont balayés : les experts ne sont plus crus, les opinions sont manipulées, les chefs d’entreprise et les responsables politiques sont censés tout prévoir. Chacun s’organise pour organiser sa propre sécurité et pour tenter de prouver qu’il n’a failli à aucune de ses responsabilités, les réglementations s’accumulent, les délais s’allongent, les projets s’enlisent, les initiatives sont découragées, l’économie stagne, le sous-emploi et la précarité s’installent. Sans compter la Lutte contre la corruption : la France en fait-elle assez ? Et ses entreprises ? Existe-t-il un risque français ? 
 
L’immobilisme et le déclin menacent notre civilisation ; la culture du risque et le goût d’entreprendre doivent être réintroduits sans porter atteinte pour autant à la démocratie et à la liberté d’expression. Le risque est une notion en théorie objective mais sa perception par les populations concernées est hautement subjective. 
 
Le FMDD 2016 s’efforcera de comprendre pourquoi l’aversion au risque s’est développée dans notre société et de dégager des voies permettant de rétablir progressivement la confiance dans l’évaluation des risques, dans leur prévention et dans leur mitigation, sans oublier d’établir une comparaison Nord/Sud de cette échelle des risques. Le but ultime est que dans une société libre, tout en ayant l’impression de vivre en sécurité, le citoyen retrouve la volonté d’entreprendre.
 
Présentation – 9h à 9h30
Jean-Luc Fournier, Président de France-Amériques
Jean-Marc Châtaigner, Directeur Général Délégué, IRD
Emile H. Malet, Directeur de la revue Passages, de l’ADAPes et du FMDD
 
Session 1 – 9h30 à 10h45
Le monde moderne est-il devenu moins sûr ? Les risques nouveaux de la société contemporaine : accidents industriels majeurs, catastrophes écologiques, problèmes sanitaires et alimentaires, marginalisation sociale… Comment réduire les incertitudes en préservant la prise de risque ? Et qu’en est-il de cette évolution dans le pays en développement ?
 
Session 2 – 11h à 12h45
Lutte contre la corruption : la France en fait-elle assez ? Et ses entreprises ? Jusqu’où doit-on aller ? Et comment empêcher la corruption systémique ?
 
Session 3 – 14h15 à 15h45
La sécurité, composante d’une stratégie de développement durable : comment appréhender les risques nouveaux et les évaluer ? Jusqu’où s’en prémunir ? Y a-t-il encore place pour la rationalité dans le traitement des risques ? Et qu’en est-il dans les zones de conflit, notamment en Afrique ?
 
Session 4 – 16h à 17h30
Refus et acceptation du risque – D’où vient aujourd’hui l’aversion au risque ? Information et concertation ne font-elles que l’exacerber ? Quelle place pour l’expertise scientifique ? La Science et le politique peuvent-ils faire bon ménage ?
Le risque facteur de progrès – Une chance pour la France, l’Europe et les pays en développement– Comment redonner le goût du risque ? Comment concilier liberté d’entreprendre, protection des citoyens et expression démocratique ? 
 
Lieu : France – Amériques - 9, avenue Franklin Roosevelt 75008 Paris
 
 
 

 

Journée nationale de l'ingénieur

30 Mars: Journée Nationale de l’Ingénieur

IESF, Ingénieurs et Scientifiques de France, annonce que la  4ème Journée Nationale de l’Ingénieur (JNI) 2016, placée sous le Haut Patronage du Président de la République, aura lieu le 30 mars prochain. L’édition 2016 s’inscrit dans la lignée des trois premières JNI qui ont réuni près de 5000 participants dans plus de 20 grandes villes de France. Le thème cette année est « Les Ingénieurs et Scientifiques : une vision, des projets et du sens ». Cette manifestation sera relayée dans plus de 20 grandes villes de l’hexagone.
 
La JNI est une occasion unique de rencontrer des chefs d’entreprise, des ingénieurs à l’esprit novateur et des personnalités de premier plan, qui interviendront lors des conférences et de la table ronde et feront part de leur expérience et des révolutions en perspective dans tous les secteurs. C’est aussi un exemple concret de l’engagement d’IESF aux côtés de ses entreprises partenaires, des régions françaises, des écoles d’ingénieurs et des associations de diplômés.
IESF est la société représentant les Ingénieurs et Scientifiques de France. Reconnue d’utilité publique depuis 1860, Ingénieurs et Scientifiques de France fédère au travers de 175 associations d’anciens élèves d’écoles d’ingénieurs, d’associations scientifiques, techniques et professionnelles, une communauté d' 1 million d’ingénieurs et de 200 000 scientifiques, au titre de leurs diplômes et de leurs fonctions. 
Le nombre, la diversité, l’éclectisme des différentes composantes d’Ingénieurs et Scientifiques de France constituent une source exceptionnelle d’information et de savoir. Ils lui permettent de faire entendre la voix de l’ingénieur et du scientifique sur les questions fondamentales que posent aujourd’hui les nouvelles techniques, l’évolution des comportements et des métiers, les nécessaires adaptations à apporter aux formations. 
Ils mettent aussi en valeur le rôle important des ingénieurs et des scientifiques dans le développement économique et durable de la France. 
 
Présents à Paris et dans toutes les Régions, ses spécialistes, organisés en comités par secteur d’activité ou par métier développent tout un ensemble d’actions vers les Pouvoirs publics, le corps enseignant, le monde politique, les entreprises et le grand public. 
Enfin, au sein des organisations internationales, Ingénieurs et Scientifiques de France développe la nécessaire mobilité professionnelle et favorise le plein exercice des métiers, en promouvant la reconnaissance mutuelle des formations et des compétences dans le monde.
 
Parmi les orateurs attendus à la JNI 2016 figurent d’ores et déjà
  
• Mélanie ALLAIN : VisionVocale, prix Norbert Segard 2015 catégorie Technologie et Handicap
• Aline AUBERTIN : Présidente de Femmes Ingénieurs & Directrice des achats EMEA de GE Medical Systems
• Alexandra BUGNON-MURYS : Chef d'Exploitation - EDF – DPN - CNPE Paluel
• Isabelle CANES-CUOC : Présidente de Kallistem
• Yolande CHAVANE : Product Executive chez Honestica
• Milène GUERMONT : Ingénieure et Artiste - Oeuvre "PHARES" Place de la Concorde labellisée COP21
• Virginie GUYOT : Lieutenant-Colonel dans l’Armée de l’Air - 1ère femme à avoir été Leader de la patrouille de France
• Étienne KLEIN : Docteur en Physique et Docteur en Philosophie des Sciences, Directeur de Recherches au CEA
 
Durant la JNI 2016, sera aussi décerné le Trophée Vidéo 2016, organisé avec la Confédération Nationale des Junior-Entreprises et  récompensant la meilleure vidéo sur le métier de l’ingénieur aujourd’hui et demain.
 
 « Nous sommes fiers et honorés d’accueillir un panel de personnalités aussi exceptionnelles à cette quatrième édition de la Journée Nationale de I ’Ingénieur », commente François Lureau, Président d’IESF. « Les ingénieurs et scientifiques de France souhaitent partager à cette occasion, dans une vingtaine de ville à travers la France, leur vision et leurs projets. Ils proposent d’illustrer concrètement combien ceux-ci sont porteurs de sens et contribuent fortement au développement économique et au rayonnement de la France et montrer leur engagement à les mener à bien ».
 
Pour plus de détails sur le programme de la JNI parisienne, ainsi que les programmes des différentes manifestations en région ou s’inscrire en ligne, consultez le site web www.iesf.fr ou contact : sur jni[at]iesf.fr.
 
L’intégralité de la manifestation parisienne aura lieu à La Maison de la Chimie, 28 Rue Saint-Dominique, 75007 Paris.
 
 

 

nucléaire

31 Mars: L'avenir du nucléaire français

L'association Passages / ADAPes organise le jeudi 31 mars 2016  de 9h à 17h30 un colloque sur le thème "L'avenir du nucléaire français".
 
Le colloque, organisé par Passages/ADAPes, a pour objet de contribuer aux réflexions sur l’avenir d’un nucléaire français en pleine restructuration et de débattre des risques et enjeux auxquels il aura à faire face dans un monde en forte mutation. Il s’articule autour de trois thèmes :
 la nouvelle donne mondiale, avec l’arrivée de nouveaux acteurs, tant du côté des acheteurs que de celui des fournisseurs de technologies,
 l’avenir du parc nucléaire français, son évolution et ses besoins, 
 et le rôle de la France sur les marchés internationaux, son image, sa compétence et son expérience.
 
La nouvelle donne mondiale
 
Les deux décennies de concentrations entre les vendeurs historiques de réacteurs s’est conclue par une montée en puissance des industries françaises et japonaises, qui ont développé une assise mondiale. Mais on a alors vu surgir de nouveaux acteurs s’appuyant sur des programmes nationaux importants ; la Chine, la Corée et la Russie, ont développé des industries nucléaires compétentes et expérimentées, qui s’attaquent fortement aux marchés internationaux. Conjonction favorable, celles-ci bénéficient non seulement des ressources financières tirées de leur marché national, mais aussi d’un accès facile à des prêts publics, ces pays possédant d’importantes réserves de devises.
Les caractéristiques des pays voulant s’engager dans des réalisations nucléaires et présentant un marché ouvert ont aussi profondément changé ; les réacteurs actuellement en exploitation étaient plutôt concentrés jusqu’à présent dans les pays « riches », membres de l’OCDE.
Aujourd’hui, les pays engagés dans des réalisations ou se préparant à démarrer un programme nucléaire sont pour la plupart dans les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud), les MINT (Mexique, Indonésie, Nigéria, Turquie) ou dans la zone géographique du Proche et Moyen Orient (Iran, Emirats, Arabie Saoudite, Jordanie, Egypte) et au Maghreb (Algérie). Leurs motivations, leurs maturités industrielles, leurs capacités financières sont extrêmement variables, demandant une approche commerciale souple et adaptée.
 
L’avenir du parc nucléaire français
 
Le parc nucléaire fournit aujourd’hui les trois-quarts de l’électricité produite en France, et cela à un des meilleurs prix de revient européens. Le « grand carénage » et les modifications décidées suite à l’accident de Fukushima sont des éléments essentiels pour maintenir une exploitation sûre et fiable des réacteurs ; ils accompagnent une réglementation en continuelle évolution et devraient permettre ainsi l’obtention d’autorisations d’exploitation jusqu’à 40 ans, et d’envisager au-delà, comme aux Etats-Unis, une prolongation vers 50 ou 60 ans. Cependant, la date d’arrêt effective de chacun des réacteurs reste largement incertaine et sera liée au contexte politique et à des contraintes réglementaires, techniques et économiques. 
Les installations arrêtées devront être remplacées par de nouvelles capacités, nucléaires ou autres, en tout ou partie, selon l’évolution de la consommation nationale d’électricité. La loi sur la transition énergétique plafonne la production nucléaire au niveau actuel et définit un objectif de réduire la part nucléaire à la moitié de la production électrique française. Elle reporte de facto la possibilité de mise en service de nouveaux réacteurs en France au-delà de 2030. 
La restructuration en cours de l’industrie nationale autour d’EDF apporte des garanties sur la pérennité des compétences nécessaire à l’exploitation des réacteurs ; elle n’est cependant pas suffisante pour assurer le maintien d’équipes rodées maitrisant la complexité de la conception et de la réalisation des centrales, ni pour pérenniser l’ensemble du tissu industriel associé. 
Les Etats-Unis sont restés une trentaine d’années sans mise en chantier de nouveaux réacteurs. Pendant cette période, leur industrie a établi des partenariats étroits avec l’industrie nippone. Les accords établis ont permis à Westinghouse et GE de garder la totale maitrise des secteurs à très haute valeur ajoutée : cœur, procédé et contrôle-commande. Par ailleurs, l’Administration a alimenté leurs équipes de conception d’un flot régulier d’activités, par un financement d’origine publique. Aujourd’hui, on peut voir les bénéfices de cette stratégie de très longue durée qui a permis l’engagement de nouvelles réalisations sur le territoire national.
La France nucléaire d’aujourd’hui présente quelques similitudes avec l’Amérique nucléaire des années 1980 : industrie en difficulté et pas de perspectives de nouvelles constructions à court terme sur le sol national. L’association avec des partenaires étrangers est une voie évidente, dans le contexte mondial actuel. Elle implique forcément un partage, et donc une réflexion stratégique sur le recentrage des capacités nationales. 
 
La conquête de marchés internationaux
 
Aujourd’hui, devant l’importance des sommes immobilisées pendant la phase de construction des réacteurs, dont la durée et le coût semblent incertains, la plupart des acheteurs refusent d’assumer un risque que le vendeur doit alors porter en partie ou totalement. Or, la France et son industrie nucléaire n’ont plus tout à fait aujourd’hui les capacités financières leur permettant d’accompagner de nouvelles réalisations, que ce soit sur le territoire national ou à l’étranger, conduisant, là aussi, à la recherche de partenariats. ENGIE s’est allié avec les Japonais pour la réalisation d’un réacteur ATMEA-1, de conception franco-nipponne en Turquie. EDF a fait appel à des capitaux chinois pour la réalisation des deux EPR d’Hinkley Point.
Renforcer et stabiliser ce type d’alliance par des liens capitalistiques en faisant entrer des partenaires étrangers dans les sociétés issues de la séparation d’AREVA semble être la voie choisie dans la restructuration en cours. Elle présente des avantages évidents, mais devra garantir la protection de la technologie française et sa pérennité si la France veut rester un acteur majeur du nucléaire mondial.
Les ajustements en cours de l’industrie nucléaire français sont menés en quelque sorte sous la contrainte financière ; ils sont une opportunité pour adapter notre offre à des marchés et à une compétition qui a profondément changé de forme depuis la reprise dans le monde, il y a une dizaine d’années, de la construction de nouveaux réacteurs. Autrement dit, le nucléaire a vocation à se mondialiser et nos champions tricolores doivent s’y préparer pour la conquête des marchés internationaux. 
 
Pré-Programme
 
8h45-9h30 : Ouverture et présentation
Fabienne Keller, Sénatrice du Bas-Rhin
Emile H. Malet, Directeur de la revue Passages
Intervention de Dominique Minière, Directeur Délégué de la Direction Production Ingénierie, EDF
 
Session 1. 9h30-11h :  « La nouvelle donne mondiale »
 
Session 3. 14h30-17h30 : « La conquête de marchés internationaux »
 
Session 2. 11h15-13h : « L’avenir du parc nucléaire français »
 
Lieu : Palais du Luxembourg - Salle Monnerville – 15, rue de Vaugirard, 75006 Paris
 
Inscription (gratuite mais obligatoire)
 

 

Biovision

13-14 Avril: Biovision Lyon

L’innovation mondiale pour la santé a rendez-vous à Lyon les 13 et 14 avril 2016 : Chercheurs, entrepreneurs, investisseurs, représentants de la communauté scientifique internationale, acteurs de la société civile se retrouveront pour la 11è édition de BIOVISION avec un objectif : Agir pour concrétiser la recherche et l’innovation en solutions d’avenir pour la santé. 
 
Pour cette nouvelle édition, BIOVISION confirme son originalité parmi les grandes rencontres internationales avec une programmation alliant savoir et valorisation. De la connaissance et la compréhension jusqu’à la concrétisation en réponses pour les citoyens, le Forum Mondial des Sciences de la Vie accueillera cette année les acteurs majeurs du secteur, représentant chaque étape de la chaîne de valeur : recherche, innovation, partenariats et financement.
 
Le dépôt de candidatures des projets et entreprises aux sessions Catalyzer et Investor Conference est ouvert depuis le 10 décembre et sera clos le 29 février 2016.
Informations et inscriptions en ligne : www.biovision.org
 
 

 

entretiens de Vixouze

19-20 Mai: Les entretiens de Vixouze

Save the date ! Les 19 et 20 mai prochain se tiendront Les Entretiens de Vixouze : Forum International du Tourisme du Futur placés sous le Haut Patronage de Monsieur Laurent Fabius, Ministre des Affaires étrangères et du Développement international et organisé en partenariat avec Atout France.
 
Programme
 
JOUR 1
 
9h30 -  11h00 Les Ateliers de l’Imaginaire  A.
- Le voyage donne-il le sens de la vie ou du sens à la vie ?       
- Flux touristiques et populations locales
- L’Empreinte écologique du tourisme 
- Villes touristiques intelligentes - Patrimoine et croissance du tourisme (Arts, grands sites..) ?  
- Tourisme spatial, zones désertiques & océans   
 
11h30   -   12h30   Plénière    d’Ouverture
12h45  -   14h30  Déjeuner
14h30  -  15h45  Plénière  stratégique  A
15h45  -  17h30  Pauses
17h30  -  18h45  Les  Ateliers  de  l’Imaginaire B
- Transport et tourisme du futur
-  Sociologie  et sociographie  du bien-être  (hédonisme,  connaissance  de soi,  …,) 
- Faut-il dépasser notre planète pour réinventer le tourisme ?
- Le thermalisme en  2030
- L’impact  des modifications démographiques : Séniorisation, flux migratoires…    
- L’itinérance et le nomadisme touristique
 
19h00  -  20h00  Cocktail  apéritif
20h15  -  00h00  Diner  de  gala  & Spectacle
 
JOUR 2
 
9h30  -  11h00  Les  Ateliers  de  l’Imaginaire C
- Tourisme, ressources naturelles et énergétiques
- L’impact de la virtualité numérique sur le tourisme
- Culture, Patrimoine et tourisme du futur (objets connectés, réalité virtuelle, …) 
- Tourisme et sécurité
-  Good  Food,  Good travel
- Hébergement du futur (rôle du design, l’intégration de l’art, architecture du futur…)
 
11h30   -   12h30   Plénière   Stratégique B
12h45  -   14h30  Déjeuner
14h30  -  15h45  Plénière  de clôture
15h45  -  17h30  Cocktail  de clôture
 
Lieu : Château de Vixouze -  Polminhac (Cantal)
 
 

 

Loading...
Loading...